Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

253Poèmes, élections européennes , créations vidéos artistiques

Agrandir la zone des messages
  • pascalou_bilou
    18 mai 2014


      Bonjour !

      Vous trouverez  à la fin de ce message plusieurs poèmes, dont un partagé par une autre plume (merci !).

      Comme c'est bientôt les élections européennes, ci-après un petit rappel, ou plutôt un grand avec un dossier assez complet (beaucoup à lire, regarder, mais il y a des vidéos qui résument), pour ceux qui sont abonnés de longue date et qui auraient lu certains documents partagés, ou une découverte pour les nouveaux qui ne se seraient jamais vraiment informés sur le sujet de la démocratie :

      * Sur le blog, une histoire de démocratie : http://pascal.lamachere.free.fr/index.php?post/2014/04/07/Une-histoire-de-d%C3%A9mocratie

      * Une vidéo qui résume, pour l'élection européenne  : https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=MfluLKUUjhg
      (même si peu de chance d'avoir suffisamment d'impact et que ce n'est pas forcément suffisant en soi)
       
      * En ce qui concerne la démocratie en elle-même, il y a plusieurs conférences :
       
      - Démocratie fatiguée : Quelles solutions ? https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=8hrG-EcNdKM
       
      - Réponses à des questions :
      1 https://www.youtube.com/watch?v=WXT-sVZL0ME
       
      2 http://youtu.be/p93b-Wd2VcQ
       
      3 http://youtu.be/apzphM8ypRs
       
      - La véritable démocratie (Tirage au sort) : http://www.youtube.com/watch?v=WNWZaPk3m3I&list=PLiQ17UevM1IGso5EqgDOUSZ64WHnXNbl0&index=2
       
      - Le référendum d'initiative populaire (RIP) : http://www.youtube.com/watch?v=kqkhWIICr7Q&list=PLiQ17UevM1IGso5EqgDOUSZ64WHnXNbl0&index=3
       
      - Résumé sur le tirage au sort : http://www.youtube.com/watch?v=y6pIeJxHsXw
       
      * Vidéos résumées :
       
      - Quels sont les grands prin­ci­pes de la démo­cra­tie ? https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=hJ9jc2-PHRg
       
      - Faut-il un « chef » dans une démo­cra­tie ? https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-8adkgdYYL0
       
      - Qui peut écrire une constitution ? https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=L16AnwkkD6c
       
      * Docs à lire, consulter :
       
      - Constitution : http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/Constitution_Wiki_Etienne_Chouard
       
      - L’enjeu du salaire : http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/L%27enjeu_du_salaire
       
      - Le citoyen qui ne votait pas : http://www.yokho.eu/democratie
       
      - Blog : http://chouard.org/blog/


      Ensuite, je vous invite à découvrir les dernières créations vidéos de Personne : http://www.infoscenariodepersonne.com/

      Dernières newsletters :

      Ludwig, Internet, Un viol conjugal, Le manuel d’Emmanuel, Des cendres dans la rue !, Déclinaison, histoire de terrorisme à travers le film No Limit etc. http://www.infoscenariodepersonne.com/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=22
       
      *
      Qui décide, iStone, Les visages du monde, Chienne de vie !, Conversion et caetera : http://www.infoscenariodepersonne.com/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=21
       
      * Les Réacs, Anaphore, Aux armes petits citoyens !, J’ai jeté un sort sur vous ! : http://www.infoscenariodepersonne.com/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=20
       
      * C’était tout de suite ou jamais !, Le petit philosophe 3 : Le bon moment, Marine est maline : http://www.infoscenariodepersonne.com/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=19
       
      * Hé l’athée !, L’homme est un poisson pour l’homme, Étincelle : http://www.infoscenariodepersonne.com/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=18
       
      * Radio débile : une quenelle orale, Music-Kafon, J’ai tué Narcisse : http://www.infoscenariodepersonne.com/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=17
       
      * Le petit philosophe : la Minuscule, Le nébuleux destin d'un algérien, Chaplinesque ! : http://www.infoscenariodepersonne.com/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=16



      Pour les plumes, auteurs prêts à partager leurs écrits, n'hésitez pas à soumettre des textes à partager avec les lecteurs de cette newsletter : http://coeurromantique.free.fr/envoi.html

      Bien à vous,
      Pascal

      Blog : http://pascal.lamachere.free.fr    
      Pour me (re)joindre sur facebook : http://fr-fr.facebook.com/pascal.lamachere
      Pour suivre ce que je partage sur twitter (vous pouvez le faire sans vous y inscrire) : http://www.twitter.com/France_Toulouse

      *   *   *   *   *
        *   *   *   *


      La porte.
       
      La porte qui se ferme avec force et colère
      En un instant tout quitter, notre maison, notre terre.
       
      La porte qui se ferme est dure à notre cœur,
      Je n’ai pas compris, j’étais petit et j’avais peur.
       
      La porte qui se ferme sur un mélodrame
      A des claquements qui déchirent notre âme.
       
      La porte qui se ferme laisse le soleil dans l’ombre
      Et nous pleurons longtemps sur un avenir sombre.
       
      La porte qui se ferme c’est l’orage dans notre cœur
      Nous partons humiliés, furieux et remplis de rancœur.
       
      La porte qui s’ouvre sur nos angoisses et nos peurs
      Laisse entrevoir un rayon de soleil qui réchauffe nos cœurs.
       
      La porte qui s’ouvre avec chaleur sur notre colère
      Efface notre orgueil et regrettons toutes paroles amères.
       
      La porte qui s’ouvre doucement vers un avenir meilleur
      Fait fuir de mon âme les mille fantômes noirs agitateurs.
       
      La porte qui s’ouvre avec enchantement sur cette nouvelle terre
      Nous accueille humblement, humainement sans après guerre.
       
      La porte qui s’est ouverte brillamment sur moi-même
         Me laisse déjà prêt à en refaire tout un poème.
       
      Nicole Clément.

      *   *   *   *   *
        *   *   *   *

      Inspiré de Ludwig : https://www.youtube.com/watch?v=cUEth9OMkG4
      http://www.infoscenariodepersonne.com/ludwig/

      A l’origine, un silence, une note suspendue au-dessus du vide,
      Une eau calme caressée par le souffle de l’éternité,
      Puis vient la première impulsion,
      Celle qui donne naissance aux éphémérides,
      La baguette qui lâche la note dans l’instant né,
      La note qui décide de toute la partition
      En résonance sur l’océan de la vie
      D’où, de toute part, le tout jaillit
      En harmonie avec la main divine,
      La lumière qui orchestre, affine,
      Et les tourbillons naissent, meurent,
      Et les silences tombent, soulèvent l’heure,
      Et les papillons bruts, doux,
      Battent des ailes jusqu’à faire des nous,
      Le vide et le plein, sens dessus dessous,
      Prennent petit à petit une forme,
      Une symphonie libérée du tout,
      Un univers lancé, gravité d’une pomme,
      Jaillissement d’une lave
      Jusqu’aux confins d’une enclave,
      Une limite infinie, une falaise
      Où s’échoue, se rejoint, repart,
      Un éternel retour, des abîmes aux cieux, jusqu’au phare,
      Note et baguette suspendues, feu dans la braise.

      © Pascal Lamachère

      *   *   *   *   *
        *   *   *   *

      Inspiré de : http://www.infoscenariodepersonne.com/silence-on-meurt/

      Dans le silence des étoiles,
      Se savoure l’instant de la bascule ;
      Le silence dans les dédales,
      Se mesure la canicule

      Le vent fait, défait les paysages,
      Le temps assèche, soulève, arrose,
      Les saisons défilent avec les nuages,
      Poussent, fleurissent et meurent les roses

      Les caravanes arrivent, se garent, passent,
      Les plantes grandissent près des tuteurs,
      Suivent jusqu’à ce qu’ils s’effacent,
      La vie a sa terre et les vers leur heure

      Dans le silence des cendres,
      Une sagesse, harmoniques à prendre ;
      Le silence entre les notes
      Rythme la partition, conduit la péotte.

      © Pascal Lamachère

      *   *   *   *   *
        *   *   *   *

      Inspiré de : https://www.youtube.com/watch?v=1yifbkS8chs
      http://www.infoscenariodepersonne.com/anaphore/

      Dans l’eau de la vie, le pain trempé ne doit tout absorber.
      Les étoiles sont dans la vérité, les angles changent,
      Le penseur qui s’accroche à un rayon de lumière étrange
      Peut perdre de vue l’essentiel, le panorama de côté.

      Les étoiles sont dans la vérité ; le souffle des anges,
      Les entrailles des abîmes, les angles n’en voient la totalité.
      Celui qui pense tout saisir en l’instant pourrait s’aveugler
      Et perdre l’envie, s’enchaîner ou l’être au temps des vendanges
      Dans l’eau de la vie.

      La liberté se gagne sur la voie, entre abîme et océan étoilé.
      Dans l’eau de la sueur, le pain trempé peut tout absorber.
      L’horizon ouvert peut porter la chaleur vitale aux âmes refroidies.
      Le chercheur à l’écoute des tremblements de l’esprit
      Peut éviter les éternelles cendres et trouver sa soif rafraîchie
      Dans l’eau de la vie.

      © Pascal Lamachère


      *   *   *   *   *
        *   *   *   *

      Inspiré de : https://www.youtube.com/watch?v=dVjgQc8fBmo
      http://www.infoscenariodepersonne.com/he-lathee/

      L’aube se lève
      Sur la grève,
      La porte et les fenêtres s’ouvrent,
      Les rayons découvrent,
      Instant de vie,
      Souffle d’une grâce
      Tendue vers l’infini

      L’aube se lève,
      Les ténèbres chasse,
      Les cieux au rêve
      Qui se cultive dans la sève
      Impalpable mais de sens,
      La grâce au cœur qui s’élève,
      Clef d’une existence

      © Pascal Lamachère

      *   *   *   *   *
        *   *   *   *

      Inspiré de : http://www.infoscenariodepersonne.com/etincelle/

      A l’amour entre
      Cieux du cœur au mystère
      Fleuré par chaque un

      Liés au fini
      Aux facettes infinies,
      Vie étincelle

      Dans un amour pour
      Née flamme entre quatre yeux,
      S’incarne un souffle

      Berce âmes, touche
      L’univers dans un regard,
      Un chemin sans fin.

      © Pascal Lamachère

      *   *   *   *   *
        *   *   *   *

      Inspiré de : http://www.infoscenariodepersonne.com/chaplinesque/

      Dans chaque isoloir,
      Tombe murs, se dresse ponts,
      Flotte des bulles

      Quelques cours croisés,
      A perte des horizons
      Chacun à son flot

      Dans champs des rochers,
      Des bulles se rejoignent,
      Beaucoup s’éclatent

      Retournent chez soi,
      Sur barque, antichambre…
      Nouvelle recherche

      Flottes les bulles,
      Éternel commencement
      Sur cours possédés

      © Pascal Lamachère

      *   *   *   *   *
        *   *   *   *

      Inspiré de :

      https://www.youtube.com/watch?v=cQDj5ux5h9k

      http://www.infoscenariodepersonne.com/reflexe-delectre/


      Dans une prairie, sur la pente d’une montagne, devant l’abîme, une lumière rencontre une ombre.

      L’ombre : « Que fais-tu à rester planter-là ? Ta pesanteur veut-elle le centre de la terre ? »

      La lumière : « Ce n’est par choix, mais par être ! »

      L’ombre : « Ah, le paraître ! Dans cette exploration, cherches-tu à ensevelir l’étincelle, l’essence, ou peut-être les deux, père et mère dans un même linceul ? »

      La lumière : « Je cherche… ce que je trouverai ! Qui sait ?! »

      L’ombre : « Tu me trouveras toujours avec toi ! »

      La lumière : « Qu’en sais-tu ? Plus je creuse, plus je vois les nuances des recoins ! »

      L’ombre : « Plus tu creuses par ici, moins je vois le ciel, et plus tu t’en détournes ! »

      La lumière : « Toi ! Mais si tu vaux mieux que l’obscurité totale, le ciel peut se passer de moi un instant afin que je puisse saisir la nature de toutes choses ! »

      L’ombre : « Tu cherches la nature, mais tu creuses ?! »

      La lumière : « Pourquoi pas ?! »

      L’ombre : « Pourquoi pas ! Mais ne déformes-tu pas ainsi ce qui est ?! La nuit existe sans le jour ! Si la fleur de feu se pointe la nuit pour voir comment elle est le jour, le nuit reste-t-elle nuit ? Qu’est-ce qui est naturellement ? Si c’est ton être et celui des autres qui te préoccupe, le trouveras-tu dans tout ce qui diminue, ou dans tout qui grandit ? Dans les murs qu’on a dressés et qui pourrait disparaître, dans les fosses creusées et qui pourraient devenir des monts ?

      La lumière : « En creusant, je te vois mieux ! Je vois ce qui n’était pas à ma portée, je puis apprécier un peu plus la globalité ! Faire abstraction de mon reflet et effleurer les recoins de l’infini des abîmes ! »

      L’ombre : « Tu risques de te perdre dans cette exploration ! Le ciel est si beau ! C’est là où pousse la vie ! C’est là d’où vient son essence et la tienne ! »

      La lumière : « Une partie de la tienne ! Et la totalité de la mienne… Mais il n’y a pas que ça ! »

      L’ombre : « Et ? »

      La lumière : « J’existe aussi pour saisir les têtes des chaumières et les tiroirs fermés ! Ne fut-ce qu’un fin filet ! Et quand le coffre s’ouvre, il dévoile son trésor ! »

      L’ombre : « Un graal des profondeurs ? »

      La lumière : « Qui sait ? »

      L’ombre : « Et si l’autre partie de moi avait raison de toi ? Qu’un éboulement t’ensvelissait dans le néant ? »

      La lumière : « Je reculerai aussitôt ! Et je puis passer une éternité dans l’obscurité, je ne m’éteindrai pas pour autant ! »

      L’ombre : « En attendant, tu peux te faire pervertir ! »

      La lumière : « Ce n’est pas parce qu’on trempe les mains dans la matière qu’elles ne peuvent s’en défaire ! Et puis on verra ! »

      L’ombre : « Et si ta nature était plutôt de nourrir les fleurs, les sens de l’essence, et non de te préoccuper des profondeurs, tentant de chercher par delà de ce qui en est vide et restera stérile ? »

      La lumière ! « On verra ! »

      L’ombre : « Peut-être pas ! Qui sait ? »

      La lumière : « Ah ! Je vois… »

      L’ombre : « Je ne vois rien ?!! »

      La lumière : « Justement ! »

      Ombre et lumière dansèrent près d’une graine tapie dans l’obscurité, puis la lumière partit creuser le ciel, l’ombre accrochée au fil tissé sous terre, né de la danse, laissant la graine à son aire.

      © Pascal Lamachère

      *   *   *   *   *
        *   *   *   *

      Inspiré de :

      http://www.infoscenariodepersonne.com/schweppes-tyran/


      Je regarde les coups au cœur,
      Du tyran en moi, en chacun,
      La poussière de sel en fleur,
      Les branches agitées au loin

      Les nuages arrivent, passent,
      Les éclaircies s’enlacent,
      Les butineurs se posent
      Et repartent pour danse avec rose

      Je regarde les bleus délavés,
      Les chasseurs d’oiseaux
      Et les faiseurs d’oripeaux,
      Au-dessus, nuit drapée

      Les jours et les nuits filent,
      Petits enfants rient, grands tissent
      Un lien entre les îles,
      Dehors des saisons, temps plisse

      Je regarde les maux échangés,
      Les paroles d’airain, le verbe buer
      Les fenêtres jusqu’aux recoins,
      Le souffle s’appaiser en chaque un

      Le cours s’arrête et se poursuit,
      La poussière devenue retombée,
      Le vent contraire presque sans effet,
      Une bougie au-dessus des tyrannies.

      © Pascal Lamachère

      *   *   *   *   *
        *   *   *   *

      Inspiré de :

      Conversion