Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

3184Terrorisme: instrument du makhzen (février 2015)

Agrandir la zone des messages
  • revue-de-presse-sahara-occidental-owner@...
    9 mars 2015
      S O M M A I R E


      1. COMPLICITÉS DU MAKHZEN AVEC LE TERRORISME

      1.1. COMPLICITÉ AQMI-MAKHZEN
      - TRIBUNE DES LECTEURS (16-II-2015): Des barbouzes au service de Mohamed VI- Les services secrets marocains " commanditent " des actions terroristes hors de leur sol
      - CANAL FRANCE (11-II-2015): Collaboration diabolique entre Maroc et Aqmi pour la relance du terrorisme en Algérie
      - YABILADI (9-II-2015): Hicham Bouchti accuse la DST marocaine de liens avec AQMI sur un média algérien

      1.2. COMPLICITÉ DST-TERRORISTE ATTENTAT MARRAKECH 2003
      - MAP (6-II-2015): L’Intérieur <dément> toute collaboration entre la DGST et Fizazi
      - LE 360 (6-II-2015): LE <FAUX> DOCUMENT DE LA DGST
      - H24 (6-II-2015): Liaisons dangereuses entre cheikh Fizazi et la DGST: l’Intérieur furieux
      - YABILADI (6-II-2015): Maroc : Un nouveau « Chris Coleman » accuse Mohamed El Fizazi d’être à la solde de la DST
      - YABILADI (8-IV-2014): Le salafiste El Fizazi encense le travail de la DGST et prend la défense de Hammouchi

      1.3. COMPLICITÉS DAECH-DST MAROCAINE?
      - YABILADI (6-II-2015): Zineb El Rhazoui interpelle Hammouchi au sujet des menaces de Daech sur elle et son mari


      2. L'<ENGAGEMENT> DU MAKHZEN CONTRE LE TERRORISME-MAROC, SÉMENCE DES TERRORISTES
      - YABILADI (21-II-2015): Maroc : Contrairement à l’AMDH, les activités des salafistes sont autorisées
      - LE 360 (5-II-2015): LES FRAPPES MAROCAINES CONTRE DAACH SUSPENDUES
      - YABILADI (21-II-2015): Terrorisme : « La pauvreté et la précarité n’expliquent pas le succès de l’idéologie jihadiste auprès des Marocains », selon Mohamed Darif / Le Maroc dans le top 5 en nombre de comptes Twitter pro-Daesh


      3. FARCE <ANTITERRORISTE>
      - YABILADI (6-II-2015): Maroc: Ouverture du procès des quatre français interpellés pour terrorisme
      - YABILADI (6-II-2015): Maroc : Trois personnes condamnées pour terrorisme


      4. DÉLIRES DU MAKHZEN ET SES COMPLICES
      - LE 360 (4-II-2015): LUTTE ANTITERRORISTE, RABAT <AU SECOURS> D’ALGER
      - YABILADI (17-II-2015): Terrorisme : L’Espagne bénéficiaire indirecte du réchauffement des relations maroco-françaises


      5. LES OBSCURS ATTENTATS DE CASABLANCA-2003- LA FARCE DU GICM ET DE LA "COLLABORATION" "ANTI-TERRORISTE"
      - TEL QUEL (4-II-2015): Un terroriste impliqué dans les attentats de Casablanca arrêté en Belgique
      - RTBF (30-I-2015): 22 perquisitions en Belgique : quatre personnes sous mandat d'arrêt
      - TEL QUEL (14-XI-2014): Des attentats en Belgique déjoués grâce au Maroc
      - DH.BE (12-XI-2014): Le Maroc a aidé la Belgique à déjouer des attentats terroristes sur son territoire
      - LA LIBRE BELGIQUE (20-IX-2014): Des attentats djihadistes déjoués sur le territoire belge


      6. PROPAGANDE DU MAKHZEN
      - MAP (10-II-2015): Maroc:6e édition de “Marrakech Security Forum” les 13 et 14 février
      - LA NOUVELLE TRIBUNE (13-II-2015): "MARRAKECH SECURITY FORUM" 2015 : LES STRATÈGES SÉCURITAIRES DU MONDE EN CONCLAVE À MARRAKECH
      - LE MATIN (13-II-2015): Sixième édition de «Marrakech Security Forum»: Des centaines d'<experts> internationaux débattent des moyens de juguler la menace terroriste en Afrique


      7. L'ALGÉRIE CONTRE AQMI
      - APS (15-II-2015): Le chef d'Aqmi et 40 autres terroristes seront jugés lundi à Alger



      ===========================================================
      SÁHARA-INFO EN FRANÇAIS ET EN ESPAGNOL/EN FRANCÉS Y EN ESPAÑOL:
      http://es.groups.yahoo.com/group/sahara-info/

      SAHARA-INFO SEULEMENT EN FRANÇAIS:
      http://fr.groups.yahoo.com/group/revue-de-presse-sahara-occidental/

      SAHARA-INFO SÓLO EN ESPAÑOL:
      http://es.groups.yahoo.com/group/revista-de-prensa-sahara-occidental/
      ===========================================================



      1. COMPLICITÉS DU MAKHZEN AVEC LE TERRORISME

      1.1. COMPLICITÉ AQMI-MAKHZEN
      http://diasporasaharaui.blogspot.be/2015/02/des-barbouzes-au-service-de-mohamed-vi.html

      Des barbouzes au service de Mohamed VI- Les services secrets marocains " commanditent " des actions terroristes hors de leur sol


      Des documents particulièrement compromettants, dont nous nous sommes procurés une copie, démontrent que les services secrets marocains traficotent avec des éléments criminels d'AQMI, tout en tenant informé le palais royal. Encore un scandale qui vient éclabousser Mohamed VI alors que la " pilule HSBC " n'a même pas été avalée, encore moins digérée…

      Le plus grave, dans ces révélations contenues dans des documents datés du 17 mai 2011, est que c'est avant tout l'Algérie, et accessoirement le Front Polisario, à travers ces actions criminelles, menées en collaboration directe avec le chef d'AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique), Abdelmalek Droudkal, alias Abou Mossaâb Abdelouadoud. Il est avant tout question de chercher à redonner un souffle nouveau au terrorisme moribond en Algérie. Or, cela n'est pas sans rappeler les actions qu'avait mené en son temps le défunt roi Hassan II durant les années 90, au plus fort de la lutte antiterroriste, quand il voulait faire de l'Algérie un " laboratoire à ciel ouvert ".

      Le document adressé au " conseiller des affaires sécuritaires du roi du Maroc ", un poste qui n'existe pas, avance qu'en mai 2011, cinq officiers de la division antiterroriste au sein de la DST auraient pris langue, dans un hôtel de la ville de Nouadhibou en Mauritanie, avec trois membres influents d'AQMI. Il ne s'agirait rien moins que de Abdelmalek Droukdel, le chef de l'organisation terroriste AQMI, Nabil Makhloufi et Jamel Okacha. Ce dernier est donné pour mort depuis 2012. Les trois hommes seraient des agents de la DST, les services secrets marocains, sans que l'on sache s'ils étaient manipulés sciemment ou si les barbouzes de Mohamed VI avaient trouvé les moyens de se faire passer pour ce qu'ils ne sont pas. Le choix du lieu de la rencontre, à quelques centaines de mètres du siège du consulat marocain est censé accréditer les thèses selon lesquelles les plus hautes autorités marocaines ont partie liée avec cette gravissime œuvre crimi- nelle.

      Le document, pour sa part, soutient que la délégation sécuritaire du royaume aurait convaincu celle d'AQMI de mener des attaques sur le " Sahara oriental ". Le Maroc qualifie ainsi certaines parties du sud algérien qu'il continue de " convoiter secrètement " en dépit des apparences, souvent trom- peuses en diplomatie et dans les relations entre Etats.

      AQMI, " maitre d'œuvre " de ce complot, est également chargé de distiller des informations sur les Sahraouis qui auraient rejoint l'AQMI. Ici, la manœuvre vise à décrédibiliser le Front Polisario vis-à-vis de l'opinion internationale, et de tenter de remettre en cause son combat pour l'indépendance du Sahara Occidental, illégalement occupé par le Maroc depuis la scandaleuse " marche verte " de 1975.

      Alors que la création du MUJAO (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'ouest) par les services secrets marocains qui avait, notamment, revendiqué l'enlèvement en décembre 2011, dans les camps de Tindouf, de trois coopérants européens : deux Espagnols et une Italienne ne fait plus aucun doute, les nouvelles révélations viennent d'enfoncer un peu plus le Maroc en mettant une nouvelle fois la lumière sur les intentions belliqueuses de notre voisin de l'ouest.


      Il est à rappeler dans ce cadre que, l'émir fondateur du GIA, Abdelhak Layada, au plus fort du terrorisme qui frappait de plein fouet l'Algérie, avait été reçu par les défunts Hassan II et son " vizir " Driss Basri. Layada, comme il nous l'avait confirmé personnellement en nous recevant chez lui, à Baraki, s'était vu proposer argent, armes, lieux de repli et protection afin qu'il puisse mettre l'Algérie à feu et à sang.

      Dans son intention d'affaiblir au maximum son voisin de l'est, le Maroc est même allé jusqu'à fer- mer ses frontières terrestres avec lui quand l'Algérie faisait l'objet d'un embargo qui ne dit pas son nom, et qu'elle avait besoin de l'aide de ses voisins pour mettre la tête hors de l'eau. Hassan II qui était loin de se douter qu'un douloureux retour de flamme l'attendait, désirait faire de l'Algérie un "laboratoire à ciel ouvert ". Aujourd'hui, des documents accablants viennent accuser le Maroc de la manière la plus formelle qui soit. Il aura à en rendre compte devant les instances internationales un jour ou l'autre…


      K. Z.

      La Tribune des Lecteurs, 16/02/2015

      --------------------
      http://www.canalfrance.info/Collaboration-diabolique-entre-Maroc-et-Aqmi-pour-la-relance-du-terrorisme-en-Algerie_a3659.html

      Collaboration diabolique entre Maroc et Aqmi pour la relance du terrorisme en Algérie

      Mercredi 11 Février 2015 - 14:47


      Selon le quotidien Echorouk, on apprend qu’une cabale venait d’être érigée contre l’Algérie, dont les auteurs des faits, sont le régime Marocains, avec les sauvages d’Aqmi. En se basant sur un document « secret et dangereux », impliquant le Makhzen Marocain, en collaboration avec le sanguinaire Abdelmalek Droukdel. Il s’agirait d’une correspondance qui monte au 17 mai 2011, adressée à un conseiller royal, esquissant les différentes sortes de coopération pour la relance des actes terroristes en Algérie.


      Cette coordination satanique s’est soldée par une rencontre tenue entre le terroriste sanguinaire Abdelmalek Droukdel et quelques officiers de la Direction générale de la surveillance du territoire marocain, et ce sur le sol mauritanien.

      Le présent document -dont notre rédaction détient une copie- est une correspondance datée du 17 mai 2011, portant le numéro 8460/11, et adressée au conseiller des affaires sécuritaires du roi du Maroc Mohammed VI.

      Ledit fichier démasque la manière dont les services de renseignements marocains ont tenté de relancer l’activité terroriste sur le territoire algérien, à travers la protection des leaders terroristes.
      5 officiers du Makhzen et 3 terroristes dirigés par Droudkel

      La pièce secrète indiquait qu’au 14/15 mai 2011, suite à une coordination avec une unité d’opération de la Direction générale des études et de la documentation marocaine, à la demande d’un agent portant le numéro 6055/K.M.S, cinq officiers du département de la lutte contre le terrorisme affilié à la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), ont mis en œuvre la tâche dont le code secret est mentionné ci-dessus le même jour à 20h 00.

      Le fichier secret dévoile que cette rencontre avait réuni ce qu’il qualifié «d’agents», chose qui confirme leur coopération (terroristes) avec le système marocain. Chacun de ces agents détient un numéro et un code secret auprès des services de renseignements marocains. Il s’agit bel et bien d’Abdelmalek Droukdel » portant le numéro 745/K.M.S,Nabil Makhloufi portant le numéro 798/K.M.S, et Djamel Okacha numéro 711/K.M.S.

      «Prestige», l’hôtel du deal de la mort
      Selon le contenu du document secret, l’endroit qui avait abrité cette «réunion de coordination» entre des officiers marocains ainsi quelques dirigeants de l’Aqmi est l’hôtel «Prestige», sis à la rue Maritime, l’endroit où se situe également le consulat du Maroc dans la ville mauritanienne de Nouadhibou.


      Le fichier divulgué a également dévoilé que les deux parties sont convenues de relancer l’activité des restes du terrorisme en Algérie à travers le financement et l’approvisionnement, ainsi de mettre en œuvre prochainement le plan qui comprend principalement :

      Quatre missions contre trois engagements

      Mener des actes terroristes au Sahara algérien ou le «Sahara oriental» tel qu’il est cité dans ce document
      Fournir des informations sur tout marocain ayant rejoint le groupe terroriste
      Mener des attentats terroristes à la frontière algéro-tunisienne
      Mener des attentats sur le sol libyen
      Quant à la deuxième partie qui a conclu l’accord avec le groupe de Droukdel, qui n’est autre que les services secrets marocains, ceux-ci se sont engagés à :
      Faciliter l’accès aux terroristes désireux de rejoindre le groupe armé à travers la frontière marocaine


      Assurer un soutien logistique, en l’occurrence l’armement
      Fournir des renseignements aux leaders du mouvement

      Le document contient également une liste d’officiers, de leurs mots de passe ainsi qu’un rapport sur la rencontre entre les services secrets marocains et Droukdel, émir d’Aqmi.
      Figurent sur la liste des leaders terroristes cités dans ledit document, Abdelmalek Droukdel alias «Abou Moussab Abdelouadoud», émir d’Aqmi depuis 2006 à ce jour, Nabil Makhloufi alias «Nabil Aba Alkama», un prisonnier et membre d'Al-Qaîda qui s’est évadé de la pison de Tazoult en 1994, désigné adjoint de l’émir du groupe terroriste de la région du Sahel et du Sahara, et serait tué en septembre 2012 suite à un accident de circulation, selon un communiqué d'Al-Qaîda paru sur les sites djihadistes.
      Le troisième terroriste étant Djamel Akkacha alias «Yahia Abou El Himam», considéré comme le bras droit de l’émir d’Aqmi… il serait choisi pour succéder à l’émir «Abdelhamid Abou Zeid», abattu au Nord-Mali fin février 2013 lors d’un combat avec les forces françaises.


      …et le complot est découvert

      Ces vérités démontrent selon des spécialistes et des observateurs du dossier des groupes terroristes les relations entretenues entre les leaders de ces mouvements et les services secrets marocains qui n’ont pas hésité un instant pour conclure un marché, lors d’un rencontre en Mauritanie avec «les émirs de la mort», pour semer le terreur et relancer l’activité terroriste en Algérie, ainsi que dans les pays de la région du Maghreb, comme la Tunisie et la Libye. Une conspiration marocaine pour provoquer l’Algérie et entraîner la désunion de ses forces de sécurité.

      Le document secret a révélé une partie du plan marocain qui vise à déstabiliser l’Algérie en nouant des relations avec un groupe terroriste que l’Algérie combat et que les instances internationales qualifient de groupe terroriste le plus dangereux au monde. Il devient évident que le Royaume marocain tente désespérément de convaincre la communauté internationale qu’il lutte contre le terrorisme et assécher les sources de son financement.


      Officier des services secrets marocain:
      le Makhzen finance le terrorisme pour se venger de l’Algérie et du Polisario


      Hicham Bouchetti, ancien officier des services secrets marocains, qui habite actuellement en Belgique en tant que réfugié politique et l’actuel secrétaire général du parti marocain de la jeunesse démocratique (opposition) est revenu dans cet entretien accordé à Echorouk sur le document marocain.

      Quelle lecture faites-vous du document secret marocain, en votre qualité d’ex-officier des services secrets marocains ?
      Au plan sécuritaire, le document semble d’une grande crédibilité, compte tenu des cachets apposés sur le document et la manière dont les rapports, en votre possession, ont été élaborés. Vu mon expérience dans la section administrative de la sécurité militaire avant de rejoindre les services secrets, il est certain qu’il s’agisse d’une fuite de documents originaux de la Direction générale de la surveillance du territoire.
      La fuite de tels documents du service secret témoigne de la désunion des rangs des officiers des services secrets marocains due aux pressions exercées sur les hommes de l’ancien ministre de l’Intérieur, Idriss El Basri, pour se soumettre aux consignes des hommes de Fouad Ali El Himma, conseiller du roi et son collègue de promo.

      Quelles observations faites-vous concernant le document ?
      En vérité, il n’y a pas de remarques à faire car il s’agit de document original à 100% et les cachets sont originaux, en plus des événements rapportés avec exactitude.

      En votre qualité d’ancien officier des services secrets marocains, comment trouvez-vous la coopération entre ces services et les groupes terroristes ?
      Etant donné nous sommes dans un royaume politiquement dictateur, où l’on allie service secret et logique mafieuse, les services secrets de ce pays financent les groupes terroristes armés dans la région du Sahel et au Sahara algérien en vue de semer le trouble dans la région et donner naissance à des réseaux mafieux placés sous l’égide des appareils de l’Etat et utilisés contre les éventuels adversaires du royaume en plus de la création de groupe terroriste dans la région du Sahara utilisé également pour étouffer les voix qui réclament liberté et démocratie. En plus, le régime dictatorial marocain qui se présente comme étant le garant contre la menace terroriste et le gendarme de la région.

      Comment expliquez-vous la rencontre qui a eu lieu entre les services secrets marocains et le numéro 1 d’Aqmi ?
      Le terrorisme et notamment Aqmi est le produit des services secrets marocains, et ce document sous nos yeux en est la preuve. Les rencontres entre les officiers des services secrets marocains avec le numéro un d’Aqmi, Abdelmalek Droukdel, témoignent des démarches du Makhzen de conclure des marchés avec les groupes terroristes de la région pour taxer ensuite de terrorisme ses éventuels adversaires, à savoir le régime algérien et le Front Polisario.


      La rédaction de Canalfrance.info


      -----------------------
      http://www.yabiladi.com/articles/details/33291/hicham-bouchti-accuse-marocaine-liens.html

      Hicham Bouchti accuse la DST marocaine de liens avec AQMI sur un média algérien

      Publié le 09.02.2015 à 17h49 |
      Par Mohammed Jaabouk


      Endossant une nouvelle fois les habits de « Chris Coleman », Hicham Bouchti récidive. Grâce à la collaboration d’un média algérien, il avance une coopération entre la DST et le chef d’AQMI. Détails.

      Hicham Bouchti, l’ancien membre des forces auxiliaires, qui vit en Belgique après des années en Espagne, publie un nouveau fichier sur une probable collaboration entre la DST marocaine et la direction d’AQMI.

      Contrairement à ses allégations concernant Mohamed El Fizazi, il n’a pas opté pour les réseaux sociaux pour la diffusion de son scoop. Cette fois, son « choix » s’est porté sur le journal algérien Echourouk pour distiller ses révélations.
      http://www.echoroukonline.com/ara/articles/232454.html
      Il faut d’ailleurs rappeler que Bouchti et son parti de la jeunesse démocratique marocaine sont très redevables au voisin de l’est. Les actions du PJDM bénéficient en effet d’une large couverture de la presse algérienne.


      Selon Bouchti, le chef d’AQMI serait un agent de la DST !

      Le « document », adressé au « conseiller des affaires sécuritaires du roi du Maroc », un poste qui n’existe pas, avance qu’en mai 2011 cinq officiers de la division antiterroriste au sein de la DST auraient pris langue, dans un hôtel de la ville de Nouadhibou en Mauritanie, avec trois membres influents d’AQMI. Selon la version de Bouchti, il s’agirait de Abdelmalek Droukdel, le chef de l’organisation, Nabil Makhloufi et Jamel Okacha, celui-ci est donné pour mort depuis 2012. Les trois hommes seraient même des agents de la DST, selon ledit fichier.

      Le choix du lieu de la rencontre, à quelques centaine de mètres du siège du consulat marocain, est censé accréditer les thèses de Bouchti. Sauf qu’en mai 2011, l’ex-agent des forces auxiliaires avait d’autres chats à fouetter. La justice espagnole continuait de rejeter ses demandes pour légaliser son séjour. Un refus qui l’avait contraint, en 2013, à tenter sa chance en Belgique.

      Le « document » soutient que la délégation sécuritaire du royaume aurait convaincu celle d’AQMI de mener des attaques sur le Sahara oriental, le territoire revendiqué depuis des années par le parti de l’Istiqlal, et de donner des informations sur les Marocains qui auraient rejoint Al Qaïda au Maghreb islamique.

      C’est la première fois qu’un média algérien avance des liens entre AQMI et le royaume. Auparavant, il était, plutôt, question de relations avec le MUJAO (mouvement pour l’unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest). C’est cette organisation qui avait revendiqué l’enlèvement, en décembre 2011 dans les camps de Tindouf, de trois coopérants européens : deux Espagnols et une Italienne.


      _________________________________________________________
      1.2. COMPLICITÉ DST-TERRORISTE ATTENTAT MARRAKECH 2003
      http://www.menara.ma/fr/actualit%c3%a9s/maroc/2015/02/06/1563137-l%e2%80%99int%c3%a9rieur-d%c3%a9ment-toute-collaboration-entre-la-dgst-et-fizazi.html
      http://www.lematin.ma/journal/2015/selon-le-ministere-de-l-interieur_la-copie-d-une-pseudo-correspondance-attribuee-a-la-direction-generale-de-la-surveillance-du-territoire-est-un-document-grossierement-falsifie/217335.html

      L’Intérieur <dément> toute collaboration entre la DGST et Fizazi

      Menara.ma / .
      06.02.2015
      14h45


      Le ministère de l'intérieur a indiqué jeudi qu'une copie d'un courrier attribué à la DGST, publiée récemment par des médias électroniques, est un document "grossièrement falsifié".

      "Certains sites électroniques ont publié la copie d'une pseudo correspondance attribuée à la Direction Générale de la Surveillance du Territoire et se rapportant aux prétendues relations de collaboration qui auraient existé entre les services de cette direction et M. Mohammed Fizazi alors en détention à la prison civile de Tanger", souligne le communiqué de l'Intérieur.

      Les vérifications d'usage ont permis d'établir qu'il s'agit sans conteste d'un document grossièrement falsifié, précise la même source.

      Selon les investigations menées en l'objet , ce faux document est l'œuvre du nommé Hicham Bouchti qui en a assuré en premier la publication sur sa page Facebook, ajoute le communiqué.

      Des poursuites judiciaires seront engagées contre l'auteur de cet acte qui vise à discréditer le travail des services de sécurité.

      ------------------
      http://www.le360.ma/fr/medias/le-faux-document-de-la-dgst-31675

      LE <FAUX> DOCUMENT DE LA DGST

      Par Khalid Mesfioui
      le 06/02/2015 à 12h09


      Une fausse correspondance a circulé sur le web faisant état d’une collaboration entre Mohammed Fizazi et les services du royaume. Le ministère de l’Intérieur précise que c’est un faux document et a engagé des poursuites contre son auteur présumé.

      Le document qui a fait le tour de la toile rapportant des relations de collaboration qui auraient existé entre la Direction Générale de la Surveillance du Territoire et Mohammed Fizazi s’avère un faux. Un communiqué du ministère de l’Intérieur qualifie cette «pseudo correspondance» avec le prêcheur -alors en détention à la prison civile de Tanger où il purgeait une longue peine pour apologie de terrorisme- de «document grossièrement falsifié». Les investigations ont permis même d’identifier l’auteur de ce faux document: Un certain H.B. qui "en a assuré en premier la publication sur sa page Facebook", ajoute le communiqué en soulignant que des poursuites judiciaires seront engagées contre l'auteur de «cet acte qui vise à discréditer le travail des services de sécurité».


      Par Khalid Mesfioui

      ---------------
      http://www.h24info.ma/maroc/politique/liaisons-dangereuses-entre-cheikh-fizazi-et-la-dgst-linterieur-furieux/30564

      Liaisons dangereuses entre cheikh Fizazi et la DGST: l’Intérieur furieux

      h24info.ma |
      Publié le 06/02/2015 | 09h30 | H24info


      La copie d'une correspondance attribuée à la Direction générale de la surveillance du territoire est un document "grossièrement falsifié", indique le ministère de l’Intérieur.

      Un courrier, dont la copie a été récemment relayée par plusieurs médias électroniques, trahissait une supposée collaboration entre la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) et le cheikh Mohamed Fizazi lorsqu'il était emprisonné à Tanger. Le ministère de l'Intérieur a réagi dans un communiqué où il dément formellement tout rapprochement des services secrets marocains avec le salafiste.

      L'auteur sera poursuivi
      Pour le département de Mohamed Hassad, il s’agit d'un document grossièrement falsifié. "Selon les investigations menées en l'objet, ce faux document est l'œuvre du nommé Hicham Bouchti qui en a assuré en premier la publication sur sa page Facebook", ajoute le communiqué. "Des poursuites judiciaires seront engagées contre l'auteur de cet acte qui vise à discréditer le travail des services de sécurité", note-t-on.

      Exilé aux dernières nouvelles à Mélilia, Hicham Bouchti affirme être un ex-membre des services secrets marocains. Il se présente également comme un écrivain et un opposant contraint de quitter le Maroc après y avoir dénoncé la corruption.

      Mohamed Fizazi lui, s'est fait connaître lors des tristement célèbres attentats de Casablanca en 2003. Prêchant un islam rigoriste, il était accusé de liens avec les auteurs de l’attentat. Il a ainsi été condamné à la prison ferme.

      À la faveur d’une autorévision intellectuelle de la doctrine à laquelle il adhérait, il a bénéficié d’une grâce royale en 2011. On s’en souvient, en mars 2014, le souverain avait même assisté à un de ses prêches du vendredi à la mosquée de Tarik Ibn Ryad de Tanger.

      ------------------
      http://www.yabiladi.com/articles/details/33215/maroc-nouveau-chris-coleman-accuse.html

      Maroc : Un nouveau « Chris Coleman » accuse Mohamed El Fizazi d’être à la solde de la DST

      Publié le 06.02.2015 à 12h30 |
      Par Mohammed Jaabouk


      Le ministère de l’Intérieur accuse un opposant politique qui vit en Espagne d’être l’auteur de la publication sur Twitter d’un document avançant une collaboration entre la DST et Mohamed El Fizazi lors de son incarcération.

      Si « Chris Coleman » s’est éclipsé de la scène, d’autres lanceurs d'alerte tentent de meubler le vide, prenant pour cible Mohamed El Fizazi. Une fausse lettre circule sur les réseaux sociaux accusant le salafiste d’être à la solde de la DST, au moins durant son incarcération, et insinuait qu’il aurait eu un accès direct à Abdellatif Hammouchi. L’auteur du « document confidentiel » en question a veillé au respect de certaines règles obligatoires dans les correspondances officielles (en tête, référence et tampon).

      Un montage destiné à donner du crédit à ses allégations. Sauf qu’il a commis une erreur de débutant concernant la date d’envoi de la lettre du « prisonnier Mohamed El Fizazi ». En effet, le 29 août 2011 choisi par l’apprenti hacker, le religieux était libre depuis plus de quatre mois. Le salafiste figurait sur la liste des islamistes ayant bénéficié de la grâce royale exceptionnelle du 14 avril 2011.


      L’Intérieur accuse un opposant marocain

      Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour que le département de Mohamed Hassad entre en scène. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le ministère précise que "les vérifications d'usage ont permis d'établir qu'il s'agit sans conteste d'un document grossièrement falsifié. Selon les investigations menées, en l'objet ce faux document est l'œuvre du nommé Hicham Bouchti qui en a assuré en premier la publication sur sa page Facebook". Et d'annoncer que "des poursuites judiciaires seront engagées contre l'auteur de cet acte qui vise à discréditer le travail des services de sécurité".

      Bouchti se revendique être un « opposant politique » et « un ancien agent de la DST » alors que la version officielle le présente comme étant un ex-agent des Forces auxiliaires à Oujda. Il vit actuellement en Espagne. Depuis plus une année, il est à la tête du Parti de la jeunesse démocratique marocain (PJDM).

      Hicham avait passé deux ans en prison pour « falsification de documents administratifs et diffusion d'informations militaires confidentielles ». Lui, en revanche, avance la thèse de représailles suite à des informations qu’il aurait livrées à la presse marocaine sur une éventuelle activité illicite de trafic d’armes avec l'Algérie, par son supérieur hiérarchique.


      ---------------------
      http://www.yabiladi.com/articles/details/24783/salafiste-fizazi-encense-travail-dgst.html

      Le salafiste El Fizazi encense le travail de la DGST et prend la défense de Hammouchi

      Publié le 08.04.2014 à 13h00 |
      Par Mohammed Jaabouk


      Mohamed El Fizazi n’en finit pas de donner un coup de balai à ses vielles convictions. Cette fois, il n’a pas tari d’éloges sur le travail effectué par la DGST. Il y a quelques jours, il prenait même la défense de Hammouchi.

      Dix jours après avoir conduit une prière du vendredi devant le roi Mohammed VI, l'imam salafiste El Fizazi continue son repositionnement politique. Un exercice qu’il partage avec les Marocains sur les réseaux sociaux afin de donner de lui une image totalement nouvelle, et ce, en jetant aux orties toutes les idées radicales à l’égard du pouvoir et la société, à l’origine de sa condamnation en 2003 pour 30 ans de prison.


      Le cheikh encense le travail de la DST

      Sur sa page facebook, Mohamed El Fizazi a loué l’action des services de renseignements. « Les agents de la DST qui m’ont côtoyés tout au long de mon incarcération (huit ans, ndlr) étaient sincères et honnêtes dans les rapports qu’ils ont écrit sur moi et mes autres camarades de prison. Ils ont rapporté fidélement la réalité. Un travail couronné, d'ailleurs, par notre libération », assure l’imam de la moquée Tarik Ibn Zyad à Tanger.

      Le salafiste fait allusion au processus de révision mené par des figures du mouvement derrière les barreaux, au cours duquel les hommes de Hammouchi infiltrés dans les centres de détentions ont joué un rôle déterminant dans le dénouement dudit processus.


      El Fizazi prend la défense de Hammouchi

      En réalité, les positions d’El Fizazi ne sont pas nouvelles. En pleine crise avec la France suite aux plaintes déposées contre le patron de la DGST pour « tortures » et « complicité de torture », le prédicateur a fait une sortie médiatique inattendue. « Je témoigne pour la postérité que Abdellatif Hammouchi est homme honnête et compétent ». Mieux encore, le salafiste est allé même jusqu’à l’innocenter de toute accusation de torturer directement des détenus « ou de l’avoir ordonné ».

      Hammouchi est à la tête de la DST depuis décembre 2005 à la place d’Ahmed Harari, un proche du général Hmidou Laânigri. Une nomination qui intervenait quelques mois après le très célèbre entretien accordé par le roi Mohammed VI au quotidien El Pais dans lequel il assurait qu’ « il n’y a pas de doute qu’il y a eu des abus » dans les arrestations opérées dans l’enquête des attentats du 16 mai 2003. Libéré en avril 2011, El fizazi reconnaissait qu’au lendemain de cette interview, les conditions de son incarcération avaient complétement changé.


      _________________________________________
      1.3. COMPLICITÉS DAECH-DST MAROCAINE?
      http://www.yabiladi.com/articles/details/33545/zineb-rhazoui-interpelle-hammouchi-sujet.html

      Zineb El Rhazoui interpelle Hammouchi au sujet des menaces de Daech sur elle et son mari

      Publié le 18.02.2015 à 13h15 |
      Par El Hadji Mamadou Gueye


      La journaliste franco-marocaine de Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui s’inquiète depuis qu’elle a reçu des menaces de mort d’individus se réclamant de Daech. Elle a interpelé le responsable du contre espionnage marocain, Abdellatif Hammouchi, lui demandant des mesures censées protéger son mari lui aussi dans le viseur des partisans du groupe terroriste. Des photos de son époux, son lieu de travail, des indications sur sa géo-localisation, ainsi que différentes suggestions sur la façon de les « liquider », ont été publiés sur les réseaux sociaux.

      Zineb El Rhazoui est inquiète. Et pour cause, la journaliste franco-marocaine de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo a reçu des menaces de mort d’individus se réclamant de Daech. Ces derniers ont aussi dans le collimateur son mari marocain, car ils ont publié des informations le concernant sur les réseaux sociaux. Un Hashtag sur Twitter évoque même la façon de « liquider » le couple, selon la journaliste qui s’est expliquée sur sa page Facebook.

      Dans ce statut s’adressant particulièrement à Abdellatif Hammouchi, le responsable du contre espionnage marocain, qui a eu une promesse de décoration de la Légion d’Honneur lors de la visite, la semaine dernière, du ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, Zineb El Rhazoui livre les détails de ces menaces. « Ce soir, (mardi soir) un Hashtag Twitter qui prend de plus en plus d'ampleur nous menace de mort, mon mari et moi, de façon explicite », écrit-elle. « Des photos de mon mari, son lieu de travail, des indications sur sa géo-localisation, ainsi que différentes suggestions sur la façon de nous "liquider", ont été publiés », précise-t-elle.


      Son mari a porté plainte

      Son mari (Jaouad Benaissi), qui faisait l’objet de menaces depuis quelques jours, a déjà porté plainte. El Rhazoui interpelle ainsi l’Etat marocain et affirme qu’en France les autorités étatiques se mobilisent à chaque fois qu'un citoyen français est la cible, « ne serait-ce que du dixième des menaces dont son mari fait l'objet ». Elle interpelle directement Hammouchi pour assurer la protection de son époux. « Pourra-t-il se rendre demain sur son lieu de travail, sachant que des centaines d'identités virtuelles se revendiquant de Daech l'ont révélé sur les réseaux? », s’interroge même la franco-marocaine.

      Cette dernière ajoute que le Maroc ne donne à ce jour « aucune garantie quant à la prise au sérieux des menaces qui visent les personnes, et mon mari en particulier ». Elle déplore aussi « l'absence de la moindre manifestation des services de Hammouchi pour protéger nos compatriotes menacés ».

      Ce n'est pas la première fois que Zineb El Rhazoui fait l'objet de menaces de mort. Pour rappel, lors d’un sit-in des salafistes à Tanger après les tueries à Charlie Hebdo, des messages incitants à sa mort avaient été entonnés par les manifestants.



      ________________________________________________________
      2. L'<ENGAGEMENT> DU MAKHZEN CONTRE LE TERRORISME
      http://www.yabiladi.com/articles/details/33650/maroc-contrairement-l-amdh-activites-salafistes.html

      Maroc : Contrairement à l’AMDH, les activités des salafistes sont autorisées

      Publié le 21.02.2015 à 17h55 |
      Par Mohammed Jaabouk


      Si certaines activités de l’AMDH sont interdites par le ministère de l’Intérieur, celles des mouvements salafistes n’ont pas du tout le même problème. Elles sont toutes autorisées qu’elles soient organisées dans les locaux d’associations ou dans la rue. Une tolérance qui intrigue.

      La lune de miel entre l’Etat marocain et les salafistes se poursuit. Vendredi, les services de la wilaya de Rabat en ont donné une nouvelle preuve en autorisant la coordination des détenus islamistes à tenir un point de presse au siège de la Ligue marocaine des droits de l’Homme, association très proche de l’Istiqlal. La conférence était essentiellement consacrée aux allégations de torture dans les centres de détention au Maroc.

      Les participants étaient unanimes pour dénoncer le fossé entre le discours officiel et les faits réels. Ils estiment que l’objectif de l’humanisation des conditions d’incarcérations, annoncée depuis 1998, est aujourd’hui loin d’être une réalité. Ils ont également appelé en toute liberté à juger les tortionnaires. Pour cela, la coordination demande au ministre de la Justice, Mustapha Ramid, d’ouvrir des enquêtes sur de présumés cas de torture.


      Les salafistes poursuivent leurs manifestations sans être inquiétés

      Parallèlement à la conférence de Rabat, les partisans de la coordination des détenus islamistes ont organisé, avec bien entendu la bénédiction des autorités, un sit-in devant la mosquée Fatima-Azahra à Fès. Environ deux cents personnes étaient présentes pour cette manifestation. Mais alors que les derniers rassemblements avaient pour but de dénoncer les caricatures de Charlie Hebdo du prophète Sidna Mohamed, celui-ci voulait sensibiliser l’opinion publique sur les mauvais traitements qu’auraient subis les salafistes dans plusieurs prisons du royaume.

      Autre changement, le sit-in de la coordination n’était pas silencieux. Un des manifestants, micro à la main, a prononcé un discours très critique vis-à-vis de l’Etat marocain. Il n’a pas hésité à accuser les autorités de commettre des violations des droits des détenus islamistes. Et personne n’est venu l’inquiéter.

      La relative tolérance accordée aux manifestations des salafistes marocains, de plus en plus fréquentes, n’est pas sans susciter des interrogations. Quand on voit comment les autorités se sont montrées promptes à interdire des activités de l’AMDH ou à expulser des journalistes français car ils n’avaient pas eu le feu vert du Centre marocain de cinématographique, cela pourrait être interprété comme un deux poids, deux mesures plutôt intriguant.


      ---------------------
      http://www.le360.ma/fr/politique/les-frappes-marocaines-contre-daach-suspendues-31625

      LES FRAPPES MAROCAINES CONTRE DAACH SUSPENDUES

      Par Mohamed Chakir Alaoui
      le 05/02/2015 à 20h15


      Le ministre des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar a confirmé que les F-16 marocains, sous commandement émirati, ont stoppé leurs frappes aériennes contre Daach.

      Le ministre des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar a indiqué implicitement dans une déclaration à la presse jeudi que les forces aériennes marocaines, qui agissent sous le commandement des forces militaires des Émirats arabes unis, ont interrompu leurs frappes contre Daach conformément à la décision de ce pays. Le ministre était interrogé en marge de son intervention devant les commissions des Affaires étrangères du Parlement. A la question de savoir si les forces aériennes marocaines ont elles aussi décidé de cesser les frappes aériennes comme l'ont décidé les Émirats arabes unis, Salaheddine Mezouar a déclaré: "Vous savez, les forces marocaines sont sous commandement des Émirats arabes unis, ils doivent suivre les instructions".


      Par Mohamed Chakir Alaoui

      --------------
      http://www.yabiladi.com/articles/details/33632/terrorisme-pauvrete-precarite-n-expliquent-succes.html

      Terrorisme : « La pauvreté et la précarité n’expliquent pas le succès de l’idéologie jihadiste auprès des Marocains », selon Mohamed Darif

      Publié le 21.02.2015 à 10h00 |
      Par Ristel Tchounand


      Au Sommet antiterrorisme de Washington qui a pris fin hier, il était beaucoup question de la montée en puissance de l’idéologie jihadiste à travers le monde. En analysant la situation, plusieurs responsables politiques ont évoqué la mauvaise situation socio-économique comme motif de radicalisation pour les jeunes musulmans, y compris les Marocains qui rejoignent en masse les organisations telles que Daesh ou Al Qaida. Mais selon Mohamed Darif, chercheur et spécialiste des groupes islamistes, « la pauvreté et la précarité » ne suffit pas à tout expliquer.

      Depuis longtemps, plusieurs analyses de politiques, chercheurs et observateurs évoquent les conditions sociales défavorables comme cause importante au succès de l’idéologie jihadiste auprès de certains musulmans. La question a d‘ailleurs beaucoup fait débat au sommet antiterrorisme de Washington qui a pris fin hier, vendredi 20 février. Parmi ses propositions de solutions, le président américain Barack Obama a appelé à un plus grand investissement des gouvernements « dans les quartiers populaires » de leurs pays, afin que les jeunes trouvent des centres d’intérêt qui les éloigneront de la fièvre jihadiste.

      Le Maroc, pays participant très actif en raison de l’enrôlement massif de ses ressortissants par les groupes islamistes, est allé dans le même sens. La ministre déléguée aux Affaires étrangères et à la coopération, Mbarka Bouaida, a déclaré que « la paix, la sécurité et la stabilité durable sont tributaires du triptyque sécurité, développement durable et sauvegarde des valeurs culturelles pour combattre le terrorisme ». Elle explique que la stabilité est également liée à la lutte contre la pauvreté, la précarité et la marginalisation, rapporte la MAP. Le Maroc est convaincu que le défi du développement socio-économique est « le nœud gordien de toute stratégie de lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme », a-t-elle ajouté.

      Mais si les avis semblent tous converger dans ce sens, Mohamed Darif - chercheur et spécialiste des groupes islamistes – estime que là n’est pas l’enjeu. « La pauvreté et la précarité ne peuvent pas vraiment expliquer l’adhésion des Marocains aux discours islamistes », déclare-t-il dans un entretien avec Yabiladi. L’universitaire reconnait que la situation socio-économique a certes « des effets », mais les raisons qui poussent ces jeunes à épouser les idées extrémistes sont toutes autres.

      « La réponse se trouve dans l’injustice sociale, l’exclusion politique ou culturelle... »

      « Ici au Maroc, la précarité n’est pas quelque chose de nouveau. Il y a toujours eu des pauvres, mais on n’a jamais vu l’idéologie islamiste se développer de cette manière dans notre pays », remarque M. Darif. Il croit qu’il faut plutôt regarder à ce qui se passe au niveau international et régional. « A l’ère de la mondialisation, il n’y a plus de frontière », lance-t-il expliquant que n’importe qui peut être influencé par n’importe quoi, venant de n’importe où.

      Le chercheur rappelle qu’Abdelkrim al-Medjati « était un bourgeois », mais cela ne l’a pas empêché de se retrouver à la tête de l'émirat djihadiste décentralisé en Europe et au Maghreb. Pour rappel, ce terroriste marocain est le coordinateur des attentats de Casablanca en mai 2003, de Riyad et de Madrid en 2004. Il a été tué en Arabie saoudite en avril 2005.

      M. Darif rappelle également que parmi les auteurs des attentats du 16 mai figurait un enseignant. « Ce n’était pas un chômeur, c’était quelqu’un qui gagnait sa vie », souligne-t-il. Il va plus loin, expliquant que ces jihadistes n’avaient pas choisi Sidi Moumen pour son caractère pauvre, « mais parce que dans ce genre de quartier, la sécurité n’est pas de rigueur ».

      Même concernant les Européens d’origine marocaine qui se laisse prendre par les discours de Daesh, Al Qaida et autres, ce spécialiste des groupes islamistes estiment que l’échec du processus d’intégration est beaucoup plus en cause qu’autre chose.

      « Les autorités devraient s’attarder sur le recrutement physique beaucoup plus efficace pour les jihadistes que le virtuel »

      L’autre point phare des discussions de Washington concerne l’important investissement des réseaux sociaux par les mouvements radicaux qui arrivent ainsi à convaincre beaucoup de jeunes et même des mineurs.

      Pour Mohamed Darif, « tous ceux qui approuvent une déclaration d’un islamiste sur Twitter ou Facebook n’est pas forcément prêt à aller faire le jihad ». D’après lui, les internautes généralement taxés de pro-Daesh sont généralement constitués de ces deux catégories et « il est important de les distinguer ». Le chercheur pense que la montée de l’influence islamiste sur les réseaux sociaux n’est qu’un revers de la mondialisation.

      Mais au moment où responsables politiques s'excitent sur la question de l’internet, ce spécialiste des groupes islamistes estime que le recrutement virtuel n’est pas plus important que le recrutement physique, et ce même au Maroc. « Les terroristes ne sont pas naïfs. Ils savent que de nombreux gouvernements utilisent les réseaux sociaux pour démanteler les cellules jihadistes. Le recrutement physique, qui se base sur le contact direct et les liens familiaux notamment, est très efficace pour les jihadistes », estime M. Darif tenant pour preuves que les cellules opérant à travers le monde sont très souvent composées de fratries à l’image des frères Kouachi dans l’attentat contre Charlie Hebdo. Ce spécialiste marocain des groupes islamistes pense qu’il faut « surveiller, contrôler le recrutement virtuel, mais les gouvernements du monde en général et le Maroc en particulier doivent réfléchir aux moyens de lutte contre le recrutement physique.


      Le Maroc dans le top 5 en nombre de comptes Twitter pro-Daesh ?

      Le site d’information Conflit News a publié ce vendredi une cartographie représentant les pays détenant le plus grand nombre de comptes Twitter pro-Daesh. Le Maroc, lui, est classé 4ème derrière l’Arabie Saoudite et devant le Pakistan. Le Koweit, selon ce classement est le premier pays abritant des membres de Twitter pro-Daesh, quand le Qatar est 8ème, la France 9ème et la Tunisie clôt le top 10. L’auteur de la carte a tout de même eu la modestie de reconnaitre que la comptabilité des tweets peut être erronée dans la mesure où le classement a été réalisé à l'aide d’un logiciel d'extraction de données permettant de suivre une chaine de tweets d’origine via des hashtags.



      ___________________________
      3. FARCE <ANTITERRORISTE>
      http://www.yabiladi.com/articles/details/33217/maroc-ouverture-proces-quatre-francais.htmlMaroc: Ouverture du procès des quatre français interpellés pour terrorisme

      Maroc: Ouverture du procès des quatre français interpellés pour terrorisme

      Publié le 06.02.2015 à 12h07 |
      Par La rédaction


      Le procès de quatre Français, interpellés en novembre dernier à Marrakech et Laâyoune, pour terrorisme s’est ouvert hier devant la chambre criminelle de Salé, près de Rabat.

      Les quatre accusés sont poursuivis pour « constitution d'une bande criminelle dans le but de préparer et de commettre des actes terroristes dans le cadre d'un projet collectif» et «non dénonciation d'un crime terroriste ». Ils ont été incarcérés depuis leur arrestations en novembre pour leurs supposés liens avec des « organisations terroristes ».

      L’un des suspects « a attiré l'attention par ses agissements suspects à travers la collecte de renseignements opérationnels sur les lieux publics », alors qu’un autre, qui « compte des passages suspects en Egypte et au Yémen », tenait un discours « extrémiste ». A noter également que deux des personnes interpellées étaient d’origine polonaise et rwandaise.

      -------------------
      http://www.yabiladi.com/articles/details/33222/maroc-trois-personnes-condamnees-pour.html

      Maroc : Trois personnes condamnées pour terrorisme

      Publié le 06.02.2015 à 13h48 |
      Par La rédaction


      Les condamnations pour des activités terroristes se multiplient depuis quelques mois au Maroc. Trois personnes ont été condamnées ce vendredi matin par le tribunal de Salé pour faits liés au terrorisme. Des peines de 4 mois à 2 ans de prison ferme ont été prononcées contre les 3 accusés.

      L’un d’en eux, S.B, a été condamné a 2 ans de prison ferme pour « constitution d'une bande criminelle dans le but de préparer et de commettre des actes terroristes ».

      Deux autres accusés, qui sont mineurs, se sont vus infliger des peines d’un an de prison, dont 4 mois ferme. Ils étaient poursuivis pour « apologie d'actes terroristes ».

      Pour rappel, le procès des quatre français arrêtés en novembre dernier à Marrakech et Laâyoune pour terrorisme s'est ouvert jeudi.


      _________________________________________
      4. DÉLIRES DU MAKHZEN ET SES COMPLICES
      http://www.le360.ma/fr/politique/lutte-antiterroriste-rabat-au-secours-dalger-31457

      LUTTE ANTITERRORISTE, RABAT <AU SECOURS> D’ALGER

      Par Ziad Alami
      le 04/02/2015 à 07h57


      Le renseignement algérien compterait beaucoup sur les services marocains pour approfondir les enquêtes sur les réseaux de financement et de recrutement de terroristes en Europe. Rien que ça?

      Fut un temps où Alger tentait d’"écarter", au nom d’un improbable "leadership" régional, le Maroc de la lutte antiterroriste sous prétexte que le royaume ne faisait pas partie de la région sahélo-saharienne. Acculée, elle se rend aujourd’hui à l’évidence: le rôle des services marocains est non seulement important mais incontournable. C’est du moins ce que laisse entendre cette annonce médiatique de la reprise de la coopération sécuritaire entre Alger et Rabat. «Coopération sécuritaire: le Maroc et l’Algérie reprennent langue», annonce ainsi Al Massae, dans son édition de ce mercredi 4 février. «Les dangers croissants que font planer les cellules de recrutement à la frontière commune entre le Maroc et l’Algérie, la situation échappant à tout contrôle en Libye et les menaces en provenance de la Tunisie ont poussé autant le Maroc que l’Algérie à reprendre leur coordination sécuritaire à travers l’échange de renseignements sur le mouvement des Daachiens dans la région», estime le quotidien.
      Evoquant des sources médiatiques algériennes, sans les nommer, Al Massae indique que «l’accroissement des menaces que fait miroiter Daach et son intention d’implanter des cellules terroristes en Afrique du Nord, à l’échelle du Maghreb arabe et de la région sahélo saharienne, a incité les deux pays à reprendre leurs rencontres, à raison d’une fois par mois».

      Voilà pour l'info. Maintenant, il paraît qu'il va falloir en penser quelque chose. Or, question: S’il est vrai que le terrorisme n’a pas de frontières, à qui profiterait réellement cette «reprise de langue» ?


      Presse algéroise, l’intox encore et toujours

      «Les services marocains sont très intéressés, selon nos sources, par les investigations algériennes ciblant des sujets du royaume actifs dans Aqmi», prétend Al Watan, qu’on ne vous présente plus. Connaissant parfaitement «les sources» d’Al Watan, comme celles de la majorité de la presse algéroise, l'on ne peut que saluer la prouesse de nos confrères passés maîtres dans le registre de l’amalgame et de l’approximation. Mais passons, car il y a une question simplement géographique mais à laquelle nos confrères n’ont pas pu répondre: quel pays possède des frontières communes avec la Libye, la Tunisie, ou plus encore le Niger et le Mali ? Et comme une question devrait en appeler d'autres, pourquoi Alger claironnait-elle sur tous les toits être aux commandes de ce légendaire axe Alger-Bamako-Niamey, en essayant de le «vendre» comme le fer de lance de la lutte antiterroriste dans la région sahélo-saharienne? Pourquoi alors ce retour vers le Maroc, aujourd’hui?
      Remarquez qu’on pourrait allonger à l’infini les contresens et les incohérences du voisin de l’Est, mais passons. Car le fameux DRS algérien découvre, comme nous l’apprennent ses porte-voix médiatiques, que les services marocains pourraient l’aider à «approfondir les enquêtes sur les réseaux de financements et le recrutement de terroristes en Europe». Rien que «ça»? En Europe, et seulement en Europe? Et dire qu’Alger, -terrain de jeu privilégié pour des organisations terroristes de tous bords, dont le présumé «Etat islamique» en Irak et en Syrie, qui a démonétisé la marque Al-Qaïda, dont le QG a été décentré des grottes de Kandahar en Afghanistan vers le désert algérien-, est aujourd’hui un îlot de paix et de prospérité!


      Par Ziad Alami

      -------------------
      http://www.yabiladi.com/articles/details/33523/terrorisme-l-espagne-beneficiaire-indirecte-rechauffement.html

      Terrorisme : L’Espagne bénéficiaire indirecte du réchauffement des relations maroco-françaises

      Publié le 17.02.2015 à 17h31 |
      Par Mohammed Jaabouk


      L’Espagne accueille favorablement le réchauffement des relations maroco-française. Madrid a en effet pâti de la brouille entre Rabat et Paris, notamment sur deux opérations anti-djihadistes. Avec l'embelli entre les deux pays, le voisin ibérique espère une efficacité accrue dans le démantèlement de cellules terroristes ou de recrutement pour Daesh.

      Il n’y a pas que le patron de la DGST, Abdellatif Hammouchi, qui a bénéficié de la fin de la brouille entre Rabat et Paris, mais également l’Espagne. Citant des sources dans les milieux du renseignement espagnol, la publication en ligne ECD annonce que le réchauffement entre la France et le Maroc a eu des conséquences immédiates sur la relance des investigations, gelées depuis des mois, sur deux opérations visant les activités de cellules présumées djihadistes. La même source qualifie l’apport des Français et des Marocains de déterminant pour la suite des deux enquêtes.


      La relance de la coopération a permis l’identification de suspects

      Avant même le somment du 9 février au palais de l’Elysée, entre le roi Mohammed VI et le président François Hollande, des agents marocains et leurs homologues français auraient repris leur coopération avec la patrie espagnole, selon ECD. Une relance qui aurait permis aux services de sûreté de Madrid de recueillir des informations de haute importance et l’identification de nouveaux aspirants djihadistes.

      Compte tenu de cette normalisation et de la coopération accrue entre les services de renseignements des trois pays, on peut s'attendre à l’annonce de plusieurs arrestations de partisans de l’organisation de l’ « Etat islamique », précisément dans le Nord et l’Est de la péninsule. Ce prochain coup de filet dans les milieux intégristes qui devraient également bénéficier au Maroc et à la France.

      Durant les onze mois de tension entre Rabat et Paris, Marocains et Espagnols ont mené, conjointement, plusieurs opérations de démantèlement de cellules terroristes. La dernière en date remonte au 24 janvier lors de l’arrestation à Ceuta de quatre hommes ayant le même profil que les auteurs de l’attaque du 7 janvier, contre le siège de l’hebdomadaire Charlie Hebdo à Paris.



      ___________________________________________________________________
      5. LES OBSCURS ATTENTATS DE CASABLANCA-2003 ET LA FARCE DU GICM
      http://telquel.ma/2015/02/04/terroriste-implique-les-attentats-casablanca-arrete-en-belgique_1433125

      Un terroriste impliqué dans les attentats de Casablanca arrêté en Belgique

      4 février
      17:03
      2015
      Par Christophe SidiguitiebeL


      Un homme déjà condamné au Maroc pour les attentats de Casablanca en 2003 vient d’être arrêté en Belgique pour avoir pris part à des activités terroristes.

      Les autorités belges ont procédé vendredi 30 janvier dernier à l’interpellation de quatre personnes sous mandat d’arrêt pour participation à des activités terroristes. Parmi les personnes interpellées, figure un terroriste qui aurait été impliqué dans les attentats de Casablanca en 2003 selon Jan Creemers, le maire de Maaseik. C’est ce que rapporte le site de la Radio télévision belge francophone (RTBF). Il s’agit de Khalid Bouloudo, condamné à l’époque à 5 ans de prison ferme pour son soutien logistique et financier au GICM, le Groupe islamique combattant marocain.

      Lire aussi : Islamisme. La nouvelle vie des salafistes

      Cette arrestation intervenait suite à des perquisitions menées vendredi 30 janvier en Belgique. Cette vague de perquisitions s’inscrivait dans le cadre d’une enquête antiterroriste dans les milieux jihadistes.

      Lire aussi : Des attentats en Belgique déjoués grâce au Maroc

      Pour rappel, les attentats de Casablanca qui avaient eu lieu le 16 mai 2003 avaient fait 33 morts à Casablanca.


      -------------------------
      http://www.rtbf.be/info/societe/detail_anti-terrorisme-22-mandats-de-perquisition-et-4-personnes-privees-de-liberte?id=8877346

      22 perquisitions en Belgique : quatre personnes sous mandat d'arrêt

      Mis à jour le vendredi 30 janvier 2015 à 20h49


      22 perquisitions ont été menées ce vendredi matin en différents endroits du territoire. Cette vague de perquisitions s'inscrit dans le cadre d'un dossier anti-terroriste dans les milieux jihadistes. En fin d'après-midi, le juge d'instruction a placé les quatre personnes interpellées sous mandat d'arrêt pour participation à des activités terroristes.

      Deux perquisitions ont été menées à Maasmechelen, onze à Maaseik, une à Kinrooi, deux à Houthalen-Helchteren, quatre à Anvers, une à Genk et une à Molenbeek-Saint-Jean. Les quatre personnes privées de liberté viennent du Limbourg.

      Ce dossier est lié aux départs de candidats au jihad vers la Syrie. L’action avait pour principal objectif de démanteler l’organisation qui procédait au recrutement et à l’envoi des candidats vers l'étranger, explique le parquet dans un communiqué.

      Aucune arme, munition ou explosif n'ont été saisis. L'un des lieux perquisitionnés est une habitation qui était utilisée comme lieu de prière et encadrait également des cours de cuisine pour femmes, précise Jan Creemers, bourgmestre de Maaseik. Selon ce dernier, l'une des quatre personnes interpelées ce vendredi aurait été impliquée dans les attentats de Casablanca en 2003 et de Madrid en 2004. Une source proche du dossier dévoile même un nom, celui de Khalid Bouloudo. Condamné à l'époque à 5 ans de prison ferme pour son soutien logistique et financier au GICM, le Groupe islamique combattant marocain.

      Par ailleurs, il n'y a aucun lien entre ce dossier et l’opération anti-terroriste relative à la "cellule de Verviers", ni avec les attentats de Paris, clarifie le parquet fédéral.


      Un suspect remis aux autorités belges par la France

      Par ailleurs, Ismaël El Abdi, l'un des deux suspects interpellés en France en lien avec l'enquête sur la cellule terroriste démantelée à Verviers, a été remis par la France aux autorités belges ce vendredi. L'homme a été placé sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction belge en charge du dossier et inculpé du chef de participation à des activités d'un groupe terroriste, a indiqué le parquet fédéral.

      Le suspect de 32 ans avait pris la fuite le jeudi 15 janvier en soirée avec son frère Souhaib, âgé de 25 ans, après l'annonce de perquisitions de la police fédérale à Verviers où se trouvaient trois présumés terroristes. Les deux frères ont été interpellés le soir même des perquisitions, à Modane, près de la frontière italienne. La Belgique avait émis à leur encontre un mandat d'arrêt européen. Le suspect de 32 ans ne s'est pas opposé à sa remise aux autorités belges, contrairement à son frère. La cour d'appel de Paris doit examiner le 4 février le cas du jeune frère.


      RTBF et Belga

      -----------------
      http://telquel.ma/2014/11/14/belgique-attentats-dejoues-grace-au-maroc_1422832

      Des attentats en Belgique déjoués grâce au Maroc

      14 novembre
      11:46
      2014
      Par Christophe Sidiguitiebe


      Des informations recueillies par les services secrets marocains ont permis à la Belgique, selon un diplomate, de contrecarrer des attentats terroristes sur son territoire.

      Menouar Alem, ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, a révélé dans un entretien accordé au quotidien belge La Dernière Heure, publié mercredi 12 novembre, que le Maroc a permis à la Belgique d’éviter des attentats terroristes sur son territoire.

      Le diplomate a d’abord rappelé que le Maroc ne cesse d’attirer l’attention, depuis plusieurs années, sur la croissance du terrorisme transfrontalier qui serait connecté aux mouvements séparatistes et au trafic de drogues et d’armes dans la région sahélo-saharienne. « Le Maroc avait tiré la sonnette d’alarme bien avant que le souci n’apparaisse vraiment. Mais personne n’a voulu nous croire. Beaucoup pensaient que nous utilisions cet argument pour stigmatiser le Polisario. On sait aujourd’hui ce qu’il en est », a ainsi déclaré le diplomate marocain.

      Il a également indiqué que le Maroc « a toujours échangé ses informations avec les pays de la région (l’Union européenne) ». Une coopération qui a, selon le diplomate « permis d’éviter des attentats sur le sol belge. Je ne peux pas être plus précis mais des interventions ont eu lieu en Belgique sur base de ces échanges ».

      Rappelons qu’en septembre dernier, des médias du plat pays avaient annoncé que les services de sécurité belges avaient fait échouer plusieurs attaques projetées par d’ex-combattants revenus de Syrie ou par des sympathisants de l’organisation terroriste État islamique.

      -------------------
      http://www.dhnet.be/actu/belgique/le-maroc-a-aide-la-belgique-a-dejouer-des-attentats-terroristes-sur-son-territoire-5463b2ea3570fe7cfbfca248

      Le Maroc a aidé la Belgique à déjouer des attentats terroristes sur son territoire

      HUBERT LECLERCQ
      Publié le mercredi 12 novembre 2014 à 20h20 - Mis à jour le jeudi 13 novembre 2014 à 06h25


      Menouar Alem est l’ambassadeur du royaume du Maroc auprès de l’Union européenne. Installé en Belgique depuis dix ans - "Un pays où je reviendrai quand j’aurai pris ma retraite car je m’y suis fait beaucoup d’amis et que je m’y sens bien" -, le diplomate pose un regard lucide sur la question du terrorisme estampillé musulman. Une question a priori régionale qui a pris des accents internationaux depuis plus de dix ans et le développement du mouvement al-Qaida.

      -------------------------
      http://www.lalibre.be/actu/belgique/des-attentats-djihadistes-dejoues-sur-le-territoire-belge-541d100e35708a6d4d57bad4

      Des attentats djihadistes déjoués sur le territoire belge

      BELGA
      Publié le samedi 20 septembre 2014 à 07h26 - Mis à jour le samedi 20 septembre 2014 à 11h21


      Le parquet fédéral a fait échouer au cours des derniers mois plusieurs attaques dans notre pays projetées par d'ex-combattants revenus de Syrie ou par des sympathisants de l'organisation terroriste Etat Islamique, révèlent samedi L'Echo et De Tijd en s'appuyant sur des sources judiciaires. Les services de sécurité et de justice ont délibérément caché ces informations afin de ne pas alarmer la population. Les suspects, qui ont été arrêtés, sont toujours incarcérés.

      "Il s'agit d'attaques comparables à celle de Mehdi Nemmouche au Musée Juif de Bruxelles", commentent différentes sources.

      Dans un cas, le parquet fédéral avait eu vent d'un projet concret d'attaque et était immédiatement intervenu. Dans un autre dossier, une intervention a également eu lieu, même si les enquêteurs ne connaissaient pas le projet précis des terroristes, écrivent les quotidiens économiques et financiers.

      Tant le parquet fédéral que l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace ont refusé de commenter ces informations.

      Selon les sources de l'Echo et du Tijd, nonante Belges qui ont combattu en Syrie sont revenus sur notre territoire, "dont 1 sur 9 a l'intention de commettre un attentat".

      Le parquet fédéral confirme l'enquête en cours

      Le parquet fédéral a confirmé samedi qu'une enquête sur les jeunes combattants revenus de Syrie a effectivement mené à plusieurs opérations et mandats d'arrêts, mais sans faire d'autres commentaires. "Nous ne donnerons aucune autre information. Nous nous occupons pleinement de la problématique des ex-combattants. Nous collaborons avec les services de sécurité et ça nous a conduit à effectuer plusieurs opérations et mandats d'arrêt", précise Jean-Pascal Thoreau, du parquet fédéral. Aucune information sur les personnes concernées ni sur le contexte du dossier ne sera divulguée.


      ____________________________
      6. PROPAGANDE DU MAKHZEN
      http://maghrebemergent.com/actualite/breves/fil-maghreb/45289-maroc-6e-edition-de-marrakech-security-forum-les-13-et-14-fevrier.html

      Maroc:6e édition de “Marrakech Security Forum” les 13 et 14 février

      MAP
      mardi 10 février 2015 14:49


      Plus de 300 hauts responsables civils, militaires, sécuritaires, experts et représentants d’organisations internationales sont attendus à la 6eme édition de “Marrakech Security Forum” (Africa Sec-2015) qui se déroulera les 13 et 14 février courant à Marrakech.
      La rencontre, placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI sous le thème “L’Afrique face aux menaces transnationales et asymétriques”, s’est érigée au fil des éditions comme l’espace unique de débats, d’analyse et d’échanges d’expériences sur la sécurité en Afrique, indique le Centre marocain des études stratégiques (CMES), organisateur de ce Forum en partenariat avec la Fédération africaine des études stratégiques.


      MAP


      ------------------
      http://lnt.ma/marrakech-security-forum-2015-les-strateges-securitaires-du-monde-en-conclave-marrakech/ "

      MARRAKECH SECURITY FORUM" 2015 : LES STRATÈGES SÉCURITAIRES DU MONDE EN CONCLAVE À MARRAKECH

      13/02/15 publié par LNT
      POLITIQUE


      La ville ocre abrite les 13 et 14 février la 5ème édition de « Marrakech Security Forum », sous le thème « l’Afrique face aux menaces transnatio<br/><br/>(Message over 64 KB, truncated)