Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

3186Activités economiques illégales (mars 2015)

Agrandir la zone des messages
  • revue-de-presse-sahara-occidental-owner@...
    1 avr. 2015
      S O M M A I R E


      1. DÉNONCE DE LA SPOLIATION
      - SPS (28-III-2015): L’ONU doit prendre en considération les propositions de l'expert juridique international Hans Corell (M’hamed Khadad)
      - APS (26-III-2015): Exploitation du pétrole dans le Sahara Occidental: l'UE adhère à l'avis juridique de 2002 de l'ONU (Mogherini)
      - SPS (5-III-2015): Des juristes britanniques menacent de recours à la justice contre l'importation illégale de produits sahraouis au royaume uni
      - SPS (25-III-2015): Une ONG australienne exhorte son pays à mettre fin aux importations illégales Sahara occidental
      - WSRW (31-III-2015): L'Union Africaine avertit les Cies qui pillent le Sahara Occidental


      2. COMPLICITÉ DANS LA SPOLIATION
      - MEDIAS 24 (29-III-2015): La CGEM veut créer une dynamique d'investissement dans le <sud>
      - MAGHREB CONFIDENTIEL N°1148 (19-III-2015): DLA Piper assiste l'ONHYM
      - WSRW (3-III-2015): Kosmos Energy ignore les appels des propriétaires sahraouis du pétrole
      - WSRW (31-III-2015): Cairn Energy place le Sahara Occidental occupé au Maroc
      - LE 360 (3-III-2015): L’ACCORD DE PÊCHE MAROC-UE <CONFORME> AU DROIT INTERNATIONAL
      - MAGHREB CONFIDENTIEL N°1148 (19-III-2015): Ercros bientôt producteur d'engrais
      - WSRW (31-III-2015): Les importateurs d'engrais néo-zélandais défendent leurs importations
      - SPS (20-III-2015): Un nouveau rapport révèle les entreprises impliquées dans le pillage du phosphate au Sahara occidental (WSRW)


      3. PHOSPHATES
      - MAGHREB CONFIDENTIEL N°1139 (15-I-2015): La SNI sponsorise le royaume dans Fortune. L'OCP finance la com' du royaume aux Etats-Unis


      4. PÊCHE
      - MAGHREB CONFIDENTIEL N°1149 (26-III-2015): Foisonnement de projets pour Unimer à Dakhla-Villa Cisneros
      - MAGHREB CONFIDENTIEL N°1146 (5-III-2015): Saïd Alj d'Unimer sponsor du Forum de Crans Montana
      - LIBÉRATION (10-III-2015): Le Club des ports africains tiendra sa prochaine réunion à Dakhla-Villa Cisneros
      - LIBÉRATION (10-III-2015): Quatre marins pêcheurs portés disparus au large de M’Hairiz


      5. PÉTROLE ET ÉNERGIE
      - MAGHREB CONFIDENTIEL N°1148 (19-III-2015): Anderson, un ancien du MI6 pour la diplomatie de Kosmos
      - LE 360 (3-III-2015): DÉCOUVERTE DE PÉTROLE. KOSMOS <ABANDONNE> SON PREMIER PUITS
      - WSRW (3-III-2015): Kosmos reste au Sahara [OCCIDENTAL] après une découverte <pétrolière> <non commercial>


      6. TOURISME
      - LIBÉRATION (10-III-2015): 170 experts européens en tourisme explorent Dakhla-Villa Cisneros



      =============================
      SÁHARA-INFO EN FRANÇAIS ET EN ESPAGNOL/EN FRANCÉS Y EN ESPAÑOL:
      http://es.groups.yahoo.com/group/sahara-info/

      SAHARA-INFO SEULEMENT EN FRANÇAIS:
      http://fr.groups.yahoo.com/group/revue-de-presse-sahara-occidental/

      SAHARA-INFO SÓLO EN ESPAÑOL:
      http://es.groups.yahoo.com/group/revista-de-prensa-sahara-occidental/
      ===========================================================


      1. DÉNONCE DE LA SPOLIATION
      http://www.spsrasd.info/fr/content/l%e2%80%99onu-doit-prendre-en-consid%c3%a9ration-les-propositions-de-lexpert-juridique-international-hans

      L’ONU doit prendre en considération les propositions de l'expert juridique international Hans Corell (M’hamed Khadad)

      sam, 28/03/2015 - 17:24


      Chahid El Hafed ,28 mars 2015 (SPS) Le coordinateur sahraoui avec la MINURSO, M. M’hamed Khadad a indiqué samedi, que les Nations Unies ne peuvent pas ignorer les propositions de l’ex Secrétaire général adjoint des Nations Unies et l’expert juridique, M. Hans Corell.

      M. Khadad a appelé l'Organisation des Nations Unies à fournir des signes "positifs" pour activer le cadre du règlement et mettre fin aux retards et obstacles menés par la partie marocaine ainsi que de fixer une date pour un référendum du peuple sahraoui.

      Le responsable sahraoui a rappelé que " M. Corell a proposé trois options juridiques pour le conflit : permettre la MINURSO de la gestion et de l'organisation du référendum, exhorter l’Espagne à assumer ses responsabilité dans la décolonisation de son ex colonie par la voie d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui ou la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

      "Ces propositions sont conformes au Droit international et aux résolutions de l'Assemblée générale des Nations Unies et du Conseil de sécurité, ainsi que l'expérience de M. Hans Corell en tant qu'ancien secrétaire général adjoint de l'ONU chargé aux affaires juridiques", a-t-il ajouté.

      M.Khadad a appelé à la MINURSO à assumer ses responsabilités au Sahara Occidental, dont la présence du Maroc est une puissance occupante n'a pas de souveraineté et n’est pas une puissance administrante du territoiree, affirmant que tout ignorance de cette nature, aurait des impacts négatifs sur la coopération entre le Front Polisario et l'Organisation des Nations Unies.


      (SPS).

      90/97/TRD

      ------------------
      http://www.aps.dz/monde/20245-exploitation-du-p%c3%a9trole-dans-le-sahara-occidental-l-ue-adh%c3%a8re-%c3%a0-l-avis-juridique-de-2002-de-l-onu-mogherini
      http://www.spsrasd.info/fr/content/exploitation-du-p%c3%a9trole-dans-le-sahara-occidental-lue-adh%c3%a8re-%c3%a0-lavis-juridique-de-2002-de-lo

      Exploitation du pétrole dans le Sahara Occidental: l'UE adhère à l'avis juridique de 2002 de l'ONU (Mogherini)

      Jeudi, 26 Mars 2015 16:18


      STRASBOURG - L'Union européenne (UE) soutien et adhère à l'avis juridique de l'ONU de 2002 qui réfute toute exploration et exploitation du pétrole dans le Sahara Occidental occupé, a rappelé jeudi, la vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini.

      Interrogée par un eurodéputé sur l'exploration de pétrole au large des côtes du Sahara Occidental occupé, notamment la décision d'une compagnie pétrolière américaine, en partenariat avec une société écossaise qui prévoit de commencer le forage dans ce territoire, Mme Mogherini a rappelé la position de l'UE vis-à-vis de la question.

      Elle a expliqué que l'UE adhère à la position de l'ONU qui souligne que le Sahara Occidental est un "territoire non autonome" et que le Maroc est "de facto" l'administrateur et qu'elle adhère également à son avis juridique de 2002.

      Cet avis, rappelle-t-on, a confirmé que toute exploration ou exploitation du pétrole doit respecter les souhaits et les intérêts du peuple sahraoui. Cependant, et pour l'instant, aucune des compagnies pétrolières qui fait des recherches au Sahara Occidental occupé, pas plus que le gouvernement marocain, n'ont demandé le consentement du peuple sahraoui.

      L'eurodéputé a rappelé dans sa question, que le bureau des affaires juridiques de l'ONU avait statué en 2002 et qualifié d'"illégale" l'exploration ou l'exploitation pétrolière au Sahara Occidental et qu'elles sont entreprises contre les souhaits et les intérêts de son peuple.

      Il a indiqué qu'aucune société n'a demandé le consentement du peuple sahraoui.


      -------------------
      http://www.spsrasd.info/fr/content/des-juristes-britanniques-menacent-de-recours-%c3%a0-la-justice-contre-limportation-ill%c3%a9gale-de-p

      Des juristes britanniques menacent de recours à la justice contre l'importation illégale de produits sahraouis au royaume uni

      jeu, 05/03/2015 - 12:05


      Londres, 5 mars 2015 (SPS) Le cabinet d'avocats britannique (Leigh Day), qui représente la campagne (western Sahara compaign), a menacé le gouvernement d'agir en justice contre le ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales (DEFRA) et l’office (HMRC) sur l'importation illégale de produits originaires du Sahara occidental, selon un communiqué de WSC.

      La même source relève l’existence des produits originaires au Sahara occidental importés au Royaume-Uni comme étant du Maroc sous le couvert de l'Accord d'association UE-Maroc, ajoutant que des bateaux britanniques auraient bénéficiés des licences de pêche dans les territoires du Sahara occidental dans le cadre des pêches Accord de partenariat entre l'UE et le Maroc.

      Le cabinet Leigh Day a appelé le gouvernement britannique et en particulier, le DEFRA et HMRC à prendre des mesures immédiates, afin de s’abstenir d’être complice dans ces actions ", a déclaré Rosa Curling, du cabinet d'avocats Leigh Day.

      Dans des lettres adressées à la fois au DEFRA et HMRC, les avocats du groupe de Western Sahara campaign a rappelé que la souveraineté du Maroc ne se étend pas au territoire du Sahara occidental ou la mer territoriale adjacente, ajoutant que "les biens et les produits fabriqués au Sahara occidental ne devraient pas être traitées comme étant originaires du Maroc aux fins de tarifs préférentiels ou autres avantages conférés par l'accord d'association".

      Les avocats du cabinet ont également demandé aux entreprises britanniques de ne pas exploiter les ressources naturelles d'un territoire occupé en vertu d'un accord auquel les peuples occupés n’étaient pas parties, ce qui sous-tend que cette démarche serait une atteinte au droit à l'autodétermination du peuple sahraoui et une situation illégale en vertu du droit international.

      (SPS)

      020/090/TRD 051200 MARS 015 SPS


      -------------------------
      http://www.spsrasd.info/fr/content/une-ong-australienne-exhorte-son-pays-%c3%a0-mettre-fin-aux-importations-ill%c3%a9gales-sahara-occiden

      Une ONG australienne exhorte son pays à mettre fin aux importations illégales Sahara occidental

      mer, 25/03/2015 - 10:53


      Melbourne (Australie), 25 mars 2015 (SPS) L'Association australienne Sahara Occidental (AWSA) a exhorté le gouvernement fédéral à interdire à ses sociétés les activités commerciales au Sahara occidental, appelant l'ONU à accélérer la décolonisation de ce territoire occupé par le Maroc depuis plus de 40 ans.

      "Etant le 7ème plus grand importateur du Sahara occidental de roche phosphatée (940 000 tonnes en 2014), l’Australie devrait également interdire l’importation des ressources pillées qui n’est pas expressément rejetée par les Sahraouis qui n’en profitent pas", a indiqué l’association.

      Selon Jeffrey Smith, avocat international du Canada "l'exploitation des ressources du Sahara Occidental n'a jamais été rentable", mais "la motivation du Maroc est l'expatriation de ressortissants marocains à travailler dans le secteur minier, afin de contribuer ainsi à sécuriser le territoire et à légitimer son annexion".

      Les juristes internationaux ayant pris part à la conférence internationale tenue les 19 - 20 mars à Melbourne sur les ressources naturelles du Sahara occidental, ont appelé l'Australie à reconnaître officiellement la République Sahara Occidental (RASD) qui régit pour la majorité des Sahraouis (en exil) et contrôle une partie de son territoire.

      Trois sociétés d'engrais australiens sont impliquée dans l’importation des roches de phosphate du Sahara occidental, il s’agit de : Incitec Pivot, Wesfarmers et impact. Cette dernière a arrêté les importations en provenance du Sahara occidental. Wesfarmers attend pouvoir s’approvisionner ailleurs, rappelle-t-on.


      (SPS)

      020/090/TRD 251050 MARS 015 SPS

      ------------------
      http://www.wsrw.org/a111x3204

      L'Union Africaine avertit les Cies qui pillent le Sahara Occidental

      Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine demande cette semaine au Conseil de sécurité de l'ONU d'intervenir pour arrêter le pillage des ressources naturelles du Sahara Occidental. L'UA envoie un message d'avertissement aux entreprises qui participent au pillage.

      Mis à jour le: 31.03 - 2015 15:39

      Le 27 mars 2015, le Conseil de paix et de sécurité de l'UA a adopté une déclaration très forte sur le conflit du Sahara occidental. C'est la première fois que la question du Sahara Occidental est discutée à ce niveau. La déclaration précède d'un mois la session du Conseil de sécurité de l'ONU qui débattra du même thème fin avril.

      La question du pillage du territoire, effectué par la puissance occupante Maroc est un des points abordé. Au paragraphe 11 (voir le texte ci-dessous), l'UA pose un ultimatum aux entreprises impliquées : elle "recommande l’examen d’une stratégie globale de boycott des produits des compagnies impliquées dans l’exploitation illégale des ressources naturelles du Sahara occidental".

      Cela ouvre la porte à de nombreuses perspectives intéressantes, puisqu'une poignée de compagnies au Sahara occidental sont très présentes dans de nombreux pays africains - la plupart de toutes les entreprises du secteur pétrolier. Voir la page 8 de notre rapport "Une plate-forme pour un conflit" pour un aperçu des compagnies pétrolières impliquées.

      Voir aussi un rapport de la Présidente de la Commission sur l'évolution du processus de paix au Sahara Occidental et d'autres questions connexes, datée du même jour.
      http://www.peaceau.org/fr/article/rapport-de-la-presidente-de-la-commission-sur-l-evolution-du-processus-de-paix-au-sahara-occidental-et-sur-d-autres-questions-connexes

      Décision de l'Union Africaine (extrait)
      Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA), en sa 496ème réunion tenue le 27 mars 2015, a adopté la décision suivante sur la situation au Sahara occidental:
      Le Conseil,
      (...)
      11. Exhorte le Conseil de sécurité des Nations unies à trouver une solution à la question de l'exploitation illégale des ressources naturelles du Territoire, en ayant à l'esprit l'appel lancé par le Secrétaire général des Nations unies, dans son rapport du 10 avril 2014, pour qu’à la lumière de l’intérêt croissant qu’éveillent les ressources naturelles du Sahara occidental, tous les acteurs concernés « reconnaissent le principe de la primauté des intérêts des habitants de ces territoires, conformément au Chapitre XI, article 73 de la Charte ». À cet égard, le Conseil recommande l’examen d’une stratégie globale de boycott des produits des compagnies impliquées dans l’exploitation illégale des ressources naturelles du Sahara occidental, en tant que moyen permettant de renforcer la mobilisation de la communauté internationale sur la situation au Sahara occidental ;
      (...)

      ___________________________________
      2. COMPLICITÉ DANS LA SPOLIATION
      http://www.medias24.com/ECONOMIE/ECONOMIE/153811-La-CGEM-veut-creer-une-dynamique-d-investissement-dans-le-sud.html

      La CGEM veut créer une dynamique d'investissement dans le <sud>

      Par N. E.
      Dimanche 29 mars 2015 à 17h40


      150 dirigeants d’entreprises ont répondu à l’appel de la CGEM ce samedi 28 mars. Tout le monde avait deux thèmes en tête: d’une part, la politique et d’autre part, la fiscalisation des <provinces du sud>.

      La politique, c’est ce qu’a fait la CGEM avec le soutien concret du ministère de l’Intérieur en mobilisant une soixantaine de projets, pour un investissement de 6 milliards de DH et la création de 10.500 emplois, dans les provinces du sud. La politique au sens noble du terme, celle qui consiste à convaincre, à désigner un horizon, à déclencher un mouvement vertueux.

      C’est une petite rupture car jusqu’à présent, le secteur privé était le grand absent de l’économie des provinces du sud, le principal acteur étant l’Etat.

      Cette fois-ci, on y est allé en partenariat public privé. En l’occurrence, et selon le patronat et différents témoignages recueillis sur place, le ministère de l’Intérieur et les autorités locales ont apporté leur concours à chaque fois qu’ils ont été sollicités. Par exemple, des terrains non viabilisés seront accordés aux investisseurs au prix symbolique de 5 DH le mètre carré.

      Le ministre de l’Intérieur Mohamed Hassad et le ministre délégué Charki Draiss ont d’ailleurs pris part à toutes les réunions de cette journée à Laâyoune.


      >Les investissements.

      Ce sont donc 6 MMDH d’investissements dans les provinces du sud qui ont été annoncés dans le cadre du forum organisé à Laayoune par la CGEM avec le soutien du ministère de l’Intérieur. C’est la présidente Miriem Bensalah-Chaqroun qui a annoncé la nouvelle en ouvrant le forum.

      60 projets seront réalisés dans le cadre du partenariat public-privé. Ces 60 projets seront réalisés ou lancés en 2015 par une quarantaine d'investisseurs :

      -Immobilier, BTP, Tourisme : 2.716 MDH, 11 projets, 6.557 emplois

      -Agro-industrie : 465 MDH, 10 projets, 1.080 emplois

      -Industrie : 2.032 MDH, 10 projets, 1.501 emplois (en tenant compte du projet Nareva pour 1.700 MDH).

      -Services: 445 MDH, 12 projets, 468 emplois.

      Parmi les opérateurs qui vont investir, signalons Addoha, Nareva, Oulmes, Sanam holding (avec Unimer, SMCA et Optifish), Zine Capital Invest, Alimani, Marwa, Auto Hall, Richbond, Microsoft, Injaz Al Maghrib, Anwar Invest, Cooper Pharma, SNTL-CTM-Supratours, CTM….


      >La genèse.

      A l’automne 2013, le Conseil Economique et Social CESE rend public son rapport suggérant un nouveau modèle de développement des provinces du sud. Le diagnostic est sévère et le conseil recommande une rupture. Il dénonce la mentalité de rente qui s’installée et relève que les provinces du sud, c’est 59% du territoire national et seulement 3% de la population. L’Etat est l’acteur majeur de l’économie locale.

      Le système a montré ses limites et généré énormément d’effets pervers. La population locale bénéficie de transferts de richesses à partir du nord. Elle a dépassé la moyenne nationale en matière d’indicateurs de développement humain. Elle reçoit d’énormes investissements. Elle est exonérée (de fait) de nombreux impôts et également de taxes locales. Elle est choyée. Des allocations sociales en nature et en espèces sont versées à une grande partie d’entre elle. Mais elle n’est pas satisfaite.

      Le chômage est élevé, il est très élevé par rapport à la moyenne nationale: 15% en moyenne (contre 9% en national), il est alarmant chez les jeunes (28%), les femmes (35%) et les diplômés de l’enseignement supérieur (41%).

      La population locale est convaincue que le nord exploite ses richesses alors que le transfert net est très largement en sa faveur. Elle est convaincue et elle constate, parfois (souvent ?) avec raison, que le clientélisme est à la base de l’octroi des autorisations, des licences d’exploitation des ressources locales. Les politiques sociales ne sont pas lisibles, ni la fiscalité. La justice n'existe que sur le papier puisque les tribunaux ne sont pas facilement accessibles, que la cour d’appel la plus proche est à Agadir, qu’il n’y a pas de tribunaux de commerce.

      L’Etat reste le premier investisseur et le premier employeur. L’initiative privée est rare. La population éprouve et exprime des sentiments de frustration, d’injustice, d’impatience, relève le rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) dédié au nouveau modèle de développement dans le Sud.

      >Le modèle proposé. En 10 ans, doubler le PIB des trois régions concernées (Laâyoune-Boujdour, Guelmim-Smara, Dakhla), y créer plus de 120.000 emplois, réduire de moitié le taux de chômage tout en ciblant particulièrement les jeunes et les femmes, investir 140 milliards de DH entre public et privé, lancer des stratégies sectorielles et enfin faire de la région un hub commercial, logistique et des énergies renouvelables entre le Maghreb, l’Afrique de l’Ouest et les Canaries.


      Le texte intégral ainsi que la synthèse du document du CESE peuvent être téléchargés sur notre portail.

      >En novembre 2013, la CGEM ouvre son bureau CGEM région du sud et réalise une intéressante monographie sur la région.

      >Conventions. Pour accompagner les nouveaux projets, la CGEM a signé des partenariats avec Microsoft Maroc, l’OFPPT, Injaz Al Maghrib et la Fondation Phosboucraâ de l’OCP qui lanceront des programmes de formation gratuits pour améliorer l’employabilité des jeunes de ces régions.

      >Les questions. La rupture suggérée par le CESE ne commence que timidement. Jusqu'à quand le fait accompli de l'exonération fiscale restera-t-il en place sans qu'il y ait de textes jurdiiques qui le fondent (hormis le taux réduit d'IS)?

      Ce premier essai de la CGEM semble devoir être transformé. Tous les acteurs que nous avons interrogés en étaient convaincus, car il y aura un suivi. Une dynamique va-t-elle être créée?

      Enfin, pourquoi le gouvernement est-il absent en tant que tel, si on excepte le ministère de l'Intérieur?

      ----------------------
      http://www.africaintelligence.fr/MC-/affaires-reseaux/2015/03/19/dla-piper-assiste-l-onhym%2C108066277-ART?did=48352664&eid=215395

      AFFAIRES & RESEAUX
      N°1148 DU 19/03/2015

      DLA Piper assiste l'ONHYM


      Selon nos sources, l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) vient d'attribuer à DLA Piper une mission d'accompagnement juridique permanente.
      Le cabinet international d'avocats d'affaires sera chargé de donner un avis juridique sur les "questions spécifiques pouvant apparaître lors des négociations ou de l'exécution" accords ou contrats d'extraction pétrolière ou minière. DLA Piper a coiffé au poteau Lefèvre Pelletier, Gide et UGGC.
      Sa mission sera complémentaire de celle décrochée par HB Law Firm (Kamal Habachi et Salima Bakouchi), qui assiste depuis l'an dernier l'ONHYM dans la mise en place de sa première société opératrice conjointe avec une compagnie pétrolière étrangère (MC nº1104).

      DLA Piper était déjà très favorablement connu à Rabat, même s'il ne dispose pas d'une filiale sur place. En 2012, le cabinet avait rédigé, pour le compte d'une filiale du groupe OCP, Phosboucraâ, un avis juridique défendant la légalité de l'exploitation des phosphates au Sahara occidental. Ce texte est utilisé notamment par Potash Corp. pour justifier l'achat de phosphates "sahraouis" produits par Phosboucraâ. Il n'a jamais été rendu public, à l'instar d'un autre avis, rédigé par Covington & Burling, cabinet favori de l'OCP (MC nº1088).

      ----------------
      http://www.wsrw.org/a111x3163

      Kosmos Energy ignore les appels des propriétaires sahraouis du pétrole

      Aucune exploration pétrolière peut avoir lieu au Sahara Occidental sans le consentement de son peuple. Le 2 mars, Kosmos a annoncé sa volonté de continuer à chercher du pétrole au Sahara Occidental, malgré les condamnations du peuple du territoire. Voyez les mobilisations sahraouies.

      Mis à jour le: 03.03 - 2015 17:11


      Le 2 mars, Kosmos Energy a annoncé qu'il continuerait à forer au Sahara Occidental, bien que son premier puits ait été vide.

      Sur les photos ci-dessous, des Sahraouis. L'ONU a déclaré que toute exploration pétrolière est illégale si le peuple sahraoui s’y oppose. À droite : la conclusion de l'avis juridique de l'ONU sur l'exploration pétrolière.

      Malgré les appels de l'ONU, toute référence à la volonté du peuple est ignorée par Kosmos Energy, voir par exemple comment Kosmos a lancé un site de propagande la semaine dernière. Le Maroc, la puissance occupante du Sahara Occidental et partenaire de Kosmos, interdit les négociations sur l'autodétermination, condamne à la prison à vie des opposants sahraouis au pillage, et a poussé la moitié du peuple du territoire à fuir.

      Toutes les photos de cet article ont été prises la semaine dernière. Elles montrent toutes l’opposition des Sahraouis aux compagnies Kosmos Energy et Total (français), qui ont toutes deux des permis pétroliers au Sahara Occidental, accordés par le pays voisin le Maroc.

      Kosmos a annoncé le 2 mars qu'il avait trouvé des traces d’hydrocarbure dans son premier puits au Sahara Occidental, et qu'il continuait à chercher.

      ----------------------
      http://www.wsrw.org/a111x3203

      Cairn Energy place le Sahara Occidental occupé au Maroc

      La compagnie Cairn Energy a lancé le 27 avril son rapport annuel dans lequel elle démontre son incompréhension complète du contexte du territoire occupé dans lequel elle est impliquée. L'Ancien Conseiller juridique des Nations Unies a déjà taxé l'opération effectuée de violation du droit international.

      Mis à jour le: 31.03 - 2015 14:49


      "Un troisième puits au Maroc, au large du Sahara Occidental, le puits non exploité de Cap Boujdour, a commencé à être foré en décembre 2014", a déclaré Cairn Energy dans son rapport annuel publié le 27 mars 2014

      Pourtant, aucun État au monde ne reconnaît le territoire comme faisant partie du Maroc. Un avis juridique de l'ONU déclare que toute exploration pétrolière au Sahara Occidental violerait le droit international si elle ne se déroule en conformité avec les souhaits du peuple du territoire.

      "Les nombreuses références maladroites sur le Sahara Occidental dans le rapport annuel démontre que la conception de la responsabilité est superficielle. La compréhension du droit internationale au Sahara Occidental serait d'abord de savoir placer le territoire sur la carte", a déclaré Hagen.

      En février, l'ancien Consel juridique de l'ONU a déclaré que l'opération de Kosmos Energy sur le territoire viole le droit international, après examen du contrat signé entre Kosmos et le Maroc.

      Kosmos a été en lien avec les autorités marocaines et des associations pro-Maroc pour «prouver» que les habitants accueillent favorablement leur programme. Au Sahara Occidental, toute autre association est interdite par le gouvernement marocain, et le secrétaire général du réseau des ressources naturelles, parmi d'autres, purge une peine de prison à vie dans une prison militaire marocaine.

      Pour en savoir plus sur les opérations de Kosmos Energy et Cairn Energy, voir le rapport WSRW "une plate forme pour un conflit".

      Plus de 100 résolutions de l'ONU appellent au respect du droit à l'autodétermination pour le peuple du Sahara Occidental, mais le Maroc refuse de coopérer pour organiser le référendum convenu sous l'égide de l'ONU. La Cour internationale de Justice a jugé sans fondement les revendications du Maroc sur le territoire, et exhorté à l'application du droit à l'autodétermination.


      -------------------
      http://www.le360.ma/fr/economie/laccord-de-peche-maroc-ue-conforme-au-droit-international-33775

      L’ACCORD DE PÊCHE MAROC-UE <CONFORME> AU DROIT INTERNATIONAL

      Par Ndiaye Mar Bassine
      le 03/03/2015 à 16h30 (mise à jour le 03/03/2015 à 17h26)


      Le Maroc doit présenter des rapports réguliers sur l’impact socio-économique des accords signés avec l’Union Européenne. L’accord de pêche est conforme au droit international, y compris pour les territoires marocains du sud.

      Selon Enrico Brivio, porte-parole du commissaire européen chargé des affaires maritimes et de la pêche, l’accord entre l’Union Européenne et le Sahara marocain est bien conforme au droit international. Sa déclaration a été relayée par le portail Euractiv, spécialisé dans les informations sur l’Europe. Brivio a notamment expliqué que l’Union Européenne s’est assuré que le royaume respecte bien l’ensemble des intérêts de la population locale. L’accord sert donc prioritairement le Sahara marocain, contrairement à ce que les propagandistes algériens se sont évertués à dénoncer depuis la signature.

      Conformément à l’accord, le Maroc est tenu de présenter des rapports réguliers sur l’impact socio-économique et la répartition géographique de tous les projets d’appui sectoriel.

      Au-delà de ces déclarations, tous les rapports des organismes internationaux s’interrogent sur le niveau élevé des dépenses consenties par le Maroc pour développer les régions du Sud.



      Par Ndiaye Mar Bassine

      ------------------
      http://www.africaintelligence.fr/MC-/entreprises/2015/03/19/ercros-bientot-producteur-d-engrais%2C108066281-BRC?did=48352664&eid=215395

      ENTREPRISES
      N°1148 DU 19/03/2015

      Ercros bientôt producteur d'engrais


      Principal groupe chimique espagnol, Ercros prépare la construction d'une usine d'engrais à Moulay Abdellah, près du "hub phosphatier" de l'Office chérifien des phosphates (OCP) à Jorf Lasfar.
      C'est une bonne nouvelle pour le patron de l'OCP, Mostafa Terrab : le géant des phosphates cherche depuis plus d'un an à y attirer des investisseurs étrangers.
      Ercros se fournissait depuis plusieursdécennies en phosphates auprès du groupe marocain. Ce dernier avait même failli participer au sauvetage financier de l'entreprise espagnole au début des années 90, mais s'était finalement désisté.

      --------------------
      http://www.spsrasd.info/fr/content/un-nouveau-rapport-r%c3%a9v%c3%a8le-les-entreprises-impliqu%c3%a9es-dans-le-pillage-du-phosphate-au-sahara-

      Un nouveau rapport révèle les entreprises impliquées dans le pillage du phosphate au Sahara occidental (WSRW)

      ven, 20/03/2015 - 12:16


      Wellington (Nouvelle-Zélande),20 mars 2015 (SPS) - Western Sahara Resource Watch (WSRW) a lancé lundi un rapport détaillé révélant les entreprises impliquées dans le pillage du phosphate au Sahara occidental (WSRW) avec la complicité des autorités d'occupation marocaine.

      La présentation du rapport a été eu lieu dans la ville de Wellington en Nouvelle-Zélande, qui est considéré comme le troisième plus grand des pays importateurs.

      Mme. Sara Eyckmans, la coordinatrice de Western Sahara Resource Watch a souligné que "Ce commerce est profondément contraire à l'éthique , puisqu’il affaiblit directement les efforts de paix de l'ONU. Il s’effectue dans une violation du droit légitime du peuple sahraoui à gérer leurs propres ressources" a soulignéMme.Sara Eyckmans la coordinatrice de Western Sahara Resource Watch.
      Les Sahraouis ont le droit à l'autodétermination sur leur terres et des ressources, et le Maroc et les entreprises concernées ne semblent pas s'en soucier de tout ", a ajouté Sara.

      En 2014 le rapport a marqué que le volume de productions atteint à 2,1 millions de tonnes, correspondant à une valeur estimative de 230 millions de dollars,
      Par le suivi et l'analyse de l'ensemble du trafic des navires dans le port d'El Aaiun, au Sahara Occidental occupé, WSRW est en mesure de présenter une liste complète des expéditions de phosphate du territoire pour l'année 2014. L'organisation attribue les achats à neuf compagnies identifiées et un importateur inconnu, dans neuf pays à travers le monde. Parmi elles, les entreprises Agrium Inc (Canada) et Lifosa AB (Lituanie) ont représenté 58% de tous les achats de phosphate du Sahara Occidental.


      (SPS).

      90/97/TRD 201210MAR015 SPS

      ----------------
      http://www.wsrw.org/a111x3186

      Nouveau rapport WSRW : les importateurs de phosphate du Sahara

      WSRW lance aujourd'hui son rapport sur le phosphate du Sahara Occidental, contenant tous les acheteurs de minerai de phosphate pour 2014. Le rapport détaille tous les volumes, les valeurs et les livraisons relatives aux exportations marocaines en provenance du territoire occupé pour l’année 2014.

      Mis à jour le: 16.03 - 2015 01:26


      Western Sahara Resource Watch publie aujourd'hui un rapport détaillé sur toutes les entreprises qui, pendant 2014, ont acheté des phosphates du Sahara Occidental occupé. Le rapport est rendu public aujourd'hui lors d’un événement organisé à Wellington, en Nouvelle-Zélande, le troisième plus grand pays importateur concerné.

      Le minerai de phosphate est illégalement exploité par le gouvernement marocain au Sahara Occidental, un territoire qu'il a brutalement envahi et annexé en 1975. À ce jour, les ventes sont la principale source de revenus dans le territoire occupé par le Maroc. Le peuple sahraoui a toujours dénoncé ce commerce.

      Par le suivi et l'analyse de l'ensemble du trafic des navires dans le port de El Aaiun, au Sahara Occidental occupé, WSRW est en mesure de présenter une liste complète des expéditions de phosphate du territoire pour l'année civile 2014. L'organisation attribue les achats à neuf compagnies identifiées et un importateur inconnu, dans neuf pays à travers le monde. Parmi elles, les entreprises Agrium Inc (Canada) et Lifosa AB (Lituanie) ont représenté 58% de tous les achats de phosphate du Sahara Occidental.

      Téléchargez le rapport ici (en anglais, version française à venir). (3 Mo).
      http://wsrw.org/files/dated/2015-03-11/p_for_plunder_2014_web.pdf

      Le rapport donne un volume exporté total en 2014 de 2,1 millions de tonnes, - correspondant à une valeur estimative de 230 millions de dollars -, expédiées par 44 vraquiers. En 2014, le Maroc a commencé à exploiter la deuxième couche des gisements de phosphates du Sahara Occidental, puisque la première couche - qui était de bien meilleure qualité et de plus grande valeur - a été pratiquement complètement vendue.

      WSRW présente également les cabinets juridiques qui travaillent à défendre l'exploitation par le Maroc de la mine de phosphate du Sahara Occidental. Ces cabinets juridiques - Covington & Burling, DLA Piper et Palacio y Asociados - ont produit des avis juridiques qui déclareraient que les activités de Maroc sont parfaitement légales parce qu’elle bénéficient aux Sahraouis. Bien que ces avis soient distribués à des importateurs et leurs investisseurs, ils ne sont pas remis aux Sahraouis.

      Sur les neuf compagnies importatrices identifiées en 2014, cinq sont cotées dans des bourses internationales ou détenues en majorité par des entreprises qui le sont. Toutes ont été mises sur liste noire par les investisseurs éthiques en raison de ce commerce.

      "Nous exhortons tous les importateurs à cesser immédiatement leur implication», a déclaré Sara Eyckmans, coordinatrice de Western Sahara Resource Watch.

      "Ce commerce est profondément contraire à l'éthique, puisqu’il affaiblit directement les efforts de paix de l'ONU. Il s’effectue en violation du droit légitime du peuple sahraoui à gérer ses propres ressources. Les Sahraouis ont le droit à l'autodétermination sur leur terre et leurs ressources, et le Maroc et les entreprises concernées ne semblent pas s’en soucier du tout", a déclaré Sara Eyckmans.

      Parmi les quatre autres compagnies non cotées en bourse, deux sont des coopératives d’agriculteurs en Nouvelle-Zélande, tandis que les deux autres sont entièrement ou partiellement détenues par le gouvernement du Venezuela.

      Le rapport est une version mise à jour du rapport “P pour pillage” publié en 2014, basé sur des données d'expédition de 2012 et 2013. Les détails des correspondances avec les entreprises, et la liste des entreprises «sous observation» sont dans le rapport de l'année dernière.

      Le rapport peut également être téléchargé en format d'impression (14 Mb)
      http://wsrw.org/files/dated/2015-03-11/p_for_plunder_2014_print.pdf

      ----------------------
      http://www.wsrw.org/a111x3205

      Les importateurs d'engrais néo-zélandais défendent leurs importations

      L'Association néo-zélandaise des engrais, représentant les compagnies importatrices controversées en Nouvelle-Zélande déclare à la télévision nationale être "au courant de ce qui se passe au Sahara Occidental mais qu'il n'y a aucune raison de ne pas utiliser la roche phosphatée de la zone".

      Mis à jour le: 31.03 - 2015 16:15


      Les deux compagnies d'engrais Ballance Agri-Nutrients Ltd et Ravensdown fournissent toutes les engrais sur le marché néo-zélandais. Presque tous ces engrais sont basés sur le phosphate d'une compagnie appartenant à l'État marocain et opérant au Sahara Occidental occupé. La question a été couverte par la New Zealand government broadcaster One News le 29 mars 2015.

      Le rapport de Western Sahara Resource Watch "P pour Pillage - 2014", lancé en Nouvelle-Zélande 16 mars 2015, démontre que la nation du Pacifique est le troisième plus grand importateur de la roche controversée du territoire occupé. Le ministre des Industries primaires de Nouvelle-Zélande a déclaré à One News qu'il n'était pas pleinement conscient des origines des engrais.

      "Utiliser des minéraux qui ont été effectivement prélevés par une puissance occupante, je pense est tout à fait contraire à l'éthique», a déclaré le chef de file des Verts en Nouvelle-Zélande, Russel Norman.

      L'Association d'engrais de la Nouvelle-Zélande a publié le 23 mars 2015, un communiqué de presse soulignant que ses compagnies continueront les importations de phosphates du Sahara Occidental. L'association dispose de deux compagnies membres - Ballance et Ravensdown.

      L'association a déclaré à One News que «l'Association d'engrais est au courant de ce qui se passe au Sahara Occidental mais il n'y a aucune raison de ne pas utiliser la roche phosphatée de la zone".

      Le territoire du Sahara Occidental est considéré par les Nations Unies comme une question coloniale en suspens, et il est partiellement sous occupation du Maroc son voisin. Les exportations de phosphates constitue le revenu principal du Maroc sur le territoire.


      _______________
      3. PHOSPHATES
      http://www.africaintelligence.fr/MC-/entreprises/2015/01/15/la-sni-sponsorise-le-royaume-dans-fortune%2C108056825-BRC?did=48352664&eid=212459

      15/01/2015
      MAGHREB CONFIDENTIEL N°1139

      MAROC
      La SNI sponsorise le royaume dans Fortune
      L'OCP finance la com' du royaume aux Etats-Unis


      Rabat s'est offert pas moins de sept pages de publi-reportage dans le dernier numéro du bimensuel américain Fortune. Préparé par la firme londonienne Global Business Worldwide (filiale de l'espagnol ASAP Worldwide), celui-ci a été visiblement élaboré, à l'origine, pour un auditoire britannique, et donne la parole à l'ambassadrice marocaine à Londres Lalla Joumala Alaoui.
      Et, alors que la com' du royaume aux Etats-Unis est surtout financée par l'Office chérifien des phosphates (OCP), c'est la holding royale SNI qui est, cette fois, passée à la caisse : une pleine page est consacrée à sa banque Attijariwafa et une autre à son groupe minier Managem.
      Le groupe de BTP Somagec (propriété de Roger Sahyoun et actif notamment en Guinée équatoriale) a lui aussi droit à une page entière, et Groupe Jamai (immobilier) s'est fendu d'un petit encart publicitaire. Il fallait bien ça pour financer une opération qui aurait coûté un million de dollars.


      _____________
      4. PÊCHE
      http://www.africaintelligence.fr/MC-/affaires-reseaux/2015/03/26/foisonnement-de-projets-pour-unimer-adakhla%2C108067190-ART?did=48352664&eid=215741

      AFFAIRES & RESEAUX
      N°1149 DU 26/03/2015

      Foisonnement de projets pour Unimer à Dakhla-Villa Cisneros


      Selon nos informations, le roi de la pêche Saïd Alj se prépare à renforcer les activités de son groupe Unimer au Sahara occidental.
      ...
      Trois grands chantiers sont en cours d'élaboration pour la région de Dakhla : une conserverie flambant neuve d'une capacité de production de 30 000 tonnes par an, une exploitation d'élevage aquacole de 180 hectares et une nouvelle unité de triage de poisson. Au total, l'opération représenterait un investissement de 290 millions de dirhams (27 millions d'euros) et créerait environ 600 emplois.
      A travers ces projets, Saïd Alj choisit de miser sur le développement des régions méridionales du Maroc.

      L'entrepreneur s'est aussi installé dans le nord de la Mauritanie, où il a entamé le mois dernier la construction d'un complexe industriel de transformation et devalorisation des espèces pélagiques, qu'il espère mettre en service cet été. L'homme d'affaires, implanté depuis plusieurs années au Sahara occidental, avait lancé en janvier sa nouvelle filiale Unimer Africa sur la place financière Casablanca Finance City (MC nº1146).


      --------------------
      http://www.africaintelligence.fr/MC-/businessmen/2015/03/05/said-alj-d-unimer-sponsor-du-forum-de-crans-montana,108064621-BRC

      RÉSEAUX D'AFFAIRES
      N°1146 DU 05/03/2015

      Saïd Alj d'Unimer sponsor du Forum de Crans Montana

      Le patron d'Unimer, Saïd Alj s'est offert une place d'honneur au prochain Forum de Crans Montana, organisé à Dakhla du 12 au 14 mars par le lobbyiste Jean-Paul Carteron (MC nº1144).Principal exportateur de sardines et d'anchois du pays, il sponsoriserala table ronde sur la "gestion durable des ressources halieutiques". L'homme d'affaires, qui a lancé sa filiale Unimer Africa sur la place financière Casablanca Finance City en janvier, s'approvisionne depuis de nombreuses années dans les ports sahraouis (MC nº769). Et il permet aux chalutiers de certains groupes européens (en particulier suédois et norvégiens) pêchant en eaux sahraouies de bénéficier d' immatriculations marocaines grâce à un astucieux montage légal (MC nº1129).

      ------------------
      http://www.libe.ma/%E2%80%8BLe-Club-des-ports-africains-tiendra-sa-prochaine-reunion-a-Dakhla_a59853.html

      Le Club des ports africains tiendra sa prochaine réunion à Dakhla-Villa Cisneros


      Créée par le Crans-Montana Forum, cette entité regroupe les acteurs majeurs de l’industrie maritime, que ce soit dans le transport, la logistique, la gestion des ports ou la sécurité ainsi que leurs interlocuteurs financiers, techniques et commerciaux du monde entier.
      Ce Club qui a pour objectif de définir des actions pour une plus grande compétitivité des ports africains et de favoriser l’émergence d’une industrie du transport maritime plus efficiente et sécurisée dans une Afrique qui se revendique comme nouveau hub du transport maritime international, tiendra sa réunion annuelle à Dakhla-Villa Cisneros les 12 et 14 mars.
      C’est dans ce contexte que la tenue de cette réunion qui regroupera les représentants des autorités portuaires du continent et les responsables des entreprises privées, sera mise à profit pour mettre en exergue la place prépondérante du Maroc dans la chaîne de la logistique atlantique. La réunion sera également une occasion pour ces décideurs de discuter de la politique maritime et portuaire en Afrique.
      Les discussions se concentreront sur le Sahara Atlantique considéré comme un centre stratégique pour plus de la moitié du continent africain. Les débats porteront aussi sur les infrastructures de transport et les investissements relatifs aux routes, aux chemins de fer et au développement des ports. La réunion sera l’occasion pour rendre compte du caractère ambitieux de la stratégie portuaire du Maroc à l’horizon 2030. Stratégie qui se fonde sur l’aménagement du territoire pour mettre fin à une vision étriquée, limitant le domaine portuaire marocain aux ports de Tanger et Casablanca.

      Le Forum a, par ailleurs, expliqué que l’emplacement de Dakhla-Villa Cisneros jouit d’une grande importance, sachant que l’agence nationale des ports projette de construire un nouveau port en eau profonde dans la <province> de Rio de Oro, précisant que ce nouveau port sera aménagé à l’extérieur de la baie afin qu’il assure le rôle d’outil stratégique pour les produits de pêche considérés comme la principale industrie de la région, d’une part et qu’il facilite la structuration économique et sociale du <Sud du Royaume>, d’autre part. L’organisation suisse a indiqué que le nouveau port comportera des porte-conteneurs qui desserviront les principaux ports de la région dont, notamment, ceux de Casablanca, Tanger Med, Las Palmas. Ce qui contribuera largement au développement économique local.


      A.E.K.
      Mardi 10 Mars 2015

      ------------------
      http://www.libe.ma/%E2%80%8BQuatre-marins-pecheurs-portes-disparus-au-large-de-M-Hairiz_a59851.html

      Quatre marins pêcheurs portés disparus au large de M’Hairiz


      M’Hairiz est le nom du village de pêche situé à l’extrême sud du pays. Il est à 280 km au sud de Dakhla et l’océan y est, généralement tellement agité qu’il constitue un danger permanent pour tous les marins pêcheurs, particulièrement ceux de la pêche artisanale qui utilisent des embarcations traditionnelles où les normes de sécurité sont pratiquement inexistantes.
      Le jeudi 5 mars, quatre marins pêcheurs s’étaient embarqués à bord de leur bateau pour une journée de pêche. Quelques heures plus tard, indiquent nos sources, l’épave de leur embarcation avait été découverte par un bateau de pêche chalutant dans cette zone. Lequel en a informé les autorités maritimes de M’Hairiz qui ont découvert l’épave près d’un rocher situé à 7 milles du port d’attache.
      Selon des informations de M’Hairiz, la force des vagues et le poids très élevé de la cargaison à bord de la barque seraient à l’origine de son naufrage. Toujours est-il qu’au moment où nous écrivons ces lignes, les quatre marins pêcheurs originaires de la région d’Essaouira sont toujours portés disparus.


      A.E.K.
      Mardi 10 Mars 2015


      _________________________
      5. PÉTROLE ET ÉNERGIE
      http://www.africaintelligence.fr/MC-/affaires-reseaux/2015/03/19/anderson-un-ancien-du-mi6-pour-la-diplomatie-de-kosmos%2C108066276-ART?did=48352664&eid=215395

      AFFAIRES & RESEAUX
      N°1148 DU 19/03/2015

      Anderson, un ancien du MI6 pour la diplomatie de Kosmos


      Afin de l'épauler sur l'épineux dossier de l'exploration au large du Sahara occidental, le patron de Kosmos Energy, Andrew Inglis, a recruté en février un nouveau vice-président, Mike Anderson. Tout juste embauché, cet ancien chef de cabinet (jusqu'en 2003) des patrons du service de renseignement extérieur britannique MI6 David Spedding puis Richard Dearlove, directeur de l'immigration au ministère de l'intérieur depuis 2011, a entamé en début de semaine sa tournée marocaine.
      Après des rendez-vous à Rabat avec les ministres des affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, de l'intérieur, Mohamed Hassad, et de l'énergie, Abdelkader Amara, ainsi qu'avec l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Mike Anderson s'est rendu au Forum de Crans Montana à Dakhla (lire ici), avant de repartir en Mauritanie où la plateforme de Kosmos, l'Atwood Achiever, est actuellement déployée.
      A l'issue de sa campagne de forage achevée en mars, la société texane avait annoncé avoir trouvé des quantités "non commerciales" de gaz au large des côtes sahraouies

      ......
      Pour les activités au Sahara occidental, Anderson s'appuie sur Mohamed Cherif, ex-membre du Polisario, natif de Dakhla aujourd'hui de nationalité hollandaise , et sur l'ancien des Peace Corps américains Seth Luxenberg, qui coordonne les relations avec les communautés locales.


      ----------------------
      http://www.le360.ma/fr/economie/decouverte-de-petrole-kosmos-abandonne-son-premier-puits-33693

      DÉCOUVERTE DE PÉTROLE. KOSMOS ABANDONNE SON PREMIER PUITS

      Par Ndiaye Mar Bassine
      le 03/03/2015 à 09h00 (mise à jour le 03/03/2015 à 09h54)


      Après avoir prouvé l’existence d’un système pétrolier fonctionnel dans le bassin au large de Cap Boujdour, Kosmos annonce son abandon. Le site n’est pas commercialement rentable, mais Kosmos poursuit ses recherches.

      Il y a bien du pétrole à Cap Boujdour, mais pas en quantité exploitable commercialement. C’est ce que vient d’annoncer Kosmos Energy, titulaire du permis d’exploration dans la zone off-shore de Cap Boujdour. La compagnie pétrolière a bel et bien découvert du gaz et du condensat de pétrole, mais elle ne pourrait pas rentrer dans ses fonds en s’engageant dans son exploitation. "Malgré le fait qu’il est impossible de les commercialiser, les découvertes prouvent qu’il y a un système pétrolier fonctionnel", a affirmé Andrew Inglis, le président de Kosmos. "Ces découvertes nous autorisent financièrement à mener de plus amples recherches d’exploration dans ce bassin", a-t-il précisé. Le puits CB1, à 170 km au large des côtes marocaines et à 2135m de profondeur, est la dernière découverte qui justifie l’intérêt grandissant des petits opérateurs comme des grands dans le secteur.


      Par Ndiaye Mar Bassine

      ------------------
      http://www.wsrw.org/a111x3162

      Kosmos reste au Sahara [OCCIDENTAL] après une découverte <pétrolière> <non commercial>

      Kosmos Energy a annoncé le 2 mars avoir trouvé des "hydrocarbures" au large du Sahara Occidental occupé, mais pas en quantités non commerciales. Néanmoins, la découverte semble être suffisante pour envisager de procéder à un deuxième forage. WSRW condamne le forage

      Mis à jour le: 03.03 - 2015 16:23


      Le PDG de Kosmos, Andrew Inglis, a déclaré le 2 mars dans un communiqué «ce premier puits dans le bassin a significativement éliminé les risques pour la poursuite de l'exploration en démontrant un système pétrolier opérationnel, y compris la présence d'une charge d'hydrocarbures, ainsi que qu’un piège et joint efficaces. Les résultats pour ce puits confirment le potentiel d'exploration considérable des 22 000 kilomètres carrés de notre bloc Cap Boujdour /…/ À l'avenir, le défi de l'exploration est de trouver des réservoirs de taille et qualité commerciale. Nous allons analyser les informations recueillies du CB-1 et les ajouter aux données sismiques 3D supplémentaires acquises récemment pour affiner notre plan d'exploration, et décider de l'emplacement et du calendrier d'un potentiel second puits ".

      Parallèlement, le puits d'exploration CB-1 situé dans la zone du permis Cap Boujdour au large du Sahara Occidental, sera bouché et abandonné.

      Au cours des dernières semaines, le peuple du Sahara Occidental ont intensifié leurs manifestations contre la présence de Kosmos Energy dans leur terre occupée. De grandes parties du Sahara Occidental, y compris le littoral, sont illégalement occupées par le Maroc depuis que ce dernier a envahi le territoire en 1975, au mépris flagrant de rejet par la Cour internationale de justice des revendications de souveraineté du Maroc sur le territoire. Aucun pays au monde ne reconnaît la revendication du Maroc sur le Sahara Occidental, et l'ONU continue à traiter le Sahara Occidental comme un cas de décolonisation inachevée.

      WSRW condamne l'opération de forage de Kosmos Energy.

      " Western Sahara Resource Watch note l'absence de découverte pétrolière commercialement viable, et demande instamment à Kosmos d'abandonner immédiatement toute poursuite de l'exploration pétrolière au Sahara Occidental jusqu'à la résolution du conflit", a déclaré Erik Hagen, président de Western Sahara Resource Watch.

      "La compagnie n'a pas levé le petit doigt pour obtenir le consentement du peuple du Sahara Occidental. Tant que les Sahraouis sont contre les forages de Kosmos Energy, la compagnie n'a pas le droit de forer dans le territoire. Tout forage au Sahara Occidental sabote les efforts de paix de l'ONU ", a déclaré Hagen.

      Le peuple sahraoui affirment que le partenariat de Kosmos Energy avec le gouvernement marocain dans leur pays occupé ne sert qu’à enraciner l'occupation du Maroc et son attitude intransigeante dans les négociations de paix menées par l'ONU. Les Sahraouis estiment que leur droit internationalement reconnu à l'autodétermination est détourné par les entreprises pétrolières qui signent des accords avec le gouvernement marocain, ignorant leur droit de déterminer le statut futur de leur terre et ses ressources. Un avis juridique de l'ONU de 2002 a confirmé que toute exploration ou exploitation du pétrole doit respecter les souhaits et les intérêts du peuple sahraoui. Aucune des compagnies pétrolières qui font des recherches actuellement au Sahara Occidental occupé, pas plus que le gouvernement marocain, n’ont déjà demandé le consentement du peuple sahraoui.


      L'auteur de l'avis juridique de l'ONU, l'Ambassadeur Hans Corell, a publié un édito la semaine dernière dans le International Judicial Monitor, dans lequel il répète que l'exploration pétrolière du Sahara Occidental est illégale. « Je peux lire sur le web que les deux compagnies soutiennent que ces contrats sont en conformité avec mon avis juridique de 2002. Hélas, il n’en est rien. Signer un accord dans lequel le Maroc nomme le Sahara Occidental "les provinces du sud du Royaume du Maroc" est en soit en contradiction avec la responsabilité sociale des entreprises et les principes protéger, respecter et réparer. »

      ______________
      6. TOURISME
      http://www.libe.ma/%E2%80%8B170-experts-europeens-en-tourisme-explorent-Dakhla_a59850.html

      170 experts européens en tourisme explorent Dakhla


      C’est dans le cadre d’une opération de grande envergure organisée par l’Office national marocain du tourisme (ONMT), que 170 prescripteurs européens du monde des médias et du tourisme sont venus découvrir Dakhla et sa région.
      Ces invités ou explorateurs comptaient 100 journalistes et quelque 70 agents de voyages et tour-opérateurs venus de France, du Royaume-Uni, d’Italie et de Scandinavie pour un séjour à Dakhla du 4 au 6 mars courant.
      Très chargé, trop, diraient certains des visiteurs, le programme de cette visite comptait de nombreuses activités: mise en avant de la richesse du patrimoine culturel local avec un spectacle de danse hassanie; découverte de la faune, de la flore et des sites archéologiques de la région ; visite du nouveau centre artisanal et du centre de conférences qui peut accueillir 500 personnes ; du port de pêche et des projets agricoles.
      Venus par vol spécial Paris-Dakhla, les hôtes ont, trois jours durant, apprécié l’hospitalité des Sahraouis marocains, mais aussi et surtout les différentes potentialités que recèle la région. Entre mer et désert, la capitale mondiale des sports nautiques, sa lagune, ses dunes émergeant de l’océan et ses espaces désertiques étendus à perte de vue ont séduit ces visiteurs qui, en embarquant pour le retour dans leurs pays respectifs, avaient jeté un regard de regret. Un regard qui exprime la ferme volonté d’un prochain retour pour un séjour plus long et une exploration plus approfondie de ces espaces ensorcelants, toujours vierges.
      Dans un communiqué rendu public, à cette occasion, le directeur général de l’ONMT, Abderrafia Zouitene, a expliqué le but de cette randonnée «Notre objectif est d’informer, à travers une réelle expérience «clients», l’ensemble des marchés cibles sur la magie que propose Dakhla à ses visiteurs, et ce tout au long de l’année. C’est une ville paisible qui a connu un fort développement ces dernières années et qui continue à se projeter sur l’avenir avec assurance et confiance».


      A.E.K
      Mardi 10 Mars 2015