Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

Belgique - Bourgmestres et ex-futur bourgmestre belges d'origine turque

Agrandir la zone des messages
  • Pierre-Yves Lambert
    lien permanent: http://fr.groups.yahoo.com/group/suffrage-universel/message/5721 *Bourgmestres et ex-futur bourgmestre belges d origine turque* Il n est pas
    Message 1 de 1 , 22 oct. 2012

      Bourgmestres et ex-futur bourgmestre belges d'origine turque

      Il n'est pas exact (cf. dépêche AFP reproduite plus bas) d'écrire que "Si la Belgique compte de nombreux échevins (adjoints au maire) d'origines marocaine et turque, aucun d'entre eux n'avait jusqu'ici exercé la fonction de bourgmestre.": Birol Cokgezen (PS), d'origine turque, l'a été (peu de temps certes) en 2011 à Saint-Nicolas (en province de  Liège; 23.000 habitants, 6,8 km²) en application de la législation wallonne. 

      Il avait fait le deuxième score de sa liste en 2006 et le bourgmestre Patrick Avril (PS) avait dû démissionner suite du rejet de son pourvoi en cassation, ce qui avait confirmé sa condamnation, en appel, à un an de prison avec sursis et à 5 ans d'inéligibilité dans l'affaire des panneaux

      Ce qui était justement reproché par le PS local à Cokgezen, ancien chauffeur de l'internationalement célèbre ministre PS Michel Daerden c'était d'avoir osé faire campagne pour lui aux élections communales de 2006 et d'avoir ainsi fait plus de voix que tous les autres candidats à part la tête de liste et un échevin sortant d'origine marocaine, Abdelkarim Benmouna, ancien médecin de... Michel Daerden. Ce dernier devait être tête de liste PS à Saint-Nicolas en octobre 2012 et réintégrer ces deux exclus, mais est décédé en août.

      Le même problème est en train de se poser dans une autre ville wallonne de la province de Liège, Verviers (56.000 habitants, 33 km²), avec un autre élu turc, Hasan Aydin (PS), deuxième en voix de sa liste en 2012, cinquième en 2006. Le MR local (droite) n'a pas renouvelé sa coalition avec le PS par refus d'un bourgmestre turc et donc "musulman", et il y a eu des récriminations au sein même du PS local, avec allégations affichées sur facebook de "soutiens des mosquées" de la part de candidats ayant fait beaucoup moins de voix que lui, notamment une jeune femme également d'origine turque mais issue de la communauté alévie (Le Vif 17 octobreLa Meuse 18 octobre), et aussi un échevin PS sortant (La Meuse 16 octobre). 

      En réalité, il a surtout eu le soutien des organisations turques, et non spécifiquement "musulmanes", et avait tout fait pour cela, s'en prenant notamment à son colistier Malik Ben Achour (PS, d'origine marocaine), échevin (adjoint au maire) comme lui, accusé de "soutien au PKK" en pleine campagne électorale. 

      C'est également en jouant sur la fibre nationaliste - et négationniste - de ses compatriotes d'origine turque qu'Emir Kir, futur bourgmestre (également PS) de la commune bruxelloise de Saint-Josse (27.000 habitants, 1,5 km²) a bâti sa carrière politique (voir e.a. un jugement rendu le 28 janvier 2005 où sont exposées en détail ses pratiques électorales). 

      Vu les succès électoraux de ses candidats d'origine turque, le Parti socialiste belge, au contraire de son homologue français, plus sensible lui à l'important électorat franco-arménien, s'est farouchement opposé à l'extension de la législation antinégationniste aux génocides des Arméniens (et des Assyriens et des Grecs pontiques) et des Tutsis rwandais (voir le dossier "Débats sur le négationnisme du génocide arménien - Belgique 1997-2005").


      Pierre-Yves Lambert, 23 octobre 2012
      Chercheur indépendant, observateur de la participation politique des minorités



      La première maire d'origine marocaine de Belgique est une indépendantiste flamande

      Le Monde.fr avec AFP | 22.10.2012 à 20h23 • Mis à jour le 22.10.2012 à 20h31

      Abonnez-vous
      à partir de 1 €


      Une membre du parti indépendantiste flamand N-VA, Nadia Sminate, deviendra la première bourgmestre (maire) d'origine marocaine de Belgique lorsqu'elle prendra, dans trois ans, les commandes de la commune flamande de Londerzeele, a annoncé lundi 22 octobre la formation de Bart De Wever.
      Née dans la région de Malines (centre de la Belgique) en 1981 d'un père marocain et d'une mère belge, la jeune femme, diplômée en philologie romane de l'université flamande de Bruxelles VUB, siège depuis 2010 comme députée fédérale au Parlement belge.

      ACCORD AVEC LE PARTI CHRÉTIEN-DÉMOCRATE

      Lors des élections municipales du 14 octobre, elle menait la liste de la Nouvelle Alliance flamande (N-VA) à Londerzeel, une commune de 18 000 habitants située à une quinzaine de kilomètres au nord de Bruxelles, qui a recueilli plus de 21 % des suffrages.

      Une semaine plus tard, un accord de coalition pour les six prochaines années a été signé entre les représentants locaux de la N-VA, des écologistes de Groen, des socialistes et des chrétiens-démocrates (CD&V) du bourgmestre sortant Jozef De Borger, a indiqué la N-VA dans un communiqué. Selon cet accord, M. De Borger exercera à nouveau la fonction de bourgmestre durant les trois prochaines années, avant de céder la place à Mme Sminate pour les trois suivantes.

      Le chef de la N-VA, Bart De Wever, s'est dit "fier que [son] parti soit le premier àlivrer un bourgmestre qui soit d'origine marocaine tout en se sentant parfaitement flamande".

      UN SOCIALISTE D'ORIGINE TURQUE MAIRE EN JANVIER

      La N-VA, qui a effectué une percée remarquée lors de ces municipales en remportant notamment la mairie d'Anvers, conquise par Bart De Wever, est un parti prônant l'indépendance à terme de la Flandre et un farouche adversaire des partis francophones de Belgique. Mais il s'oppose également au discours anti-immigrés du parti d'extrême droite Vlaams Belang (l'Intérêt flamand), dont il a contribué à réduire l'influence.

      Si la Belgique compte de nombreux échevins (adjoints au maire) d'origines marocaine et turque, aucun d'entre eux n'avait jusqu'ici exercé la fonction de bourgmestre. A Saint-Josse, l'une des 19 communes formant l'agglomération bruxelloise, c'est un socialiste d'origine turque, Emir Kir, qui sera bourgmestre à partir de janvier.

    Votre message a été soumis avec succès et sera remis aux destinataires brièvement.