Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

6747Belgique - Un député PS turc privé d'un mandat po ur cause de négationnisme réaffirmé

Agrandir la zone des messages
  • Pierre-Yves Lambert
    11 nov. 06:46
      Pour rappel:


      Polémique autour d'une nomination politique au CHU Brugmann

      PA. D. ET BELGA Publié le  jeudi 02 novembre 2017 à 15h26  - Mis à jour le  jeudi 02 novembre 2017 à 15h32


      BRUXELLESLe Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre les négationnismes s'oppose à la nomination de Sevket Temiz comme président du CA du CHU Brugmann estimant que cet élu socialiste nie le génocide des Arméniens.

      Le Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre les négationnismes s'est dit stupéfait d'apprendre que le député bruxellois Sevket Temiz (PS) était le candidat présenté par la Ville de Bruxelles à la présidence du conseil d’administration du CHU Brugmann.

      Selon ce collectif, l'élu PS a nié le génocide des Arméniens de 1915 commis par l’Empire ottoman et a refusé en 2015 de voter la résolution du Parlement bruxellois reconnaissant ce génocide. "Sa candidature et encore plus son éventuelle élection à la présidence du conseil d’administration du CHU Brugmann portent gravement atteinte aux valeurs humanistes. Ce n’est pas l’origine turque de M. Temiz qui heurte, bien sûr, mais son négationnisme", écrit le collectif dans une lettre adressée au bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS).

      Les signataires demandent que la candidature de Monsieur Temiz soit retirée tant que ce dernier ne reconnaît pas publiquement et inconditionnellement l’existence du génocide des Arméniens, des Assyriens et des Araméens de 1915 et s’il ne condamne pas publiquement et inconditionnellement ses propos négationnistes.

      "Serait-il concevable que la ville de Berlin nomme un président du conseil d’administration d’un hôpital public berlinois qui aurait refusé de reconnaitre la Shoah au seul motif que le parti politique auquel il appartiendrait aurait reconnu la Shoah ?", fait encore valoir le collectif pour la prévention des crimes de génocides et contre les négationnismes.

      Parmi les autres signataires de ce courrier adressé au mayeur de la Ville, on retrouve notamment l'Association des Arméniens démocrates de Belgique, le Centre Communautaire Laïc Juif David Susskind, le Centre pour la prévention des crimes contre l’Humanité ou encore le Comité des Arméniens de Belgique.

      Retrait de cette candidature controversée

      Le député bruxellois et conseiller de la ville de Bruxelles Sevket Temiz (PS) a décidé de retirer sa candidature à la tête du conseil d'administration du CHU Brugmann, contestée par le Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre les négationnismes.

      "Le bourgmestre a reçu et lu ce courrier. Il a décidé d'y répondre avec la volonté d'apaiser la situation", a expliqué sa porte-parole. "Même si, notamment lors de rencontres avec le corps médical de l'hôpital, M. Temiz a eu l'occasion d'indiquer qu'il était sur la ligne du PS (reconnaissance du génocide arménien, Ndlr), il a décidé de retirer sa candidature", a-t-elle poursuivi.

      La porte-parole a par ailleurs rappelé l'importance que revêt une telle reconnaissance pour Philippe Close, lui qui comme collaborateur du sénateur Philippe Mahoux (PS) avait oeuvré à la rédaction de la première résolution qui en Belgique avait permis de reconnaître le génocide arménien.

      Pa. D. et Belga


      Sevket Temiz retire sa candidature controversée à la présidence du CHU Brugmann

      2/11/17 - 16h00  Source: Belga

      Le député bruxellois et conseiller de la ville de Bruxelles Sevket Temiz (PS) a décidé de retirer sa candidature à la tête du conseil d'administration du CHU Brugmann, contestée par le Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre les négationnismes.

      Ce collectif s'était ému, dans un courrier envoyé au bourgmestre Philippe Close, du dépôt de cette candidature par la ville de Bruxelles après que M. Temiz eut nié et refusé de reconnaître l'existence du génocide arménien. La missive avait notamment été relayée par la députée bruxelloise Viviane Teitelbaum (MR).

      "Le bourgmestre a reçu et lu ce courrier. Il a décidé d'y répondre avec la volonté d'apaiser la situation", a expliqué sa porte-parole. "Même si, notamment lors de rencontres avec le corps médical de l'hôpital, M. Temiz a eu l'occasion d'indiquer qu'il était sur la ligne du PS (reconnaissance du génocide arménien, Ndlr), il a décidé de retirer sa candidature", a-t-elle poursuivi. 

      La porte-parole a par ailleurs rappelé l'importance que revêt une telle reconnaissance pour Philippe Close, lui qui comme collaborateur du sénateur Philippe Mahoux (PS) avait oeuvré à la rédaction de la première résolution qui en Belgique avait permis de reconnaître le génocide arménien. 

      Le collectif avait estimé que la candidature de M. Temiz et encore plus son éventuelle élection à la présidence du conseil d'administration du CHU Brugmann "portait gravement atteinte aux valeurs humanistes". Il avait ajouté que si M. Temiz ne "reconnaissait pas publiquement et inconditionnellement l'existence du génocide des Arméniens, des Assyriens et des Araméens de 1915 et s'il ne condamnait pas publiquement et inconditionnellement ses propos négationnistes" sa candidature devait être retirée.



      https://web.archive.org/web/20171111143617/http://www.trt.net.tr/francais/europe/2017/11/07/belgique-un-depute-turc-force-a-reconnaitre-les-soi-disant-assertions-armeniennes-842614
      Belgique : un député turc forcé à reconnaître les soi-disant assertions arméniennes

      Le député turc Sevket Temiz était candidat à la présidence du conseil administratif d’un hôpital

      07.11.2017 ~ 11.11.2017Le député d’origine turque Sevket Temiz avait été nommé candidat à la tête du conseil d’administration du CHU Brugmann, en Belgique, par le Parti socialiste.

      Cependant le Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre les négationnismes,  a envoyé une lettre à plusieurs personnes, notamment au maire de Bruxelles et au recteur de l’Université libre de Bruxelles à laquelle l’hôpital est affilié, pour demander le retrait de la candidature du député turc.

      Sur ce, le corps médical du CHU Brugmann a fait pression sur M. Temiz pour qu’il reconnaissance inconditionnellement en public les soi-disant assertions arméniennes sur les incidents de 1915, soulignant que dans le cas contraire il s’opposerait à sa candidature.

      Lors de sa rencontre avec le corps médical, M. Temiz s’était défendu en précisant qu’il n’était pas approprié de débattre dans un hôpital un sujet étudié par les historiens.

      Par ailleurs, sept associations, dont les lobbys arméniens, assyriens et juif ont ouvertement précisé qu’elles s’opposeraient à la candidature du député turc s’il ne reconnait pas les soi-disant assertions arméniennes.

      Selon M. Temiz, cette demande est entièrement liée à son origine turque. Refusant de reconnaître ces soi-disant assertions,  M. Temiz a retiré sa candidature.