Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

4729survivre

Agrandir la zone des messages
  • cyvard mariette
    27 nov. 2017
      "Survivre
      Qui est prêt à affronter la maladie ?
      Si vous êtes un sage, vous connaissez la maladie, pour l’avoir étudiée
      en théorie.
      Quelles que soient vos études, vos capacités, la maladie vous offre en
      premier lieu un choc émotif puis un choc mental.
      La maladie isole.
      Votre souffrance vous appartient, vous seul pouvez la vivre au quotidien.
      Il est nécessaire de connaitre des techniques pour affronter la maladie,
      comprendre les mécanismes qui peuvent la favoriser ou l’entraver, si
      vous ignorez comment la maitriser.
      Quelques connaissances élémentaires du fonctionnement du corps humain
      sont nécessaires.

      Dans les situations de détresse, elles exigent des efforts et une grande
      volonté pour vivre. Un « démon » qui vit en nous peut surgir. Il veut
      nous contraindre à l’abandon. Il nous brise par des petites choses,
      douleurs, crampes, fatigue, il nous fait perdre le gout de la vie.

      Vivre est une affaire d’attitude.

      Vous apprenez à connaitre les problèmes d’ordre émotif liés aux
      sentiments, peur, tristesse, colère et le plus dangereux pourrait être
      la joie qui, croit-on, permet de se laisser aller.
      La peur, par exemple, est liée au désespoir, à la solitude, l’ennui.
      Le corps apporte sa cargaison de difficultés avec la faim, la soif, la
      douleur, la fatigue.

      Personne n’est vraiment préparé à vivre avec des obstacles, à voir
      arriver les ennuis, à affronter la bêtise humaine ou l’incohérence. Sans
      un minimum de techniques, les difficultés augmentent. Le jeu d’autrui
      consiste trop souvent à rajouter des problèmes à vos problèmes. La
      personne aimée s’éloigne. Les amis vous créent volontairement des
      problèmes inutiles. L’administration « choisit » vos moments de reprise
      pour se rappeler à votre fatigue…
      Si vous quittez la maladie, ceux qui vous auront aidé restent aisément
      dans votre cœur. Ceux qui ont opéré les surcharges quittent
      difficilement les nœuds que le corps s’est construits.

      L’organisme humain possède une étonnante capacité de vie dès que
      l’esprit humain le prend en charge.

      Un corps est une machine complexe.
      Dans les conditions les plus dures, les plus abjectes, il peut se
      maintenir en activité.
      Après un temps d’adaptation, un corps peut se satisfaire de très peu de
      choses.

      Vaincre la maladie, c’est d’abord affirmer que la vie vaut la peine
      d’être vécue."

      MC Reiki 3 -1999.

      ---
      L'absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast.
      https://www.avast.com/antivirus