Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

6725France - La question de la religion dans les recensements (historique)

Agrandir la zone des messages
  • Pierre-Yves Lambert
    21 juil.

      extrait de: Mariot, Nicolas, et Claire Zalc. « 
      Identifier, s'identifier : recensement, auto-déclarations et persécution des Juifs de Lens (1940-1945) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 54-3, no. 3, 2007, pp. 91-117.

      Rappelons, pour commencer, que les opérations françaises de recensement antérieures à la période qui nous intéresse écartent toute idée d’enregistrement des catégories religieuses ou ethniques. Depuis 1851, la question de la nationalité fait partie des recensements de la population française et elle s’impose dès lors, non sans quelques modifications, comme une catégorie pertinente dans les modes de définition des individus par l’appareil statistique français (10). La question sur la religion est également introduite en 1851 et la population de chaque commune française répartie entre « catholiques romains », « calvinistes », « luthériens », « israélites » et « autres cultes et communions ». Mais cette catégorie disparaît des recensements à partir de 1872 soit trente-quatre ans avant la Séparation de 1905 entre les Églises et l’État, à l’exception des dénombrements menés dans les colonies (les recensements en Algérie distinguent ainsi les Juifs bénéficiaires du décret Crémieux et leurs descendants) et dans les départements d’Alsace-Lorraine après 1918, où, suite au système concordataire, la question reste posée jusqu’en 1962. L’appareil statistique français refuse d’enregistrer depuis 1872 les éléments identitaires qui concernent la vie privée des personnes (religion, langue, coutumes).À la différence des États-Unis, par exemple, où la catégorie de « l’origine » permet un classement de la population selon le pays de naissance, catégorie définie en termes historiques et ethnoculturels, c’est le critère de la nationalité qui s’impose dans les recensements français (11).

      [10]

      La question est supprimée en 1856, en raison des protestations suscitées, puis réintroduite en 1861 :Paul SCHOR et Alexis SPIRE,« Les statistiques de la population comme construction de la nation. La mesure des origines nationales dans les recensements français et américains (1850-1920)», in Riva KASTORYANO (éd.), Les codes de la différence. Race – Origine – Religion. France – Allemagne – États-Unis, Paris, Presses de la FNSP,2005, p.91-121.


      [11]

      Paul SCHOR, « Compter et classer. Histoire des catégories de la population dans le recensement américain,1790-1940 », thèse de doctorat d’histoire, EHESS,2001.