Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

10998CR : une valse pour Manon à la paroi du Duc dans le Verdon

Agrandir la zone des messages
  • Nicolas Douillet
    9 juil.

      Étaient présents pour le GMA :


      François M

      Nicolas D


      Ça faisait déjà quelques temps que François voulait grimper cette voie -une valse pour Manon-, qui possède l’avantage d’être grimpable / à l’ombre en été dans le Verdon.


      Ce week-end est le bon pour nous. Le rendez-vous est donc pris à 7h30 aux Arcs sur Argens pour filer ensuite dans les gorges, ~1h plus loin.


      Arrivés sur la place vers 8h30, la vue sur la paroi du Duc depuis le parking est toujours aussi impressionnante ! Les premiers groupes de canyonneurs nous suivent, et leur défilé ne cessera de toute la journée ou presque ! Il fait beau, bien chaud, et l’eau bleue du magnifique Verdon est une véritable invitation.


      Mais ce sera pour une autre fois, car notre objectif est différent : plus haut, au sommet de la paroi. Côté ludique, nous profitons tout de même de la fameuse tyrolienne, beaucoup moins longue que je ne n’aurait cru.


      A 9h15, après une petite approche qui nous met en jambes, nous entrons dans le vif du sujet. Un petit 5c d’échauffement, rien d’insurmontable donc, comme prévu, car les difficultés vont crescendo dans cette voie.


      L2, un 6a+/b est déjà plus teigneuse mais nous l’enchaînons tous les deux bien, avec François, et ça déroule : nous tenons le bon rythme de 30mn par longueur.


      Lorsqu’on s’emploie un peu, il commence à faire quand même bien chaud, même protégé du soleil, et nous commençons aussi à souffrir des pieds : Bibi parce qu’il a envoyé ses chaussons de grandes voies au ressemelage sans se douter qu’il ferai de la grande voie ce week-end, et qu’il a prit une ancienne paire trop petite, et François parce que, bah, il a les même chaussons, petits aussi :P


      L5 (6b+) et L6 (6c / 6c+) constituent le gros morceau de la voie en difficultés techniques et physiques. Nous enchaînons bien L5, au départ bien physique. L6 est une autre histoire, et dans un tout autre style du reste de la voie : une bonne et belle dalle technique avec au moins deux crux, dont on se sort finalement plutôt bien tous les deux. :)


      12h15 : Après trois heures et six longueurs, voilà c’est déjà fini, mais c’est bien ainsi car le soleil pointe le bout de ses rayons et qu’il commence à faire très / trop chaud. La fatigue est bien là, et le manque de sommeil aussi, chronique pour François. Nous avons aussi tous les deux bien mal aux chaussons :P


      Quatre rappels plus bas, finalement... ce n’est pas fini : je retourne dans L1 où on a coincé le dernier rappel dans un jardin de buis. Plus trop d’assurance au-delà d’un certain point, mais ça va, ce n’est pas trop difficile, et les buis me protègent.


      Et voilà, cette fois c’est terminé : on reprend la tyrolienne dans l’autre sens, et on rentre au parking. Des dizaines de personnes se baignent encore dans le Verdon et lézardent au soleil sur ses rives.


      On a bien mérité une boisson fraîche à la buvette du point sublime. François me parle d’autres de ses projets de grandes voies dans les gorges. Il faudra revenir, encore :)



      Photos : on a pas fait de photo -même si le passage de la tyrolienne et la paroi du Duc l’auraient mérités !- mais des touristes italiens en ont fait de nous au parking :D C’est ça la vie de stars anonymes :P



      Dans le Verdon, pour le GMA 500,


      Nico