Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

1743Déclaration de soutien à 1.doc

Agrandir la zone des messages
  • Ong
    15 déc. 2007
      Déclaration de soutien à M
       

      Déclaration de soutien à M. Yash Ghai 

         

      Le Premier ministre cambodgien, Hun Sen, conseille M. Yash Ghai, Représentant du Secrétaire général des Nations-Unies de s’occuper de son pays d’origine, le Kenya, au lieu de se mêler de ce qui ne le regarde pas au Cambodge, après l’avoir accusé de semer des troubles.

       

      « Votre capitale, Nairobi, est une ville de bandits ! » affirma-t-il, avant de demander à Mwai Kibaki, président du Kenya, de lui présenter ses excuses.

       

      Je suis profondément choqué par cette violente attaque contre un homme qui ne fait que dire la vérité sur la corruption, le problème des paysans sans terre et l’absence de droit dont souffre le Cambodge aujourd’hui.

       

      Au lieu de prendre ce rapport pour travailler sérieusement contre ces fleaux, pour le bien-être du peuple, force est de constater que le Premier ministre cambodgien, une fois de plus,  ne trouve rien de mieux que de proférer des attaques personnelles contre le Représentant des Nations-Unies en référence à son origine africaine.

       

      Je condamne fermement ce propos inadmissible, contraire aux principes des Nations-Unies sur les droits de l’homme.

       

      Les victimes des droits fondamenaux, les défenseurs des droits de l’homme qui travaillent dans les conditions précaires au Cambodge seraient encore plus isolées et vulnérables si ils ne pouvaient pas compter sur le soutien des partenaires courageux et indispensables tels que M. Yash Ghai. J’appelle donc l’Union européenne de continuer à le soutenir fermement.

       

       

      Il est plus que temps au gouvernement cambodgien de cesser de se comporter comme si son rôle était d’exiger au monde de se corriger pour comprendre  son Cambodge au lieu de réformer son Cambodge pour comprendre le monde.

       

      Bruxelles, le 12 décembre 2007

       

      Ong Thong Hoeung

      Auteur