Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

6712Pays-Bas - Un élu "marocain de service" au centre d e la crise politique municipale à Rotterdam

Agrandir la zone des messages
  • Pierre-Yves Lambert
    29 juin
      Un élu "marocain de service" au centre de la crise politique municipale à Rotterdam

      Pierre-Yves Lambert, 29 juin 2017
      paru sous forme de tweets cette nuit sur https://twitter.com/tractotheque/status/880187534936084480


      La coalition au pouvoir à Rotterdam perd sa majorité: le Marocain de service des populistes a fini par se révolter (source: NRC Handelsblad 26/06/2017). 

      Le récit qu'il fait de ses 3 années passées au sein du groupe populiste Leefbaar serait intéressant à traduire ! Quand on pense qu'il s'agit de la première grande ville européenne à avoir eu un maire marocain, ce que révèle Mohamed Anfal est effarant.

      Il faisait partie du principal groupe politique au conseil communal (14 sièges sur 45) et recevait les échanges de mails internes, y compris un tas de trucs racistes et islamophobes, des obsessions du noyau dur de ce parti local [qui, dans sa version nationale, lança naguère la carrière politique de Pim Fortuyn]. Il dit avoir tenté de les raisonner, de rappeler que lui-même est marocain et musulman et ne correspond pas à leurs clichés, en vain.

      A la fin, il en a eu ras-le-bol et il est passé au parti musulman progressiste Nida Rotterdam. Il dit qu'il va essayer de se racheter pour ces 3 années où il a voté systématiquement avec ces populistes.

      Au départ, c'est un élu populiste qui lui avait demandé de figurer sur la liste, il n'était pas du tout politisé: l'établissement de ce cafetier devait être fermé, et l'élu l'a conseillé, puis instrumentalisé.

      Petite précision, c'est lui-même qui utilise l'expression "Marocain de service" dans l'interview, "excuus-Marokkaan". D'habitude, le terme utilisé en néerlandais est "Ali-alibi" pour l"Arabe de service et "excuus-Truus" pour la femme de service, Truus étant le diminutif de Gertrude/Geertruida.

      Autre précision: les votes au conseil communal étaient souvent à 23 contre 22 sur les sujets difficiles, et la coalition doit tenir jusqu'aux prochaines élections en mars 2018. Les populistes de Leefbaar (13 sièges depuis le départ de M. Anfal) et les démocrates-chrétiens du CDA (3 sièges) veulent poursuivre, mais le troisième partenaire, D66 (sociaux-libéraux, 6 sièges [l'équivalent néerlandais du parti de Birgitte Nyborg dans la série Borgen]), veut se reprofiler plus à gauche avec sa tête de liste désignée la semaine dernière, Said Kasmi (source: NRC Handelsblad 27/06/2017).

      Cette nuit, on a appris qu'un des adjoints au maire populiste démissionnait à la veille de son audition par le conseil communal dans une affaire de fraude. Il n'est pas directement en cause, mais il lui est reproché, ainsi qu'à un collègue du D66, ne pas l'avoir empêchée, et seul un vote de confiance du conseil l'aurait sauvé, ce qui devient trop aléatoire selon lui. L'unique conseiller fondamentaliste protestant est la seule roue de secours de la coalition de droite, mais exigeait un virage vers une politique plus sociale.

      Le conseil municipal se réunira ce jeudi pour examiner la situation (source: NRC Handelsblad 29/06/2017)https://www..

      10 partis sont représentés au conseil municipal (45 sièges), dont 6 ont moins de 5 sièges (source: site de la Ville de Rotterdam, 29/06/2017):

      Leefbaar Rotterdam (populistes, droite) 13 sièges (14 aux élections de mars 2014) PvdA (travaillistes, centre gauche) 8 sièges D66 (libéraux-sociaux, parfois alliés à la droite, parfois au centre gauche) 6 sièges SP (socialistes, ex-maoïstes) 5 sièges VVD (libéraux, parti du premier ministre Mark Rutte) 3 sièges CDA (chrétiens-démocrates) 3 sièges Nida Rotterdam (musulmans progressistes) 3 sièges (dont le transfuge de Leefbaar, les 2 autres sont un ex-élu de GroenLinks et un ex-membre du PvdA) GroenLinks (Verts) 2 sièges ChristenUnie-SGP (fondamentalistes protestants) 1 siège Partij voor de Dieren (parti animaliste) 1 siège

      Le maire, Ahmed Aboutaleb, est travailliste (PvdA), mais son parti est dans l'opposition, il n'est qu'un CEO embauché par l'exécutif local, il n'a jamais été élu à Rotterdam: avant son recrutement, il était secrétaire d'Etat, et avant ça il était adjoint au maire à Amsterdam.