Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

Spécial Calomnies et Désinformation du Makhzen (1/3-VI-2006)

Agrandir la zone des messages
  • Carlos Ruiz Miguel
    ****LISTE des PRISONNIERS et CONDAMNES au cours de l INTIFADA 2005**** http://www.arso.org/intifadalistpris.htm *****INTIFADA SAHRAOUI*****
    Message 1 de 1 , 4 juin 2006
      ****LISTE des PRISONNIERS et CONDAMNES au cours de l'INTIFADA 2005****
      http://www.arso.org/intifadalistpris.htm

      *****INTIFADA SAHRAOUI*****
      http://www.arso.org/intifada2005.htm

      *****STOP AU SAUVAGE MAKHZEN*******************
      *****Campagne internationale pour la libération de Aminatou Haidar et de tous
      les prisonniers politiques sahraouis
      http://www.arso.org/aminatoucamp.htm

      *****NOUVEAU: LE MUR DE LA HONTE: LE SITE WEB ESSENTIEL********
      http://www.murominassahara.8m.com/



      S O M M A I R E

      [NOTE: CETTE OPÉRATION DISEGNÉ PAR LES SERVICES SÉCRETS MAROCAINS EVIDENCE QUE
      L'INTIFADA SAHRAOUI EST FORTE EFFICACE FACE À L'OCCUPATION. LE MAKHZEN TENTE,
      DÉSÉSPÉREMENT DE DIVERTIR L'ATTENTION]


      1. SAHARA-CAMPS DE RÉFUGIÉS-LE PRÉSUMÉ "SOULÈVEMENT" EN FAVEUR DU MAROC-DÉMENTI
      OFFICIEL
      - SPS: Le Polisario invite l'ONU à vérifier dans les camps des réfugiés les
      "allégations" marocaines d'un soulèvement en faveur de Rabat
      - ARSO: Représentation pour la Suisse et les Nations unies du Front Polisario:
      Allégations marocaines: Démenti et invitation au Haut Commissariat des Nations
      Unies aux Droits de l'Homme à se rendre sur place immédiatement

      2. SAHARA-CAMPS DE RÉFUGIÉS-LE PRÉSUMÉ "SOULÈVEMENT"-NOS INFOS D'APRÈS DES
      SOURCES À LA MINURSO ET AU POLISARIO
      - Une source de la Minurso dément l'existence d'un quelconque "soulèvement"
      politique pro-marocain à Tindouf. On constat une forte discussion sur
      l'établissement d'un magazin dans un des camps de réfugiés
      - Une source du Front Polisario affirme que les prétendus communicants avec la
      tv du makhzen à El Aaiun sont en Espagne et non à Tindouf

      3. SAHARA-CAMPS DE RÉFUGIÉS-LES PRÉSUMÉ "SOULÈVEMENT"-LA FABRICATION D'UNE
      CALOMNIE
      - MAP: Page spécial dévouée à la calomnie

      3.1. LA CALOMNIE ET LA DÉSINFORMATION: JOUR 1
      - MAP (1-VI-2006): "Manifestations violentes" à Tindouf en "protestation" contre
      la "répression" dans les camps
      - MAP (1-VI-2006): Manifestations violentes dans le camp du "27 février" à Hmada
      Tindouf
      - LE MATIN/L'OPINION/AL BAYANE (1-VI-2006): "Violentes manifestations" à Tindouf
      en protestation "contre la répression" dans les camps. Les camps de la "honte"
      en ébullition : Le drapeau marocain "brandi à Tindouf"
      - MAP/LE MATIN (1-VI-2006): Des dissidents du Polisario "dénoncent" la
      "répression" dans les camps de Tindouf
      - MAP/AUJOURD'HUI LE MAROC (1-VI-2006): L'<association> Le Sahara Marocain
      appelle l'Espagne à intervenir pour arrêter le "massacre à Tindouf"
      - LIBÉRATION.MA (1-VI-2006): Tindouf au-dessus du volcan
      - MAP (1-VI-2006): L'Etat algérien "coupe" "toutes" les liaisons téléphoniques
      et moyens de communication avec les camps de Tindouf

      3.2. LA CALOMNIE ET LA DÉSINFORMATION: JOUR 2-INSTRUMENTALISATION-L'AMBASSADEUR
      MAROCAIN À L'0NU DÉCOUVRE L'AUTORIE MAKHZENIENNE DE L'OPERATION DE
      DÉSINFORMATION.

      - MAP (2-VI-2006): "Poursuite" des "violentes manifestations" et vagues
      d'arrestations dans les camps de Tindouf ("sources" "sûres")
      - MAP (2-VI-2006): Camps de Tindouf: Silence, "on tue"
      - MAP (2-VI-2006): "Répression", "torture" et "meurtre" "à huis clos" à Tindouf
      - AUJOURD'HUI LE MAROC (2-VI-2006): Camps de Tindouf : nouveau "soulèvement"
      - LIBÉRATION.MA (2-VI-2006): Les camps de Tindouf en ébullition
      - MAP (2-VI-2006)/LE MATIN: M. Loulichki : le HCR doit intervenir pour "briser
      le silence" que le Polisario "impose" autour des camps de "séquestration"
      - MAP (2-VI-2006): Le Maroc "condamne" la campagne de "répression" menée par le
      Polisario et souhaite que la lumière soit faite sur ces évènements
      - MAP (2-VI-2006): Le Maroc interpelle la communauté internationale sur la
      "répression" à Tindouf et appelle à diligenter une enquête à ce sujet
      - MAP (2-VI-2006): Les communications "toujours coupées" avec les camps de
      Tindouf (voyageurs)
      - MAP (2-VI-2006): Le Corcas "très préoccupé" par la situation dans les camps de
      Tindouf
      - MAP (2-VI-2006): Le CEREM indigné par la "répression sauvage" du "soulèvement"
      dans les camps de Tindouf

      3.3. BALLET DES PSEUDO-"ASSOCIATIONS" DU MAKHZEN ORCHESTRÉ PAR LES SERVICES
      SÉCRETS
      - MAP (2-VI-2006): "Poursuite" des "violentes manifestations" et vagues
      d'arrestations dans les camps de Tindouf ("sources" "sûres")
      - LE MATIN/L'OPINION (2-VI-2006): Une "association" "sahraouie" appelle Amnesty
      à intervenir pour mettre fin aux enlèvements commis par le Polisario
      - MAP (2-VI-2006): L'<Association> des portés disparus au Polisario condamne les
      pratiques "inhumaines" à l'encontre des "séquestrés" à Tindouf
      - MAP (2-VI-2006): L'APDP appelle à une "intervention urgente" de Washington et
      de Madrid pour arrêter le "carnage" du Polisario à Tindouf
      - MAP (2-VI-2006): Une <association> <sahraouie> appelle à une enquête sur les
      événements tragiques survenus dans les camps de Tindouf
      - MAP (2-VI-2006): Une <association> <sahraouie> <dénonce> les pratiques
      <immorales> du Polisario à l'encontre des "séquestrés" de Tindouf
      - MAP (2-VI-2006): Une <association> <sahraouie> <dénonce> les <graves
      violations> dont sont victimes les "séquestrés" dans les camps de Lhmada
      - MAP (2-VI-2006): L'<association> Al-Amal appelle la communauté internationale
      à intervenir pour mettre fin aux actes "inhumains" du Polisario
      - MAP (2-VI-2006): Appel "solennel" de l'ATSME aux instances internationales
      pour mettre fin à la "répression" des populations "séquestrées" à Tindouf
      - MAP/LE MATION (2-VI-2006): L'Alliance Mondiale des Marocains de l'Etranger
      "dénonce" la "répression" du "soulèvement" dans les camps de Tindouf
      - MAP/LE MATIN (3-VI-2006): Plusieurs "associations" "dénoncent" la «répression
      'ignoble'»

      3.4. LA CALOMNIE ET LA DÉSINFORMATION: JOUR 3-FUITE EN AVANT-NOUVEL ÉCHEC DU
      MAKHZEN
      - MAP (3-VI-2006): Espagne-Sahara-Tindouf: Ouverture d'un "<camp de
      concentration> <démontable>" près Tindouf pour les opposants au Polisario
      ("ONG")
      - MAP (3-VI-2006): "Exactions" à Tindouf: Des "ONG" "Sahraouies" s'interrogent
      sur le "silence assourdissant" des médias et de la classe politique en Espagne


      4. SAHARA-CAMPS DE RÉFUGIÉS-LA DIFFUSSION DE LA CALOMNIE AUPRÈS DES MEDIAS
      PRO-MAROCAINES
      - MAP: "Canarias 7" se fait l'écho du soulèvement dans les camps de Tindouf
      [NOTE: VRAIMENT PITOYABLE L'AVEUGLE ALIGNEMENT AVEC LE MAKHZEN DE CE JOURNAL]
      - MAP: Le journal "Al Hayate" se fait l'écho du soulèvement dans les camps de
      Tindouf


      ===========================================================
      SÁHARA-INFO EN FRANÇAIS ET EN ESPAGNOL:
      http://es.groups.yahoo.com/group/sahara-info/

      SAHARA-INFO SEULEMENT EN FRANÇAIS:
      http://fr.groups.yahoo.com/group/revue-de-presse-sahara-occidental/

      SAHARA-INFO SÓLO EN ESPAÑOL:
      http://es.groups.yahoo.com/group/revista-de-prensa-sahara-occidental/

      NEW!!! SAHARA-INFO IN ENGLISH
      http://fr.groups.yahoo.com/group/sahara-info-english/

      ===========================================================


      1. SAHARA-CAMPS DE RÉFUGIÉS-LE PRÉSUMÉ "SOULÈVEMENT" EN FAVEUR DU MAROC-DÉMENTI
      OFFICIEL
      http://www.spsrasd.info/sps-030606.html

      Le Polisario invite l'ONU à vérifier dans les camps des réfugiés les
      "allégations" marocaines d'un soulèvement en faveur de Rabat


      Genève, 03/06/2006 (SPS) le Front Polisario a démenti "catégoriquement les
      "allégations mensongères du Maroc", selon lesquelles il aurait eu un
      "soulèvement politique dans les campements de réfugiés sahraouis avec des
      slogans et drapeaux en faveur du Maroc" et a invité le Haut Commissariat pour
      les droits de l'homme (HCDH) à venir pour vérifier sur place, selon un
      communiqué.

      "Le régime marocain, mis à rude épreuve par la détermination et la volonté
      inébranlable du peuple sahraoui là où il se trouve, dans les zones occupés, les
      territoires libérés ou les campements de réfugiés, ne trouve de parade autre que
      le mensonge, la manipulation et la propagande", a précisé un communiqué de la
      représentation sahraouie à Genève, parvenu à SPS.

      En revanche, "le seul soulèvement" que connaît la région, depuis plus de trente
      années, et qui s'est raffermi et renforcé il y a une année dans les territoires
      occupés, est "celui du peuple sahraoui dans son ensemble contre la présence
      coloniale marocaine au Sahara Occidental, qui se maintient au mépris du Droit
      et de la légalité internationale", a ajouté le texte rendu public samedi.

      Pour être fixer sur la véracité ou non de ces allégations, le Front POLISARIO a
      invité le HCDH à "venir immédiatement pour s'enquérir, sur place, de la
      situation dans son ensemble".

      Le Maroc qui "prétend, ces jours-ci, porter un grand intérêt au respect des
      droits des Sahraouis ne peut que soutenir cette demande", a relevé le
      communiqué.

      Le POLISARIO a enfin renouvelé son appel à l'ONU pour "prendre les mesures
      nécessaires afin que des mécanismes permanents de suivi de la situation des
      droits de l'homme soient mis en place dans toute la zone de mission de la
      MINURSO" et notamment à El Aaiun, Smara, Dakhla et Boujdour afin de "prévenir
      toute dérive et porter à la connaissance du Conseil de sécurité les abus
      constatés".

      Les officiels marocains et la presse de Rabat et de Paris ne cessent depuis deux
      jours d'orchestrer un prétendu soulèvement de Sahraouis soutenant les thèses
      marocaines dans les camps de réfugiés sahraouis. (SPS)


      020/090/100 031007 jun 06 SPS


      ------------>
      http://www.arso.org/FPch030606.htm

      Représentation pour la Suisse et les Nations unies du Front Polisario
      Rue de Vermont 9, 1202 Genève
      tel:++41(0)22 7403439 /fax: ++41(0)22 7403479


      COMMUNIQUE

      Allégations marocaines:
      Démenti et invitation au Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de
      l'Homme à se rendre sur place immédiatement


      Le régime marocain, mis à rude épreuve par la détermination et la volonté
      inébranlable du peuple sahraoui là où il se trouve, dans les zones occupés, les
      territoires libérés ou les Campements de réfugiés, ne trouve de parade autre que
      le mensonge, la manipulation et la propagande. Ainsi, depuis deux jours les
      officiels et les moyens de presse marocains parlent d'un prétendu « soulèvement
      politique dans les Campements de réfugiés sahraouis avec des slogans et drapeaux
      en faveur du Maroc ».

      La Représentation du Front POLISARIO pour la Suisse dément de telles allégations
      mensongères. Le seul soulèvement que connaît la région, depuis plus de trente
      années, et qui s'est raffermi et renforcé il y a une année dans les territoires
      occupés, est celui du peuple sahraoui dans son ensemble contre la présence
      coloniale marocaine au Sahara Occidental, au mépris du droit et de la légalité
      internationale.

      Le Front POLISARIO invite le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de
      l'homme à venir immédiatement pour s'enquérir, sur place, de la situation dans
      son ensemble. Et le Maroc qui prétend, ces jours-ci, porter un « grand »
      intérêt au respect des droits des sahraouis ne peut que soutenir cette demande
      ?

      Le Front POLISARIO appelle aussi le Haut Commissaire des Nations Unies aux
      Droits de l'homme à prendre les mesures nécessaires afin que des mécanismes
      permanents de suivi de la situation des droits de l'homme soient mis en place
      dans toute la zone de la mission de la MINURSO, et notamment à El Aaiun, Smara,
      Dajla et Bokhador afin de prévenir toute dérive et de porter les abus constatés
      à la connaissance du Conseil de sécurité.


      Genève, le 03 Juin 2006

      <------------------------------------------------------------->
      2. SAHARA-CAMPS DE RÉFUGIÉS-LE PRÉSUMÉ "SOULÈVEMENT"-NOS INFOS D'APRÈS DES
      SOURCES À LA MINURSO

      Une source de la Minurso dément l'existence d'un quelconque "soulèvement"
      politique pro-marocain à Tindouf.
      On constat une forte discussion sur l'établissement d'un magazin dans un des
      camps de réfugiés


      Des sources de la MINURSO contactés par SAHARA-INFO ont démenti l'existence d'un
      quelconque soulèvement de caractère politique pro-marocain dans les camps de
      refugiés à Tindouf.

      Les sources de la MINURSO ont fait état d'une forte discussion entre deux jeunes
      qui voulaient ouvrir une délegation de ses magazins (à Rabounni) dans un autre
      camp de réfugiés (27 de février).

      Les autorités ont empeché les jeunes de proceder à l'ouverture de ces magazins
      dans le camp "27 de février". Suite à cette negative il y avait une discussion
      avec la police sahraouie. Un jeune fut détenu. Selon les sources de la MINURSO
      la détention a duré 2 heures. La famille du détenu a fait état de sa
      protestation face à la detention. Selon les sources de la MINURSO les deux
      jeunes sont retournés dans ses magazins.

      ------------>
      Une source du Front Polisario affirme que les prétendus communicants avec la tv
      du makhzen à El Aaiun sont en Espagne et non à Tindouf


      les deux personnes que la tv marocaine à El Aaiun prétend d'être "témoins sur
      place" ayant réqueri l'annonimat ont été identifiés par se voix.

      Le premier prétendu "témoins sur place" à Tindouf c'est le dénommé "Dueh" et vit
      à Fuerteventura (Espagne) et non à Tindouf.

      Le deuxième prétendu "témoin sur place" dans les prétendues "violentes
      manifestations" de Tindouf est une personne qui vit maintenant à Badajoz
      (Espagne).

      <------------------------------------------------------------------->
      3. SAHARA-CAMPS DE RÉFUGIÉS-LES PRÉSUMÉ "SOULÈVEMENT"-LA FABRICATION D'UNE
      CALOMNIE
      http://www.map.ma/mapfr/Tindouf/index.htm

      Page spécial dévouée à la calomnie

      --------------------------------------------->
      3.1. LA CALOMNIE ET LA DÉSINFORMATION: JOUR 1

      http://www.map.ma/fr/sections/boite5/manifestations_viole/view
      http://www.map.ma/mapfr/Tindouf/manif-tind1.htm

      "Manifestations violentes" à Tindouf en "protestation" contre la "répression"
      dans les camps


      Tindouf, 01/06/06- Les camps de Tindouf (Sud de l'Algérie) ont été, mercredi
      soir, le théâtre de 'manifestations violentes' des 'habitants de tout âge' en
      'protestation' contre la 'torture' et la 'répression' à l'encontre d'un jeune
      homme, nommé Habbadi Ould Hmimed, 'opposé à la thèse des <séparatistes>', ont
      affirmé des 'témoins oculaires'.
      Ce jeune homme a été arrêté mardi par les forces de sécurité du Polisario et
      transféré à l'un des 'centres secrets de détention' où il a subi 'toutes les
      formes de supplices' de la part des 'tortionnaires' du Polisario.
      Selon les mêmes sources, ces 'manifestations', qui ont 'éclaté 'dans les camps
      du "27 février" et de "Smara", ont rassemblé hommes, femmes et enfants,
      ajoutant
      que 'les populations des autres camps' se sont 'jointes' à ces manifestations
      pour 'dénoncer' les comportements 'barbares' de la 'bande' du Polisario.
      Les responsables du Polisario ont 'encerclé' les 'manifestants' faisant usage de
      tous les moyens de 'répression', ce qui a 'attisé la colère' des populations
      'séquestrées' entrées dans des 'affrontements' avec les forces de sécurité,
      précisent les mêmes 'sources', ajoutant que ces accrochages ont fait plusieurs
      'blessés graves'

      ***********
      dont une personne nommée Hmida Ould Mohamed Ali Ould Mohamed
      Cheikh Ould Lablal qui, selon des 'témoins', ****a trouvé la mort***** suite à
      l'intervention 'sauvage' des 'mercenaires'.
      ************

      Une 'dizaine' de participants à ces manifestions ont été arrêtées et transférées
      vers des 'lieux secrets'.

      Les 'témoins' ont affirmé que les habitants 'séquestrés' ont essayé de se rendre
      au campement de la MINURSO, situé près des camps, mais les responsables du
      Polisario 'les ont bloqués et empêchés' de rencontrer les membres de la mission
      onusienne.

      Face au 'blocus' 'imposé' par les forces de sécurité aux manifestants, un groupe
      de jeunes 'a mis le feu' dans des 'locaux administratifs', 'brandi le drapeau
      marocain' défiant ainsi les 'séparatistes' et 'scandé des slogans' 'dénonçant
      la politique de répression' pratiquée par la 'bande' du Polisario à l'encontre
      des 'séquestrés'.

      Les 'manifestants' ont 'crié' leur 'désir ardent' de
      'regagner la mère patrie' et 'exigé' la 'levée du blocus' dont ils font l'objet
      afin de rencontrer leurs familles et proches car ils ont trop souffert de la
      'répression'.

      ----------->
      http://www.map.ma/mapfr/Tindouf/manif-tind2.htm

      "Manifestations violentes" dans le camp du "27 février" à Hmada Tindouf


      Tindouf, 01/06/06 - Le camp du "27 février" à Hmada Tindouf a connu, mardi, de
      'violentes manifestations' après que M. Habbadi Ould Hmimed, un des notables de
      la tribu "R'guibate Laâyaycha", ait été 'sauvagement agressé' par le 'dénommé'
      Taleb Ami Addiya, commissaire de la soit disant police du Polisario.

      Un 'grand nombre de personnes', membres de la tribu "R'guibate Laâyaycha", ont
      protesté 'avec force' et 'dénoncé' l'<agression barbare> dont a fait l'objet
      M.Habbadi et à la suite de laquelle il a été évacué vers un hôpital à Tindouf
      dans un état grave.

      Suite à ces 'manifestations', les 'soit disant' police et gendarmerie du
      Polisario ont lancé une 'vaste campagne d'arrestations' dans les rangs des
      'séquestrés' du camp du "27 février" qui a ciblé 20 membres de la tribu
      "R'guibate Laâyaycha", dont un de ses notables, M. Yahdih Ould Salama Ould
      Annaffaâ.

      Ces arrestations ont exacerbé la 'tension' dans ledit camp, où les
      'manifestations' 'se sont poursuivies' mercredi à l'encontre des 'exactions'
      des 'responsables' du 'soi-disant' Polisario.

      Les 'manifestants' ont, dans le cadre de la 'protestation' contre les formes de
      répression qu'ils subissent, saccagé le "tribunal coutumier" et une école et
      incendié plusieurs voitures et des équipements qui se trouvaient dans ce camp.
      Ils ont également 'scandé des slogans' 'à la gloire de SM le Roi Mohammed VI' et
      'exprimé leur soutien' au projet d'<autonomie> proposé par le Souverain comme
      solution politique définitive à la question du Sahara.

      Face à leur 'impuissance' de contrôler la situation, les dirigeants du Polisario
      ont 'demandé des renforts' à l'armée algérienne, apprend-on.

      Les dirigeants de cette 'fantomatique' entité ont lancé mercredi une 'nouvelle
      campagne d'arrestations' contre tous les hommes du camp "27 février", ce qui a
      poussé femmes et enfants qui vivent dans des conditions précaires à organiser
      de 'grandes manifestations' appelant à la libération de leurs proches.

      Selon des informations en provenance des camps de Tindouf, ces femmes et enfants
      protestent toujours devant le siège du secrétariat général du front Polisario en
      'scandant des slogans hostiles au Polisario' et à ses dirigeants, appelant à la
      libération des détenus dont Habbadi Ould Hmimed et Ahmed Ould Ali Cheikh, deux
      notables de la tribu "R'guibate Laâyaycha", qui, dans un état de santé
      'critique', ont été évacués dans conditions 'inhumaines' vers un hôpital de
      Tindouf.

      Ces 'grandes manifestations' interviennent à la suite des initiatives positives
      du Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (CORCAS) et de
      l'<espoir> qu'a suscité la proposition de l'<autonomie> des 'provinces du Sud'
      préconisée par SM le Roi Mohammed VI. Elles interviennent aussi en signe de
      protestation de la part des 'séquestrés' dans ces camps contre la situation
      'déplorable et inhumaine' que vivent les 'séquestrés' des camps et leur
      'désespoir' face à l'impasse dans laquelle se trouvent la thèse des
      'séparatistes' et les politiques répressives auxquelles ces derniers recourent
      à l'encontre des 'séquestrés'.

      Une personne dénommée Hmida Ould Mohamed Ali Ould Mohamed Cheikh Ould Lablal a
      trouvé la mort, mercredi, suite à l'intervention 'sauvage' des milices du
      Polisario qui réprimaient des 'manifestations' ayant 'éclaté' dans les camps du
      "27 février" et de "Smara" et qui protestaient contre la 'répression' dont avait
      fait l'objet un jeune homme 'opposé' à la thèse des 'séparatistes'.

      ----------->
      http://www.lematin.ma/Journal/article.asp?id=natio&ida=61567
      http://www.lopinion.ma/article.php3?id_article=12293
      http://www.albayane.ma/Detail.asp?article_id=55634

      "Violentes manifestations" à Tindouf en protestation contre la répression dans
      les
      camps

      01.06.2006 | 14h47

      Les camps de Tindouf (Sud de l'Algérie) ont été, mercredi soir, le théâtre de
      'manifestations violentes' des habitants de tout âge en protestation contre la
      'torture' et la 'répression' à l'encontre d'un jeune homme, nommé Habbadi Ould
      Hmimed, 'opposé' à la thèse des 'séparatistes', ont affirmé des 'témoins
      oculaires'.
      Ce jeune homme a été arrêté mardi par les forces de sécurité du Polisario et
      transféré à l'un des 'centres secrets' de détention où il a subi 'toutes les
      formes de supplices' de la part des 'tortionnaires' du Polisario.

      Selon les mêmes 'sources', ces 'manifestations', qui ont éclaté dans les camps
      du «27 février» et de «Smara», ont rassemblé hommes, femmes et enfants,
      ajoutant
      que les populations des autres camps se sont jointes à ces manifestations pour
      'dénoncer' les comportements 'barbares' de la 'bande' du Polisario.

      Les responsables du Polisario ont 'encerclé' les manifestants faisant usage de
      tous les moyens de 'répression', ce qui a attisé la colère des populations
      'séquestrées' entrées dans des affrontements avec les forces de sécurité,
      précisent les mêmes sources, ajoutant que ces accrochages ont fait 'plusieurs
      blessés graves'

      **********
      dont une personne nommée Hmida Ould Mohamed Ali Ould Mohamed
      Cheikh Ould Lablal qui, selon des témoins, *****a trouvé la mort*** suite à
      l'intervention sauvage des mercenaires.
      *********

      Une dizaine de participants à ces 'manifestions' ont été arrêtées et transférées
      vers des 'lieux secrets'.

      Les 'témoins' ont affirmé que les habitants 'séquestrés' ont essayé de se rendre
      au campement de la MINURSO, situé près des camps, mais les responsables du
      Polisario les ont bloqués et empêchés de rencontrer les membres de la mission
      onusienne.

      Face au 'blocus' 'imposé' par les forces de sécurité aux manifestants, un groupe
      de jeunes a mis le feu dans des locaux administratifs, 'brandi le drapeau
      marocain' défiant ainsi les 'séparatistes' et 'scandé des slogans' dénonçant la
      politique de 'répression' pratiquée par la 'bande' du Polisario à l'encontre des
      'séquestrés'.

      Les manifestants ont crié leur 'désir ardent' de 'regagner la mère patrie' et
      exigé la 'levée du blocus' dont ils font l'objet afin de rencontrer leurs
      familles et proches car ils ont trop souffert de la 'répression'.

      Voici la liste des 17 compatriotes sahraouis arrêtés à la suite de <l¹Intifada>
      de Tindouf :
      - Salah Ould Al Fakara
      - Salem Ould Alioua
      - Abderrahmane Ould Mohamed Hammoudi Ould Daf
      - Alouat Ould Med Salem Ouled Ba Ali ('gravement blessé')
      - Med Al Bachir Ould Mokhtar Ould Al Bilal
      - Hammoudi Ould Mustapha Ould El Ouali
      - Badr Ould Hammoudi Ould Sidi Abdallah
      - Lahbib Ould Salma Ould Abdellah ('gravement blessé')
      - Al Bachir Ould Lhassane
      - Zakaria Ould Med Abdellah
      - Mostafa Ould Med Ould Lahbib
      - Ahmadtou Ould Al Bilal Ould Bibi
      - Yahdih Ould Slama Ould Nafaâ
      - Mohamed Lamin Ould Slama Ould Nafaâ
      - Hamdi Ould Hmimid
      - Hmide Ould Med Ali Ould Med Cherkh Ould Al Bilal ('gravement blessé')
      - Hmadtou Ould Sidi Ahmed Med Lamine




      Vos commentaires

      Intervention : C'est gagné pour le Maroc

      A croire cet article, je me demande pourquoi le Maroc n'organise pas le
      Référendum d'autodétermination pour les sahraouis?

      J'entends toute la presse Marocaine dire que la population du sud est
      pro-marocaine à 100% et ceux qui sont dans les camps de Tindouf, selon votre
      article présent, se soulèvent maintenant pour crier leur envie de retourner
      dans la mère patrie, jusqu'à hisser le drapeau marocain!!!

      Alors les sahraoui voterons leur marocanité si référendum ait lieu???

      Ou alors, il y a quelque chose qui cloche entre votre information et la réalité!

      02.06.2006
      Albert Marinier , France

      ----------->
      http://www.map.ma/fr/sections/boite4/des_dissidents_du_p/view
      http://www.map.ma/mapfr/Tindouf/decidents.htm
      http://www.lematin.ma/Journal/article.asp?id=natio&ida=61592
      http://www.lopinion.ma/article.php3?id_article=12293

      Des dissidents du Polisario "dénoncent" la "répression" dans les camps de
      Tindouf


      Tindouf, 01/06/06- "La Ligne du Martyr", un mouvement dissident du Polisario,
      a souligné que les 'nouvelles manifestations' dans les camps de Lahmada, en
      Algérie, augurent d'une explosion violente et 'peuvent dégénérer' en raison de
      la 'grande vague' de 'mécontentement' qui y sévit, qualifiant la direction du
      Polisario "d'impuissante, de piteuse et de despotique qui fait des
      souffrances de nos familles dans les camps son fonds de commerce depuis trois
      décennies".

      Un communiqué de "La Ligne du Martyr" a précisé que cette 'Intifada' a débuté
      par des 'communiqués de protestation' contre le 'despotisme' de cette direction
      'corrompue', qui se livre au 'détournement' de deniers publics ignorant les
      souffrances des populations dans les camps impitoyables de Lahmada, en Algérie.
      Ces incidents se produisent quelques jours seulement après la fin de la mission
      d'une délégation du Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme
      dans les camps, laquelle mission s'est déroulée 'dans un black-out total', alors
      que la direction du Polisario a lancé au grand jour une 'grande campagne de
      répression', 'liquidation' et d'<incarcération> de 'dizaines' de personnes.

      La première étincelle de cette 'Intifada' a éclaté quand les milices de la
      'répression' qui relèvent de Mohamed Abdelaziz ont procédé à l'arrestation de
      Habbadi Ould Mohamed Lamine Ould Hmimed de la tribu de "laâyaycha" et l'ont
      soumis à la 'torture' 'devant femmes et enfants', dans l'école du "27 février",
      après quoi il a été 'évacué vers un hôpital' dans un état 'critique'.
      Selon le communiqué, des 'vagues de manifestants' parmi les populations des
      camps 'en colère' se sont dirigées vers le siège de la 'soi-disant' police de
      Mohamed Abdelaziz, érigée en "un instrument de 'répression' de nos populations
      dans les camps, qu'elles ont saccagé et incendié après avoir demandé aux
      miliciens de quitter les lieux".
      Les 'manifestants' ont également 'mis le feu' aux véhicules de la police et en
      ont détruit d'autres. Quelques heures après, les manifestants ont été encerclés
      par des miliciens de la gendarmerie de Mohamed Abdelaziz après que plusieurs
      policiers ont refusé de charger leurs familles et proches, ce qui a donné
      lieu au 'carnage'. 'Plusieurs personnes', jeunes et moins jeunes, ont été
      'blessées', alors que 19 autres ont été incarcérés et évacués dans des
      véhicules vers une 'prison effroyable' dans la zone de Dhibia, au sud-ouest de
      Rabboni.
      La même 'source' précise en outre que 17 jeunes ont été blessés, dont cinq se
      trouvent 'dans un état critique', à savoir Sid Ahmed Ould Mouloud Ould Bara, de
      la tribu Bouihat, Zakaria Ould Mohamed Salem Ould Abdallah, de la tribu Thalat
      (dont l'oncle est le célèbre poète connu sous le nom de Baddi), Haddi Ould
      Salama Ould Nafaâ, de la tribu de Laâyaycha, Ahmed Ould Mohamed Ali Ould
      Mohamed Cheikh, de la même tribu, ainsi que Aaliouat Ould Mohamed Lamine Ould
      Ba Ali.

      ********
      Lahbib Ould Salama Ould Abdedallah se trouve, quant à lui, 'dans un état
      comateux entre la vie et la mort',
      ******


      alors que le dénommé Khatri Ali Ahmadou a
      essayé, lors des affrontements 'sanglants' avec les milices, de prendre la
      fuite à bord d'un véhicule de type " Toyota " qui a essuyé 'des tirs'. Ce jeune
      se trouve dans un 'état critique'.
      Les 'populations' ont alors décidé de <déclencher un 'grand soulèvement'> et
      d'<organiser des marches> à partir de <l'ensemble des camps> vers le siège de
      Mohamed Abdelaziz au secrétariat général à Rabboni. Face à cette situation,
      les milices de la gendarmerie, de la police et de l'armée ont procédé à
      <l'encerclement de tous les camps> et y ont interdit toute sortie aux
      populations, en déclarant l'état d'exception. Toute personne refusant
      d'obtempérer est 'automatiquement torturée' et jetée dans des 'geôles
      secrètes'.

      Le communiqué souligne que des recherches ont été diligentées afin de retrouver
      le dénommé Alouimine Ould Mohamed Yeslam Ould Miles de la tribu de "Laâyaycha"
      - son père est considéré comme l'un des plus proches conseillers économique de
      Mohamed Abdelaziz - ce qui 'démontre' de façon 'sans équivoque' que le
      'soulèvement' est 'global' et 'généralisé' et concerne 'toutes' les catégories
      des populations des camps y compris celles considérées comme proches de la
      direction du Polisario. Les recherches sont, en effet, en cours pour retrouver
      sa mère, Mhimida Ment Hmida Ould Said, qui est l'épouse d'un des membres du
      secrétariat national et homme d'affaires dans les camps.
      Plus de 50 femmes et jeunes filles, dont la majorité est originaire des tribus
      de Rguibat, ont organisé, jeudi, un sit-in à l'intérieur de la résidence de
      Mohamed Abdelaziz et ont 'scandé des slogans' qui lui sont hostiles ainsi qu'à
      sa 'bande'. Elles ont également 'enlevé leurs Mlahfa' (NDLR : tenue des femmes
      au Sahara) en signe de protestation et de colère, appelant à la libération de
      leurs enfants et proches et à la traduction devant la justice des
      'tortionnaires' et des 'bourreaux' des autorités, la gendarmerie et de la
      police, poursuit le communiqué.

      La même 'source' précise qu'à l'heure actuelle, l'ensemble des instruments de
      répression de Mohamed Abdelaziz n'a pu les déloger du siège du secrétariat
      général à Rabboni, ce qui a poussé les milices à les encercler et à les
      empêcher d'entreprendre tout contact avec l'extérieur, ajoutant que la
      situation dangereuse dans les camps de Lahmada augure d'une 'grande explosion'.
      Parmi les 'slogans' 'scandés' par les manifestants figurent : "Trente ans de
      despotisme et d'autorité corrompue", "Ouverture d'un dialogue national sans
      exclusive ni marginalisation", "Nécessité d'ouvrir le dialogue pour déterminer
      le chemin à suivre" et "Que cesse l'utilisation des souffrances des populations
      de Lahmada en tant que fonds de commerce", conclut le communiqué.

      ---------->
      http://www.map.ma/mapfr/Tindouf/asm-appelle.htm
      http://www.aujourdhui.ma/couverture-details46714.html

      L'association Le Sahara Marocain appelle l'Espagne à intervenir pour arrêter le
      "massacre à Tindouf"


      L'Association le Sahara Marocain (ASM) a appelé, jeudi, "toutes les forces
      éprises <de paix et de justice> en Espagne" à <intervenir d'urgence> pour
      arrêter "le <massacre> qui se produit <en ce moment> à Lahmada, loin des
      observateurs de l'ONU et des caméras de télévision".

      Réagissant aux 'informations' 'faisant état' des 'violentes manifestations' au
      camp "27 février" à Tindouf, 'durement réprimées' par les milices du Polisario,
      l'ASM a appelé la communauté internationale, en premier lieu l'ONU, à assumer
      ses responsabilités dans la protection des civils Sahraouis dans les camps de
      Tindouf, dans le sud-ouest algérien.
      "Suite à l'intervention féroce des milices du polisario pour 'réprimer' le
      'soulèvement populaire' 'déclenché' le lundi 29 mai dans les camps de Tindouf
      contre les 'exactions' commises par des membres des forces de sécurité <contre
      des militants sahraouis de défense des droits de l'homme>, l'Association le
      Sahara Marocain appelle la communauté internationale à <intervenir d'urgence>
      pour éviter "le massacre" qui se produit en ce moment à Lahmada, loin des
      observateurs de l'ONU et des caméras de télévision", lit-on dans un communiqué
      de l'association, dont la MAP a reçu une copie.

      "Nous lançons aussi un appel à toutes les forces <éprises de paix et de justice>
      en Espagne à user de leur influence auprès de la direction du polisario pour
      protéger 'nos compatriotes marocains' d'origine sahraouie sur lesquels s'est
      abattue la 'foudre' des hommes de Mohamed Abdelaziz, pour le simple fait de
      'vouloir exprimer des opinions contraires' à celles des dirigeants du mouvement
      <séparatiste>", ajoute le texte.

      "Soucieuse de la garantie des droits de nos compatriotes, aussi bien au Sahara
      Marocain que dans les camps de Tindouf en Algérie, ajoute le communiqué, l'ASM
      exhorte tous les médias espagnols, connus pour leur sensibilité extrême quand
      il s'agit de questions liées à la violation des droits de l'homme, notamment
      ceux des Sahraouis, à se mobiliser et à envoyer des équipes pour mener des
      investigations sur la situation dans les camps de Tindouf".

      L'association, 'basée à Malaga', dans le sud de l'Espagne, "appelle le
      gouvernement marocain à assumer ses responsabilités et à intervenir en toute
      urgence auprès des instances internationales pour exiger l'arrêt immédiat de
      ces exactions et l'ouverture d'une enquête indépendante afin de <jeter toute la
      lumière> sur ces <événements douloureux>".


      Le 1-6-2006
      Par : MAP

      ---------->
      http://www.liberation.press.ma/default.asp?id=13780

      Tindouf au-dessus du volcan


      Il y a une dizaine de jours, la chaîne de télévision régionale de El Aaiun
      contactait par téléphone un Sahraoui se trouvant aux camps de Tindouf.

      Personne ou presque n’en a parlé. Pourtant, il s’agit d’un 'témoignage'
      'flagrant'. Si tout le monde avait ressassé, tambour battant, la participation
      <d’un certain Tamek> il y a quelques années, au 'soi-disant' congrès du
      Polisario à travers son GSM depuis Aït Melloul, cette fois-ci, on n’en a
      entendu mot dans la presse marocaine.
      C’est dire combien nous lésons le traitement professionnel de l’information. A
      travers la recherche des dos-d’âne dans la mauvaise gestion de ce dossier,
      certains veulent critiquer des parties, oubliant qu’il s’agit d’une question
      qui intéresse le peuple marocain dans son ensemble. Et donc, il n’est pas
      logique d’opérer ce black out volontaire/involontaire, ni de suivre à la lettre
      les prescriptions des gestionnaires, mais de décrire la réalité telle qu’elle
      est. Sans maquillage aucun, ni d’un côté ni de l’autre. D’ailleurs, tout le
      monde nous le reproche à l’étranger, bien des composantes, dont les médias,
      n’agissent pas encore de la manière qu’impose la situation.
      Ce n’est plus le temps où on va suivre à la lettre les discours des officiels et
      d’en adopter à l’aveuglette toute la teneur. L’heure est à l’action
      professionnelle et en cela, il faut le dire, la télévision de El Aaiun est
      pionnière. Lorsqu’on parle d’exploit, ce n’est pas le fait du contact en
      lui-même, tout le monde étant au courant que si le libre choix est laissé aux
      Sahraouis à Tindouf, ils auraient longtemps mis un terme à ce drame. Mais c’est
      en raison des propos que ce militant sahraoui avait tenus lors de cette
      communication. «La situation dans les camps de Tindouf est tel un volcan en
      ébullition et son explosion peut survenir à tout moment, à cause d’une
      direction en déphasage», avait répondu à la El Aaiun-TV ce Sahraoui, éloigné
      avec d’autres de Tindouf, lorsque la commission onusienne des droits de l’Homme
      était arrivée récemment dans le cadre de son enquête.

      Pas un mois de passé et voilà que ce volcan qui s’explose. Tindouf est 'de
      nouveau' secoué par les 'manifestations', les 'cris' de ses pauvres désarmés,
      l’<indignation> de ses enfants, l’<ire> de ses femmes, la <colère> de ses
      jeunes, l’exaspération de ses chioukhs et le ras-le-bol de toute une population
      dont une partie non négligeable n’attend qu’une opportunité de retour.
      Les derniers revenants, parmi lesquels deux cadres la semaine dernière, ne
      cessent de le souligner : « Ceux qui restent 'cherchent désespérément' la voie
      du 'retour à la mère patrie' ».

      Selon des sources sahraouies civiles, des 'manifestations' sont également
      prévues aux camps de Lahmada et 'même à Bechar', 'en guise de solidarité' avec
      les détenus de la tribu de Layaycha. A chaque fois que le Maroc prend
      l’initiative sur le plan politique ('autonomie') et va 'courageusement' de
      l’avant sur d’autres dossiers (droits humains), le Polisario 'se trouve en
      crise', car cela coupe court à ses discours 'mercantilistes' qu’il
      développe à l’étranger comme à destinations des Sahraouis eux-mêmes», a déclaré
      à Libé, un acteur de la société civile à El Aaiun. Et d’ajouter qu’«on a beau
      vivifier l’espoir d’une solution aux camps, les Sahraouis sont de plus en
      conscients que la partie est déjà jouée, le Maroc est bel et bien le toit sous
      lequel tout le monde peut vivre en paix, et en dignité ».

      Cela fait une dizaine d’années qu’on commençait à ressentir la dislocation de
      cette entité 'artificielle'. Un véritable débat gagnait les milieux
      intellectuels au sein du Polisario même : quel avenir pour la RASD dans ces
      mutations internationales? Et si on intégrait un Maroc 'de plus en plus' enclin
      aux normes 'démocratiques'? L’Algérie est-elle un allié stratégique ou
      simplement un parrain tactique? L’entité étatique revendiquée est-elle viable?
      Autant de questions nées au sein de ceux qui ont fait leurs études à
      l’extérieur des camps, mais aussi au sein des cadres au fait de la fragilité et
      de la subordination de leur structure. Ceux particulièrement qui ont eu
      l’occasion de contempler la situation dans le monde en général, et au Maroc en
      particulier d’un oeil très objectif, critique et qui savent bien lire en
      filigrane les signes d’un avenir prometteur au sein d’un Maroc ouvert pour
      tous.


      Nouri Zyad

      ---------->
      http://www.map.ma/fr/sections/boite4/l_etat_algerien_coup/view

      L'Etat algérien "coupe" "toutes" les liaisons téléphoniques et moyens de
      communication avec les camps de Tindouf

      El Aaiun, 01/06/06- L'Etat algérien a 'coupé', jeudi soir, 'toutes' les liaisons
      téléphoniques et moyens de communication avec les camps de Tindouf, sud
      algérien, qui ont connu de violentes manifestations ces deux derniers jours.
      Aucun contact n'a pu être établi avec les camps, s'inquiètent plusieurs membres
      de familles sahraouies installées à El Aaiun et en Europe, <mettant en garde>
      contre un 'éventuel carnage' qui serait <en train d'être préparé> par le
      Polisario.
      Les membres des familles des Sahraouis 'séquestrés' à Tindouf appellent la
      communauté internationale à <intervenir d'urgence> pour <lever le siège imposé>
      par <l'armée algérienne> et le Polisario aux 'séquestrés' dans ces camps.
      Au moins 17 personnes ont été blessées et 19 autres arrêtées suite aux
      'violentes manifestations' qui ont 'éclaté' dans le camp du "27 février" à
      Hmada Tindouf, et qui ont été 'sauvagement réprimées' par les 'tortionnaires'
      du Polisario, selon un 'premier bilan' 'parvenu' jeudi matin à la MAP.


      --------------------------------------------->
      3.2. LA CALOMNIE ET LA DÉSINFORMATION: JOUR 2
      http://www.map.ma/mapfr/Tindouf/violences-poursuite.htm

      "Poursuite" des "violentes manifestations" et vagues d'arrestations dans les
      camps de Tindouf ("sources" "sûres")


      El Aaiun, 02/06/06 - Les camps de Tindouf 'demeurent' le théâtre de 'violentes
      manifestations', exprimant la 'condamnation' et le 'refus catégorique' des
      'séquestrés', dans ces camps, des pratiques 'inhumaines et barbares' dont ils
      sont l'objet de la part des responsables du Polisario, et des arrestations qui
      ont ciblé des membres de la tribu Rguibat Laayaycha dans le "camp du 27
      février", apprend-on de 'sources' 'sûres'.

      Selon des 'témoignages sonores' recueillis 'sur place' et diffusés par la
      station régionale de la télévision marocaine à El Aaiun, un 'grand nombre de
      personnes' ont été 'arrêtées' suite à ces 'violentes manifestations' qu'a
      connues ledit camp et qui ont été 'sauvagement réprimées' par les 'bourreaux'
      du Polisario, faisant 'plusieurs blessés' dans les rangs des manifestants, dont
      certains sont dans un 'état grave'.

      Parmi les personnes arrêtées figurent Saleh Ould Al Foukra, Salem Ould Alioua,
      Abderahmane Ould Mohamed Hamoudi Ould Daf, Alouat Ould Mohamed Salem Ould
      Baâli, Mohamed Al Bachir Ould Al Mokhtar Ould Al Bilal, Hamoudi Ould Al Mostafa
      Ould Al Wali, Badr Ould Hamoudi Ould Sidi Abdallah, Lahbib Ould Salma Ould
      Abdallah, Al Bachir Ould Al Hassan, Zakaria Ould Mohamed Abdallah, Al Mostafa
      Ould Mohamed Lahbib, Ahmatou Ould Al Bilal Ould Bibi, Hdiya Ould Salama Ould
      Anafaâ, Mohamed Lamine Ould Slama Ould Anafaâ, Hbadi Ould Hmimid, Hmatou Ould
      Mohamed Ali Ould Mohamed Cheikh Ould Al Bilal, Hmatou Ould Sayed Ahmed Mohamed
      Lamine, l'enfant Abdallah Ould Hdiya Ould Slama Ould Anafaâ et Lâabad Ould Sidi
      Mohamed Ould Anafaâ.

      Parmi les personnes 'séquestrées' qui sont toujours recherchées par les
      'bourreaux' du Polisario figurent Saleh Ould Hmida, Saleh Ould Mohamed Fadel
      Ould Boukhris, Mohamed Ould Sidi Ould Al Mehdi, Al Mine Ould Mohamed Yasslam
      Ould Al Miless, Salma Ould Hamoudi, Bachriya Ould Mohamed Lamine Ould Al
      Bachri.

      De 'nombreuses personnes' ont été 'blessées', dont 'certaines grièvement', au
      cours de cette 'manifestation' contre la 'répression' et le 'despotisme' des
      responsables du Polisario. Parmi les 'blessés graves' figurent Alouate Mohamed
      Baâli, Lahbib Salma Abdallah et Hmada Ould Mohamed Cheikh.


      La station régionale de la télévision marocaine à El Aaiun a diffusé, jeudi
      soir, dans un spécial sur ce 'soulèvement', des 'témoignages' par téléphone,
      dans lesquels un des 'séquestrés' ayant requis l'anonymat, a donné un aperçu
      les événements en cours dans les camps de Tindouf.

      " Des actes 'criminels' ont été perpétrés contre nos familles par la police et
      la gendarmerie armées jusqu'aux dents qui ont arrêté plusieurs membres de la
      tribu Rguibat Laayaycha et conduits à la prison Dhaibiya, une des célèbres
      prisons du Polisario", a-t-il déclaré.

      Ce citoyen 'séquestré' dans les camps de Tindouf a qualifié les actes des
      'bourreaux' du Polisario de "réaction 'violente' à une 'injustice' flagrante"
      contre les membres de la tribu. Il s'agit également, a-t-il ajouté, "d'un acte
      'criminel et provocateur' qui trahit la 'rancune' que nourrissent les
      dirigeants du Polisario et à leur tête Hmatou Abdelaziz à l'encontre des fils
      de la tribu".

      La 'répression' des 'manifestations' qui ont eu lieu a été 'violente et
      criminelle' dans la mesure où un 'grand nombre' de membres de la tribu
      susmentionnée ont été arrêtés, a indiqué ce 'séquestré', qui a cité les noms de
      certains d'entre eux, ainsi qu'une liste des personnes recherchées dont une
      femme dénommée Mahmouda Bent Hmida.

      L'un des membres de la tribu a indiqué qu'il s'était rendu à Tindouf pour
      demander l'autorisation de voyager à Oran où sa mère doit subir une opération
      chirurgicale, mais sa demande a été rejetée à cause de la décision des services
      de renseignements algériens, en coordination avec les 'bandes' du Polisario,
      d'interdire à 'tous' les membres de la tribu de quitter les camps de Tindouf.

      Il a affirmé que la situation est 'explosive' dans ces camps. "Nous saisissons
      cette occasion pour interpeller les consciences, les défenseurs des droits de
      l'homme et les organisations internationales et leur demandons de faire en
      sorte que justice soit rendue et qu'un terme soit mis à l'injustice et à la
      'répression' dont sont victimes nos familles dans les camps de Tindouf", a-t-il
      dit.

      Il a souligné que le temps est venu, après 30 ans de souffrances, de déchirement
      et de privations, de régler la question du Sahara pour "mettre fin à la
      tragédie, aux souffrances et à la tension ".

      Et d'ajouter : " Assez de tragédies, de déshérence et de drames Une solution
      répondant aux spécificités de la région, qui satisfait toutes parties et qui
      donne à chacun son droit s'impose".


      Un autre citoyen 'séquestré' dans les camps de Tindouf et dont le 'témoignage' a
      été diffusé par la station, a affirmé que ce qui s'est passé à Lahmada est
      'inimaginable et incroyable'. "Ce qui s'est passé est très dangereux ",
      regrette-t-il.

      La 'dignité' des hommes a été entamée et l'honneur des personnes a été
      'bafouée', a-t-il ajouté, précisant que les gens ont été victimes de coups, de
      'violations' de leur 'dignité' et d'humiliations et certains ont été gravement
      atteints.


      M. Aïdi Ould Anafaâ, l'un des chioukhs de la tribu Laayaycha a déclaré, dans un
      témoignage téléphonique depuis la ville espagnole de Salamanque, que le jeune
      Al Abbad Ould sidi Mohamed Ould Anafaâ a été 'enlevé' devant sa maison dans le
      camp de Rabouni, ajoutant que les membres de la tribu Réguibal-Laayaycha font
      'toujours' l'objet d'<enlèvements> et de 'répression' dans les camps de
      Tindouf.

      " La prison Adhaibia à Rabouni 'pullule' de membres de cette tribu qui sont
      soumis à la répression, aux humiliations et aux différentes 'violations' pour
      la simple raison d'avoir refusé la marginalisation, les souffrances et les
      'tortures' et affiché leur 'marocanité', soutenant l'<autonomie> 'sous le
      drapeau marocain' et la monarchie 'constitutionnelle'.

      Il a indiqué que les dirigeants du Polisario ont 'imposé le siège' des membres
      de la tribu sur l'étendu des camps de Tindouf, fermé les voies menant de
      Rabouni vers Tindouf et le territoire mauritanien et arrêté tout membre de la
      tribu en déplacement pour les interroger.

      Il a précisé que '75 femmes' de la tribu observent depuis trois jours un
      'sit-in' devant le 'soi-disant' siège du secrétariat général de Mohamed
      Abdelaziz réclamant la libération de leurs fils, maris et proches.

      M. Aîdi Ould Anafaâ a appelé, en tant que cheikh de la tribu, le secrétaire
      général de l'Onu, les organisations de défense des droits de l'homme, le
      président du Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (CORCAS)
      et toutes les consciences à enquêter sur ces événements qui ont été marqués par
      l'<humiliation> et la <violation> de la <dignité> des membres de la tribu.


      De son côté, M. Ramdane Masoud, membre du CORCAS et président de l'association
      sahraouie pour la défense des droits de l'homme, a 'dénoncé', dans un appel
      téléphonique depuis Las Palmas, la 'répression' contre la 'violente
      manifestation' intervenue dans les camps de Tindouf.

      Il a indiqué à ce sujet que son 'association' est en train de recueillir toutes
      les 'informations' concernant ces événements et a entrepris des contacts avec
      plusieurs organisations internationales pour 'dénoncer' la 'répression sauvage'
      dont ont été victimes les manifestants.

      ----------->
      http://www.map.ma/fr/sections/boite1/camps_de_tindouf__si/view
      http://www.map.ma/mapfr/Tindouf/papier-OA.htm

      Camps de Tindouf: Silence, "on tue"

      Par Abdelaziz Ouedrhiri-. Rabat, 02/06/06-

      Silence, on tue. Tel semble être le mot d'ordre que se sont lancés les
      exterminateurs en faction dans les camps de Tindouf, au sud de l'Algérie,
      isolés du reste du Monde depuis jeudi soir.

      Estampillés désormais 'secrets', ces camps sont soumis à la 'loi du silence',
      celui 'faisant craindre le pire'.

      Où est la presse espagnole qui raffole tant de tout ce qui touche de près ou de
      loin au Maroc ? Où sont ces grandes agences dont le silence pesant en dit long
      sur le peu de cas qu'elles font du sort de milliers de personnes dans les camps
      de Lahmada ?.

      Pourquoi l'ONU tarde-t-elle à réagir ? Où est cette Union Africaine qui se
      targue tant de défendre les Africains contre l'oppression et la dictature ? Où
      sont toutes ces Organisations et Associations internationales des droits de
      l'homme qui s'agitent parfois pour des faits banals mais qui se permettent de
      ne piper mot au moment où la vie de populations sans défense est en jeu ? Où
      sont Amnesty International, Human Rights Watch et d'autres organisations du
      genre dont la vocation est précisément de défendre les droits de l'homme là où
      ils sont bafoués ?. Pourquoi la Mission du Haut Commissariat aux Droits de
      l'Homme (HCDH), qui a visité le Maroc et Tindouf, a-t-elle annulé l'étape
      d'Alger où, pourtant et comme tout le monde sait, sont tirées toutes les
      ficelles de la question du Sahara ?.

      Nulle réponse à cela. Le Maroc est dans l'attente d'explications. Il l'a fait
      savoir par un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la
      Coopération. Reste à espérer que l'explication sera convaincante.

      Le même silence entoure les autres questions, un silence certes pesant mais
      interpellateur des consciences et mobilisateur de tous ceux véritablement épris
      de justice, d'équité et de droits humains.

      Le 'dernier épisode' de la 'purge' menée par le Polisario, qui 'rappelle de
      sombres périodes' de l'histoire de l'humanité, avait commencé mardi dernier.

      Les 'séquestrés' des camps, parmi lesquels un grand nombre de membres de la
      tribu "R'guibate Laâyaycha", étaient alors sortis en masse pour manifester
      après que Habbadi Ould Hmimed, un des notables de cette tribu, ait été
      'sauvagement agressé' par un 'soi-disant' commissaire d'une police du
      Polisario.

      Ces 'manifestations' ont 'révélé', une nouvelle fois, la véritable nature du
      Polisario, celle de 'secte démoniaque et sanguinaire' prête à 'saigner à mort'
      tous ceux qui oseraient s'opposer à sa 'dictature' ou se démarquer de sa ligne.


      Sous l'oeil protecteur de l'Algérie.

      Dans sa 'répression sauvage', la 'horde' 'à la solde' des 'séparatistes'
      n'épargne personne. 'Ni les femmes, ni les enfants, ni les vieillards', et
      encore moins les hommes. Nul n'échappe à la cruauté de ces exterminateurs
      agissant en fidèles exécutants des consignes de leur gourou.

      'Bilan' de la 'première journée' de 'répression': 'des dizaines' de 'blessés
      graves' et autant d'arrestations. Puis, plus rien. Silence, les lignes
      téléphoniques ayant été 'coupées'. La 'honte'.

      Par la volonté de l'Etat algérien, personne ne peut espérer avoir la moindre
      bribe d'information sur ce qui s'y passe.

      Face à cet 'isolement planétaire', des voix se sont élevées pour 'mettre en
      garde' co ntre un 'carnage', parmi lesquelles celles de plusieurs
      'Associations' et familles sahraouies à El Aaiun et en Europe. La 'crainte' est
      'grande' pour la 'vie' des 'séquestrés' à Tindouf.

      'Sans foi ni loi', les milices polisariennes usent de 'toutes les formes' de
      'sadisme' et de 'bestialité primitive' pour étouffer la voix des manifestants,
      une voix porteuse d'espoir qu'un jour proche viendra où ils pourront enfin
      'regagner leur pays, le Maroc'.

      Les 'foules' ne se sont pas tues pour autant. Bravant leurs 'bourreaux', ils ont
      'continué à scander des slogans' 'favorables à leur pays, le Maroc', et 'à
      brandir le drapeau national marocain', une manière on ne peut plus éloquente de
      dire leur 'attachement viscéral' à 'leur patrie et à son unité', se plaçant
      ainsi à la 'cime de la bravoure' et au 'summum du patriotisme'.

      N'est-ce pas là le meilleur témoignage qu'une nation peut attendre de ses fils ?
      Ils sont 'Marocains', entendent 'le rester', et <n'envisagent> leur avenir <que
      dans le Maroc, leur pays et celui de leurs ancêtres>. L'<autonomie> en est le
      meilleur cadre. A la communauté internationale d'assumer pleinement ses
      responsabilités, à elle de les protéger. Leur 'vie' est maintenant 'en danger'.


      Dernière modification 02/06/2006 13:32

      ---------->
      http://www.map.ma/mapfr/Tindouf/papier-EA.htm

      "Répression", "torture" et "meurtre" "à huis clos" à Tindouf

      -(Par Abdelkrim El Mouss)-


      Rabat 02/06/06 - Ce qui était latent depuis plusieurs années dans les camps de
      Tindouf, est remonté subitement à la surface. La voix de l'<unité>, de la
      'marocanité' du Sahara y a retenti, retentissante et sans ambiguïté.

      Par leurs 'manifestations' de mardi et mercredi dans les camps de Lahmada, en
      territoire algérien, 'nos concitoyens' sahraouis, ont dit 'tout haut, à gorge
      déployée', qu'ils ne se laisseront pas immoler en silence, qu'ils n'accepteront
      pas indéfiniment 'ce terrible blocus' qui leur est 'imposé', qu'ils refusent
      d'être ensevelis dans cette 'jungle de non-droit' que sont les camps de
      Tindouf.

      C'est la preuve par cent, que les discours en rupture avec la raison, en
      déphasage avec les réalités, par lesquels on tente de les biberonner n'ont eu
      aucun impact sur leur 'citoyenneté' 'marocaine', n'ont pu percer leurs
      sentiments pour leur patrie, n'ont pu anesthésier leur 'patriotisme'.

      Couper toutes les liaisons communicationnelles avec les camps de Tindouf pour y
      réprimer en silence est pour le moins, un geste d'affolement, un expédient
      ridicule, un aveu dans la 'honte', une tentative dans un sauve qui peut, une
      véritable 'débandade'.

      C'est pourtant la seconde réaction algérienne à ces manifestations après l'envoi
      sur place d'un 'renfort de matraques et de matraqueurs'. C'est l'histoire du
      Tamis et du soleil, les rayons percutants de ce dernier se jouent de la
      grossière prétention du premier.

      Et <c'est la rébellion>, 'drapeaux marocains brandis', aux 'cris à la gloire de
      leur Roi, SM Mohammed VI', aux 'louanges à la sage initiative marocaine' pour
      une 'large autonomie' dans 'nos provinces du sud'.

      Tout est dit 'si fort' et 'si bien' qu'il n'y a 'plus rien à redire', ou plutôt
      tant à dire.

      Ces 'manifestants', hommes, femmes et enfants qui refusent de mettre leur âme en
      berne, 'ont bravé la mort', eux qui savent qu'en face d'eux, il n'y a nul
      tribunal, nul magistrat, nulle loi, que des 'tortionnaires', que des
      baïonnettes au canon, que des cellules souterraines, que de la répression sous
      des visages inimaginables.

      Rien de cette 'sinistre panoplie' qui broie tout sur son passage ne les a
      dissuadés ou empêchés de livrer publiquement le vrai de leur pensée, le fond de
      leur coeur, la ferveur qu'ils vouent à 'leur patrie le Maroc', 'à leur Trône,
      protecteur et unificateur'.

      Mais à Alger comme à Tindouf, on est rompu à toutes les techniques consistant à
      travestir la 'vérité', on est familier avec les labyrinthes de l'amalgame, on
      est adepte de la confrérie qui fait de la 'propagande mensongère', une donnée
      ordinaire du débat politique, et qui appréhende le jeu politique comme une
      kyrielle d'intrigues et de manoeuvres.

      Il est évident que la télévision algérienne qui s'emploie à farder
      outrageusement l'ambiance dépressive dans les camps de Tindouf, pour les
      présenter dans un mépris total pour ses téléspectateurs, comme un temple de
      concorde, ne soufflera un mot sur ces 'manifestations', n'en diffusera bien
      entendu aucune image ni sous le soleil ni sous la pluie.

      Depuis quand dans toute l'histoire de l'humanité, le mensonge a-t-il pu voiler
      la vérité ? Depuis quand la 'répression' 'si féroce' soit-elle, a-t-elle pu
      venir à bout de l'instinct populaire ? Depuis quand les dispositifs répressifs
      ont-ils pu étouffer la vox populi ? Les réponses à ces questions coulent de
      source, encore faut-il se résoudre à se les poser.

      ---------->
      http://www.aujourdhui.ma/nation-details46765.html

      Camps de Tindouf : nouveau soulèvement

      Quelques jours seulement après la visite, dans les camps de Tindouf, d’une
      délégation du Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme, le
      Polisario a maté, à huis clos et 'sauvagement', un 'grand soulèvement
      populaire'.


      Une nouvelle 'preuve', une de plus, de la 'déconfiture' du Polisario. Le camp du
      «27 février » est, depuis mardi dernier, sur un 'baril de poudre'. Situé à
      Lahmada, ce camp a été, le 30 mai 2006, le théâtre d’une grande manifestation
      de
      protestation après qu’un notable de la tribu « R’guibates Laâyaycha », Habbadi
      Ould Hmimed, ait été publiquement, et 'atrocement', agressé par le dénommé Taleb
      Ami Addiya, commissaire de la 'soi-disant' police du Polisario. Comme l’a si
      bien certifié le mouvement dissident du Polisario, «La Ligne du martyr», à
      travers un communiqué de protestation, la victime aurait été « soumise à la
      'torture' devant femmes et enfants, dans l’école du 27 février». Une marque de «
      respect » de la dignité humaine, que la bande à Mohamed Abdelaziz a
      pitoyablement essayé de « vendre », il y a quelques jours seulement, auprès de
      la délégation du Haut commissariat des Nations Unies, mais que le nouveau
      chapitre d’intimidation, voire d’humiliation, vient 'dévoiler' 'au grand jour'.

      Exaspérée par cette séquence, 'digne des vieilles-nouvelles méthodes
      staliniennes', la 'population' est sortie, 'spontanément', dans les rues de
      Lahmada pour manifester. Direction : le siège de la 'soit-disant' police de
      Mohamed Abdelaziz, érigée, comme en témoigne « La Ligne du martyr », « en
      instrument de 'répression' de nos populations dans les camps». Débordée par la
      'déferlante' de manifestants très emportés, cette même police a appelé en
      renfort des éléments de la gendarmerie pour accomplir ce qu’ils savent mieux
      faire : 'réprimer', 'froidement et lâchement', des civils dont le « délit» est
      d’avoir simplement voulu exprimer leur colère contre la situation
      'catastrophique' qui prévaut dans les camps de la 'Honte'. Résultat ? Un
      'véritable carnage'.
      Toujours selon « La Ligne du martyr », dix-sept jeunes auront été 'grièvement
      blessés', dont cinq se trouvant dans un état critique, à savoir Sid Ahmed Ould
      Mouloud Ould Bara, de la tribu Bouihat, Zakaria Ould Mohamed Salem Ould
      Abdallah, de la tribu Thalat, Haddi Ould Salama Ould Nafaâ, de la tribu
      Laâyaycha, Ahmed Ould Mohamed Ali Ould Mohamed Cheïkh, de la même tribu, ainsi
      que Aaliouat Ould Mohamed Lamine Ould Ba Ali.


      ********
      Plus grave encore, une personne dénommée Hmida Ould Mohamed Ali Ould Mohamed
      Cheïkh Ould Lablal a trouvé la mort, alors que Lahbib Ould Salama Ould Abdallah
      est toujours entre la vie et la mort.
      **********

      Pour le reste, on apprend que 19 autres manifestants auront été 'incarcérés et
      évacués vers le bagne-mouroir' situé dans la zone de Dhibia, au sud-ouest de
      Rabboni. En dépit de la 'cruauté sans faille' de cette 'vague répressive',
      plusieurs 'séquestrés' ont poursuivi leur 'marche' jusqu’au siège du
      secrétariat général du président 'auto-proclamé' de la 'fantomatique' RASD,
      Mohamed Abdelaziz, 'scandant', en cours de route, des 'slogans dénonciateurs de
      la supercherie polisarienne'. « Trente ans de despotisme et d’autorité corrompue
      », « Que cesse l’utilisation des souffrances des populations de Lahmada en tant
      que fonds de commerce », proclamaient les manifestants.

      En réaction à cette vague répressive, l’Association le Sahara marocain (ASM) a
      publié, jeudi, un communiqué dans lequel elle appelait la communauté
      internationale à « intervenir d’urgence pour éviter le massacre qui se produit
      en ce moment à Lahmada, loin des observateurs de l’ONU et des caméras de
      télévision».

      Après cette 'exécrable bavure', une enquête internationale s’impose pour faire
      davantage 'de lumière' sur les 'exactions' commises par une 'bande' de
      'mercenaires' qui continuent de bâtir des 'fortunes colossales' sur le dos des
      'séquestrés' 'marocains' de Tindouf.


      Le 2-6-2006
      Par : M’Hamed Hamrouch

      ------------>
      http://www.liberation.press.ma/default.asp?id=13780

      Les camps de Tindouf en ébullition


      Les camps de Tindouf ont connu, mercredi, des 'affrontements' entres les
      habitants et les miliciens du Polisario.

      Al’origine de ces manifestations, la répression contre Habbadi Ould Hmimed.
      Selon des 'sources' citées par la MAP, le jeune <opposant aux thèses des
      'séparatistes'>, a été arrêté mardi pour être transféré dans un centre secret de
      détention. Les mêmes sources parlent de tortures subies par Ould Hmimed. Les
      'affrontements' entre la population de Tindouf et les forces du Polisario ont
      'éclaté' dans les camps dits “27 février” et “Smara”. Ils ont rassemblé hommes,
      'femmes et enfants', ajoutant que les 'populations des autres camps se sont
      jointes' à ces 'manifestations' pour 'dénoncer' les comportements 'barbares' de
      la 'bande' du Polisario.
      Face à cette situation, la direction des 'séparatistes' a 'encerclé' les
      manifestants en faisant usage de la force pour les empêcher ainsi de se rendre
      au campement de la MINURSO et donc rencontrer les membres de cette mission des
      Nations unies. Selon des sources, ces 'affrontements' ont fait plusieurs blessés
      graves.

      **********
      Une personne nommée Hmida Ould Mohamed Ali Ould Mohamed Cheikh Ould
      Lablal *****a trouvé la mort****** suite à l’intervention des 'mercenaires'.
      *********

      Les 'affrontements' du mercredi 'attestent', si besoin en est, du climat de
      tension qui prévaut dans les camps de Tindouf entre une population qui aspire à
      la résolution de la question du Sahara et une direction qui s’accroche au statu
      quo dans le but de continuer de 'bénéficier' des aides destinées à cette même
      population. La réduction de 40% par le Programme alimentaire mondial (PAM) du
      volume des aides envoyées aux habitants des camps de Tindouf a marqué un
      tournant dans les relations entre cet organisme de l’ONU et la direction des
      séparatistes. Une réduction qui s’est opérée par ailleurs sur la base des
      calculs des agents du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) qui ont estimé que
      la population des camps avoisine les 90.000 et non les 150.000 avancés par les
      'séparatistes'.

      Il est à rappeler qu’une délégation de la défunte commission des droits de
      l’Homme a visité le mois dernier les camps de Tindouf.
      [NOTE: FAUX. LA DÉLEGATION N'APPARTENAIT À LA "DÉFUNTE" COMMISSION DES DROITS DE
      L'HOMME, MAIS AU HAUT COMIISSARIAT DES NATIONS UNIS POUR LES DROITS DE L'HOMME.
      LES "JOURNALISTES" DU MAKHZEN DEVRONT FAIRE ÉPREUVE D'UN PEU PLUS DE RIGUEUR]

      Un déplacement qui a fait suite à une requête présentée par le Maroc alertant du
      non-respect des 'séparatistes' de ce principe.
      Après son retour au Maroc, Daifallah Yahdih, un ex-membre du Polisario, a décrié
      les pratiques 'inhumaines' dont sont victimes les 'détenus' des camps de la
      'honte', alors que le 'détournement' des aides humanitaires et les recettes des
      réseaux 'mafieux' de la 'contrebande', continuent de 'renflouer' les comptes des
      'mercenaires'.


      mohamed jaabouk

      ------------>
      http://www.map.ma/mapfr/Tindouf/louchkili.htm
      http://www.lematin.ma/Journal/article.asp?id=natio&ida=61664

      M. Loulichki : le HCR doit intervenir pour "briser le silence" que le Polisario
      "impose" autour des camps de "séquestration"


      Genève, 02/006/06 - Il est 'grand temps' que la communauté internationale,
      particulièrement le Haut Commissariat des Nations Unis pour les réfugiés (HCR),
      interviennent pour 'briser le silence' que le Polisario 'persiste à imposer'
      autour des camps pour y maintenir les populations 'en otage', les soumettre à
      des 'exactions' et continuer impunément sa politique de traitement 'inhumain'
      contre ces populations qu'il prétend défendre, a souligné l'Ambassadeur,
      Représentant Permanent du Maroc à Genève, M. Mohamed Loulichki, dans une lettre
      adressée au Haut commissaire pour les réfugiés, M. Antonio Guterres.

      "Le Royaume du Maroc vous prie de bien vouloir diligenter une enquête afin de
      recueillir, à temps, les éléments d'informations nécessaires sur ces
      'violations' et prendre les dispositions qui s'imposent pour garantir la
      protection de ces populations contre d'éventuelles représailles", écrit
      M.Loulichki à l'adresse de M. Guterres.

      Le diplomate marocain a noté que "ces malheureux développements révèlent
      l'urgence pour le HCR de s'acquitter d'une de ses principales obligations,
      celle d'informer ces populations de tous leurs droits et, principalement, celui
      de retourner librement et sans restriction à leurs pays d'origine".

      Il a rappelé, à ce propos, que le Royaume du Maroc n'a cessé, depuis le début du
      différend sur le Sahara, d'appeler le HCR à procéder à l'application de son
      mandat humanitaire dans les camps de Tindouf en territoire 'algérien', afin
      d'assurer protection et assistance à ces populations, en attendant leur
      rapatriement librement consenti.

      "Tout particulièrement, les autorités marocaines ont exprimé, à maintes
      reprises, leurs préoccupations pour les multiples 'violations' des droits
      fondamentaux de la personne humaine que subissent les milliers de 'Marocains'
      civils qui se trouvent 'encore' dans les camps, 'privés' de la liberté
      d'expression et de circulation et victimes de toutes les 'exactions', en
      violation des règles du droit international humanitaire", a-t-il rappelé.

      Et de relever que "les tragiques 'événements' survenus, le 30 mai dernier, dans
      les camps de Tindouf ont démontré le 'bien-fondé' de ces préoccupations
      puisque, encore une fois, cette population a été victime d'une 'répression
      sanglante' visant à 'réprimer' une 'manifestation' qui a 'éclaté' dans les
      camps, suite à l'<agression> perpétrée, par les 'éléments' du Polisario contre
      M. Habbadi Ould Mohamed Lamine Ould Hmimed de la tribu de R'guibat Laâyaycha",
      précisant que cette 'répression' s'est soldée par 'une quinzaine de blessés'
      dont cinq se trouvent dans un 'état grave'.

      Ces 'manifestations', qui 'perdurent' depuis mardi dernier dans plusieurs camps
      avec le risque d'une 'aggravation' de la situation, interpellent la communauté
      internationale, afin qu'une protection soit assurée à ces populations
      conformément au droit international humanitaire, a affirmé M. Loulichki,
      rappelant que le HCR dont le mandat primordial est de protéger les populations
      dont il a la charge, se doit d'agir d'urgence, afin de 'dénoncer' cette 'vague
      de répression' et tout mettre en oeuvre pour y mettre fin et assurer la
      protection de ces populations.

      "Votre intervention est plus que jamais impérative, tant auprès de l'Etat
      algérien, partie à la Convention de 1951 et au Protocole de 1967 sur les
      réfugiés, qu'auprès du Polisario", dont l'appareil sécuritaire 'réprime,
      systématiquement', tous ceux qui revendiquent le respect de leurs droits les
      plus élémentaires, dont celui de s'exprimer ou de circuler librement et de
      retourner à la mère patrie", a-t-il dit à l'adresse de M. Guterres.

      Il déplore que le 'Black-out' 'imposé' aux camps de Tindouf et la politique de
      répression qui y sévit, depuis trois décennies, aient déjà fait des 'centaines
      de morts', tant parmi les populations des camps, que parmi les ex-détenus
      marocains, rappelant à ce propos que les ONGs internationales n'ont d'ailleurs
      pas manqué de 'dénoncer', en leur temps, ces 'crimes contre l'humanité'.

      ---------->
      http://www.map.ma/fr/sections/boite3/onu-sahara___le_maro/view
      http://www.lematin.ma/Journal/article.asp?id=natio&ida=61663
      http://www.map.ma/mapfr/Tindouf/ma-condamne.htm

      Le Maroc "condamne" la campagne de "répression" menée par le
      Polisario et souhaite que la lumière soit faite sur ces évènements


      New York, 02/06/06 - Le Maroc 'condamne fermement' la campagne de 'répression
      brutale' menée dans les camps de Tindouf par les milices armées du "Polisario",
      et souhaite que 'toute la lumière' soit faite sur ces évènements et que les
      responsabilités en soient clairement établies.


      Dans une lettre adressée au secrétaire général des Nations Unies, M. Kofi Annan,
      relative à la situation prévalant actuellement dans les camps de Tind<br/><br/>(Message over 64 KB, truncated)
    Votre message a été soumis avec succès et sera remis aux destinataires brièvement.