Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

Blague juive

Agrandir la zone des messages
  • Victor Matkovic-Ramirez
    Le commandant de bord d un avion Syrien lance un SOS : - Ici le vol 174 des Syrian Airlines. Nous venons de perdre un moteur. Nous souhaitons être autorisés
    Message 1 de 8 , 9 janv. 07:28

      Le commandant de bord d'un avion Syrien lance un SOS :
      - Ici le vol 174 des Syrian Airlines. Nous venons de perdre un moteur. Nous souhaitons être autorisés à nous poser dans n'importe quel aéroport du moyen-orient sauf en Israël.
      Pas de réponse.
      Un peu plus tard, il annonce :
      - Ici le vol 174 des Syrian Airlines. Nous avons perdu deux moteurs et nous souhaitons être autorisés à nous poser dans n'importe quel aéroport du Moyen-orient, sauf en Israël.
      Toujours aucune réponse.
      Encore un peu plus tard, le pilote annonce :
      - Ici le vol 174 des Syrian Airlines. Nous avons rééllement besoin d'aide. Nous avons perdu trois moteurs et nous souhaitons être autorisés à nous poser dans n'importe quel aéroport du Moyen-orient, sauf en Israël.
      Personne ne répond, là encore.
      Finalement, le commandant lance un dernier appel :
      - À l'aide, à l'aide, ici le vol 174 des Syrian Airlines. Il ne nous reste plus qu'un seul moteur et il commence à avoir des défaillances. Si nous ne trouvons pas tout de suite un aéroport, nous allons nous écraser. Nous demandons instamment être autorisés à nous poser dans n'importe quel aéroport du Moyen-orient, même en Israël.
      Tout de suite après ce message, une voix retentit dans le cockpit :
      - Ici l'aéroport de Tel Aviv pour le vol 174 des Syrian Airlines, nous sommes prêts à vous aider.
      Le commandant de bord répond dans un soupir : 
      - D.ieu vous bénisse. Que devons nous faire ?
      Et le contrôleur de l'aéroport de Tel Aviv répond :
      - Répétez après moi "Yitgadal, vé'yitkadash ..." 
       

      .



    • Pierre LENGYEL
      truculent! shalom J aime la Vie !             ... Le commandant de bord d un avion Syrien lance un SOS : - Ici le vol 174 des Syrian Airlines. Nous
      Message 2 de 8 , 9 janv. 07:36

        truculent!

        shalom

        J'aime la Vie !

         

         

         

         

         

         

        > Message du 09/01/18 16:28
        > De : "Victor Matkovic-Ramirez vrmr356@... [argolablanche]" <argolablanche@...>
        > A : "argolablanche@..." <argolablanche@...>
        > Copie à :
        > Objet : [argolablanche] Blague juive
        >
        >  

        >


        >
        Le commandant de bord d'un avion Syrien lance un SOS :
        - Ici le vol 174 des Syrian Airlines. Nous venons de perdre un moteur. Nous souhaitons être autorisés à nous poser dans n'importe quel aéroport du moyen-orient sauf en Israël.
        Pas de réponse.
        Un peu plus tard, il annonce :
        - Ici le vol 174 des Syrian Airlines. Nous avons perdu deux moteurs et nous souhaitons être autorisés à nous poser dans n'importe quel aéroport du Moyen-orient, sauf en Israël.
        Toujours aucune réponse.
        Encore un peu plus tard, le pilote annonce :
        - Ici le vol 174 des Syrian Airlines. Nous avons rééllement besoin d'aide. Nous avons perdu trois moteurs et nous souhaitons être autorisés à nous poser dans n'importe quel aéroport du Moyen-orient, sauf en Israël.
        Personne ne répond, là encore.
        Finalement, le commandant lance un dernier appel :
        - À l'aide, à l'aide, ici le vol 174 des Syrian Airlines. Il ne nous reste plus qu'un seul moteur et il commence à avoir des défaillances. Si nous ne trouvons pas tout de suite un aéroport, nous allons nous écraser. Nous demandons instamment être autorisés à nous poser dans n'importe quel aéroport du Moyen-orient, même en Israël.
        Tout de suite après ce message, une voix retentit dans le cockpit :
        - Ici l'aéroport de Tel Aviv pour le vol 174 des Syrian Airlines, nous sommes prêts à vous aider.
        Le commandant de bord répond dans un soupir : 
        - D.ieu vous bénisse. Que devons nous faire ?
        Et le contrôleur de l'aéroport de Tel Aviv répond :
        - Répétez après moi "Yitgadal, vé'yitkadash ..." 
         
         

        >
         
        .

        >
         

        >
        >
      • cyvard mariette
        là, Pierre tu es dur!! le début de la prière des morts... c est génial pour qui connait amitiés fraternelles Le 09/01/2018 à 16:36, Pierre LENGYEL
        Message 3 de 8 , 9 janv. 08:28
          là, Pierre tu es dur!!
          le début de la prière des morts...

          c'est génial pour qui connait

          amitiés fraternelles




          Le 09/01/2018 à 16:36, Pierre LENGYEL lengyel.pierre@...
          [argolablanche] a écrit :
          > "Yitgadal, vé'yitkadash

          ---
          L'absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast.
          https://www.avast.com/antivirus
        • Victor Matkovic-Ramirez
          Effectivement, c’est le commencement du Kaddish. Le kaddich (transcription française commune)ou qaddich ou kaddish (hébreu : קדיש qaddich, «
          Message 4 de 8 , 9 janv. 08:49
            Effectivement, c’est le commencement du Kaddish.

            Le kaddich (transcription française commune)ou qaddich ou kaddish (hébreu : קדיש qaddich, « sanctification ») est l'une des pièces centrales de la liturgie juive.

            Il a pour thème la glorification et sanctification du Nom divin, en référence à l'une des visions eschatologiques d'Ézéchiel.
            Plusieurs versions en existent dans la liturgie, la plus connue étant celle des endeuillés, bien que le Kaddish ne comporte aucune allusion aux morts ni à leur résurrection.

            Elle a influencé plusieurs prières chrétiennes, dont le Notre Père.

            Mais, comme l’ecrit Richard Neher c’est n’est pas une prière seulement pour les défunts...
            (Voici, le texte présenté au lernen -veillée d'étude- dans les maisons de deuil de la communauté juive de Strasbourg.)

            Le Kaddish dit silencieusement … et à voix haute … qu’est-ce au juste ? On croit communément que c’est une prière pour le repos de l’âme. C’est une croyance absolument fausse.
            En réalité, le Kaddish  est un élément inhérent à la prière communautaire, aussi bien dans la semaine que le Shabath et les jours de fête. Il y en a trois sortes : le ‘hatzi, appelé ainsi à tort, parce qu’en réalité c’est lui le véritable fond, c’est-à-dire la glorification du Nom, dit à haute voix par le ‘hazan, auquel les fidèles répondent par "Amen ". 
            A un certain moment, s’y ajoutent le " Tiskabal" (qui a le caractère d’une supplication ) et le " Yehè shlomo rabbo" (qui comme le "Ossè schalom " ) est une prière pour la paix. 
            Après un lernen (étude), on intercale un passage en faveur des maîtres de la Torah. 
            Tous les passages de ces trois Kaddish sont en araméen et non pas en ivrith (hébreu) comme la langue de la Torah, à l’exception du "ossé shalom" qui est en ivrith. 
            Pourquoi cette particularité linguistique ? Parce qu’à l’époque de l’institution des prières quotidiennes, la langue populaire courante était l’araméen qui est aussi la langue de la Guemarah. 
            Beaucoup de juifs, à cette époque, ne comprenaient plus la prière en ivrith. C’est pourquoi nos sages ont voulu qu’ils comprennent au moins le Kaddish et s’y associent.
            Si je vous traduisais le Kaddish, vous verriez qu’il ne contient absolument aucune allusion au deuil, à la mort,à la vie future : c’est, je vous l’ai dit, une sanctification publique du Nom de D. 
            Alors, pourquoi a-t-on voulu que le Kadish soit dit par les personnes en deuil ? Pour la seule raison que venant de leur part, malgré leur deuil, cette sanctification est particulièrement précieuse, parce qu’elle atteste que le deuil n’a diminué en rien leur foi en D. 
            On fait exception pour eux du " Tiskabal" qui est une supplication pour ne pas aviver leur douleur et garder pure leur fermeté dans le Judaïsme et sa Foi.

            Ainsi, vous le voyez bien, le Kaddish  n’est pas une prière pour le défunt. Mais, tel qu’il est dit, avec ferveur, dans l’office privé ou public, il prouve que les personnes en deuil ont compris le véritable sens du legs que leur a laissé le défunt : la Sanctification.



            From: argolablanche@... <argolablanche@...> on behalf of cyvard mariette mcyvard@... [argolablanche] <argolablanche@...>
            Sent: Tuesday, January 9, 2018 5:28:07 PM
            To: argolablanche@...
            Subject: Re: [argolablanche] Blague juive
             
             

            là, Pierre tu es dur!!
            le début de la prière des morts...

            c'est génial pour qui connait

            amitiés fraternelles

            Le 09/01/2018 à 16:36, Pierre LENGYEL lengyel.pierre@...
            [argolablanche] a écrit :

            > "Yitgadal, vé'yitkadash

            ---
            L'absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast.
            https://www.avast.com/antivirus

          • Pierre LENGYEL
            non mais il faut rire de tout et ne pas se prendre au sérieux, regarde les Hassidim, ils sont toujours en train de sourire J aime la Vie !            
            Message 5 de 8 , 9 janv. 22:30

              non mais il faut rire de tout et ne pas se prendre au sérieux, regarde les Hassidim, ils sont toujours en train de sourire

              J'aime la Vie !

               

               

               

               

               

               

              > Message du 09/01/18 17:28
              > De : "cyvard mariette mcyvard@... [argolablanche]" <argolablanche@...>
              > A : argolablanche@...
              > Copie à :
              > Objet : Re: [argolablanche] Blague juive
              >
              >  

              > là, Pierre tu es dur!!
              > le début de la prière des morts...
              >
              > c'est génial pour qui connait
              >
              > amitiés fraternelles
              >
              > Le 09/01/2018 à 16:36, Pierre LENGYEL lengyel.pierre@...
              > [argolablanche] a écrit :
              > > "Yitgadal, vé'yitkadash
              >
              > ---
              > L'absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast.
              > https://www.avast.com/antivirus
              >
              >

            • Pierre LENGYEL
              au travail, j avais un collègue Juif? ET SOUVENT ENSEMBLE NOUS DEVISIONS SUR LES RELIGIONS? IL mE DISAIT CECI/ VOUS LES chrétiens vous allez à l Eglise
              Message 6 de 8 , 9 janv. 23:02

                au travail, j'avais un collègue Juif? ET SOUVENT ENSEMBLE NOUS DEVISIONS SUR LES RELIGIONS? IL mE DISAIT CECI/ VOUS LES chrétiens vous allez à l'Eglise pendant la Messe et à la sortie de l'office vous êtes toujours triste, alors que vous avez le Messie, tandis que nous , Juifs, le vendredi pour aller à la Synagogue, pendant l'office et à la fin de l'office, nous sommes joyeux et nous attendons notre Messie...

                J'aime la Vie !

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                > Message du 09/01/18 17:57
                > De : "Victor Matkovic-Ramirez vrmr356@... [argolablanche]" <argolablanche@...>
                > A : "argolablanche@..." <argolablanche@...>
                > Copie à :
                > Objet : Re: [argolablanche] Blague juive
                >
                >  

                >

                Effectivement, c’est le commencement du Kaddish.

                >
                Le kaddich (transcription française commune)ou qaddich ou kaddish (hébreu : קדיש qaddich, « sanctification ») est l'une des pièces centrales de la liturgie juive.

                >
                Il a pour thème la glorification et sanctification du Nom divin, en référence à l'une des visions eschatologiques d'Ézéchiel.
                Plusieurs versions en existent dans la liturgie, la plus connue étant celle des endeuillés, bien que le Kaddish ne comporte aucune allusion aux morts ni à leur résurrection.

                >
                Elle a influencé plusieurs prières chrétiennes, dont le Notre Père.

                >
                Mais, comme l’ecrit Richard Neher c’est n’est pas une prière seulement pour les défunts...
                (Voici, le texte présenté au lernen -veillée d'étude- dans les maisons de deuil de la communauté juive de Strasbourg.)

                >
                Le Kaddish dit silencieusement … et à voix haute … qu’est-ce au juste ? On croit communément que c’est une prière pour le repos de l’âme. C’est une croyance absolument fausse.
                En réalité, le Kaddish  est un élément inhérent à la prière communautaire, aussi bien dans la semaine que le Shabath et les jours de fête. Il y en a trois sortes : le ‘hatzi, appelé ainsi à tort, parce qu’en réalité c’est lui le véritable fond, c’est-à-dire la glorification du Nom, dit à haute voix par le ‘hazan, auquel les fidèles répondent par "Amen ". 
                A un certain moment, s’y ajoutent le " Tiskabal" (qui a le caractère d’une supplication ) et le " Yehè shlomo rabbo" (qui comme le "Ossè schalom " ) est une prière pour la paix. 
                Après un lernen (étude), on intercale un passage en faveur des maîtres de la Torah. 
                Tous les passages de ces trois Kaddish sont en araméen et non pas en ivrith (hébreu) comme la langue de la Torah, à l’exception du "ossé shalom" qui est en ivrith. 
                Pourquoi cette particularité linguistique ? Parce qu’à l’époque de l’institution des prières quotidiennes, la langue populaire courante était l’araméen qui est aussi la langue de la Guemarah. 
                Beaucoup de juifs, à cette époque, ne comprenaient plus la prière en ivrith. C’est pourquoi nos sages ont voulu qu’ils comprennent au moins le Kaddish et s’y associent.
                Si je vous traduisais le Kaddish, vous verriez qu’il ne contient absolument aucune allusion au deuil, à la mort,à la vie future : c’est, je vous l’ai dit, une sanctification publique du Nom de D. 
                Alors, pourquoi a-t-on voulu que le Kadish soit dit par les personnes en deuil ? Pour la seule raison que venant de leur part, malgré leur deuil, cette sanctification est particulièrement précieuse, parce qu’elle atteste que le deuil n’a diminué en rien leur foi en D. 
                On fait exception pour eux du " Tiskabal" qui est une supplication pour ne pas aviver leur douleur et garder pure leur fermeté dans le Judaïsme et sa Foi.

                >
                Ainsi, vous le voyez bien, le Kaddish  n’est pas une prière pour le défunt. Mais, tel qu’il est dit, avec ferveur, dans l’office privé ou public, il prouve que les personnes en deuil ont compris le véritable sens du legs que leur a laissé le défunt : la Sanctification.

                >

                >

                From: argolablanche@... <argolablanche@...> on behalf of cyvard mariette mcyvard@... [argolablanche] <argolablanche@...>
                > Sent: Tuesday, January 9, 2018 5:28:07 PM
                > To: argolablanche@...
                > Subject: Re: [argolablanche] Blague juive
                 
                 

                > là, Pierre tu es dur!!
                > le début de la prière des morts...
                >
                > c'est génial pour qui connait
                >
                > amitiés fraternelles
                >
                > Le 09/01/2018 à 16:36, Pierre LENGYEL lengyel.pierre@...
                > [argolablanche] a écrit :
                > > "Yitgadal, vé'yitkadash
                >
                > ---
                > L'absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast.
                > https://www.avast.com/antivirus
                >
                >

                 
              • Victor Matkovic-Ramirez
                C’est peut être vrai pour certains. Il y a autant de diversité dans l’attitude et compréhension entre les gens qui pratiquent une religion comme chez
                Message 7 de 8 , 10 janv. 04:37
                  C’est peut être vrai pour certains. Il y a autant de diversité dans l’attitude et compréhension entre les gens qui pratiquent une religion comme chez les agnostiques...
                  J’ai connu des chretiens heureux après l’eglise, des protestants tristes après le Temple, comme des juifs tristes après la synagogue...


                  From: argolablanche@... <argolablanche@...> on behalf of Pierre LENGYEL lengyel.pierre@... [argolablanche] <argolablanche@...>
                  Sent: Wednesday, January 10, 2018 8:02:06 AM
                  To: argolablanche@...
                  Subject: Re: [argolablanche] Blague juive
                   
                   

                  au travail, j'avais un collègue Juif? ET SOUVENT ENSEMBLE NOUS DEVISIONS SUR LES RELIGIONS? IL mE DISAIT CECI/ VOUS LES chrétiens vous allez à l'Eglise pendant la Messe et à la sortie de l'office vous êtes toujours triste, alors que vous avez le Messie, tandis que nous , Juifs, le vendredi pour aller à la Synagogue, pendant l'office et à la fin de l'office, nous sommes joyeux et nous attendons notre Messie...

                  J'aime la Vie !

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                  > Message du 09/01/18 17:57
                  > De : "Victor Matkovic-Ramirez vrmr356@... [argolablanche]" <argolablanche@...>
                  > A : "argolablanche@..." <argolablanche@...>
                  > Copie à :
                  > Objet : Re: [argolablanche] Blague juive
                  >
                  >  

                  >

                  Effectivement, c’est le commencement du Kaddish.

                  >
                  Le kaddich (transcription française commune)ou qaddich ou kaddish (hébreu : קדיש qaddich, « sanctification ») est l'une des pièces centrales de la liturgie juive.

                  >
                  Il a pour thème la glorification et sanctification du Nom divin, en référence à l'une des visions eschatologiques d'Ézéchiel.
                  Plusieurs versions en existent dans la liturgie, la plus connue étant celle des endeuillés, bien que le Kaddish ne comporte aucune allusion aux morts ni à leur résurrection.

                  >
                  Elle a influencé plusieurs prières chrétiennes, dont le Notre Père.

                  >
                  Mais, comme l’ecrit Richard Neher c’est n’est pas une prière seulement pour les défunts...
                  (Voici, le texte présenté au lernen -veillée d'étude- dans les maisons de deuil de la communauté juive de Strasbourg.)

                  >
                  Le Kaddish dit silencieusement … et à voix haute … qu’est-ce au juste ? On croit communément que c’est une prière pour le repos de l’âme. C’est une croyance absolument fausse.
                  En réalité, le Kaddish  est un élément inhérent à la prière communautaire, aussi bien dans la semaine que le Shabath et les jours de fête. Il y en a trois sortes : le ‘hatzi, appelé ainsi à tort, parce qu’en réalité c’est lui le véritable fond, c’est-à-dire la glorification du Nom, dit à haute voix par le ‘hazan, auquel les fidèles répondent par "Amen ". 
                  A un certain moment, s’y ajoutent le " Tiskabal" (qui a le caractère d’une supplication ) et le " Yehè shlomo rabbo" (qui comme le "Ossè schalom " ) est une prière pour la paix. 
                  Après un lernen (étude), on intercale un passage en faveur des maîtres de la Torah. 
                  Tous les passages de ces trois Kaddish sont en araméen et non pas en ivrith (hébreu) comme la langue de la Torah, à l’exception du "ossé shalom" qui est en ivrith. 
                  Pourquoi cette particularité linguistique ? Parce qu’à l’époque de l’institution des prières quotidiennes, la langue populaire courante était l’araméen qui est aussi la langue de la Guemarah. 
                  Beaucoup de juifs, à cette époque, ne comprenaient plus la prière en ivrith. C’est pourquoi nos sages ont voulu qu’ils comprennent au moins le Kaddish et s’y associent.
                  Si je vous traduisais le Kaddish, vous verriez qu’il ne contient absolument aucune allusion au deuil, à la mort,à la vie future : c’est, je vous l’ai dit, une sanctification publique du Nom de D. 
                  Alors, pourquoi a-t-on voulu que le Kadish soit dit par les personnes en deuil ? Pour la seule raison que venant de leur part, malgré leur deuil, cette sanctification est particulièrement précieuse, parce qu’elle atteste que le deuil n’a diminué en rien leur foi en D. 
                  On fait exception pour eux du " Tiskabal" qui est une supplication pour ne pas aviver leur douleur et garder pure leur fermeté dans le Judaïsme et sa Foi.

                  >
                  Ainsi, vous le voyez bien, le Kaddish  n’est pas une prière pour le défunt. Mais, tel qu’il est dit, avec ferveur, dans l’office privé ou public, il prouve que les personnes en deuil ont compris le véritable sens du legs que leur a laissé le défunt : la Sanctification.

                  >

                  >

                  From: argolablanche@... <argolablanche@...> on behalf of cyvard mariette mcyvard@... [argolablanche] <argolablanche@yahoogroupes..fr>
                  > Sent: Tuesday, January 9, 2018 5:28:07 PM
                  > To: argolablanche@...
                  > Subject: Re: [argolablanche] Blague juive
                   
                   

                  > là, Pierre tu es dur!!
                  > le début de la prière des morts...
                  >
                  > c'est génial pour qui connait
                  >
                  > amitiés fraternelles
                  >
                  > Le 09/01/2018 à 16:36, Pierre LENGYEL lengyel.pierre@...
                  > [argolablanche] a écrit :
                  > > "Yitgadal, vé'yitkadash
                  >
                  > ---
                  > L'absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast.
                  > https://www.avast.com/antivirus
                  >
                  >

                   

                • Pierre LENGYEL
                  c est certain mais mon exemple ne concernait qu une personne , sans plus et tout dépens du dégré de rleliogité des individus J aime la Vie !          
                  Message 8 de 8 , 10 janv. 06:38

                    c'est certain mais mon exemple ne concernait qu'une personne , sans plus et tout dépens du dégré de rleliogité des individus

                    J'aime la Vie !

                     

                     

                     

                     

                     

                     

                    > Message du 10/01/18 13:37
                    > De : "Victor Matkovic-Ramirez vrmr356@... [argolablanche]" <argolablanche@...>
                    > A : "argolablanche@..." <argolablanche@...>
                    > Copie à :
                    > Objet : Re: [argolablanche] Blague juive
                    >
                    >  

                    >

                    C’est peut être vrai pour certains. Il y a autant de diversité dans l’attitude et compréhension entre les gens qui pratiquent une religion comme chez les agnostiques...
                    J’ai connu des chretiens heureux après l’eglise, des protestants tristes après le Temple, comme des juifs tristes après la synagogue...

                    >

                    From: argolablanche@... <argolablanche@...> on behalf of Pierre LENGYEL lengyel.pierre@... [argolablanche] <argolablanche@...>
                    > Sent: Wednesday, January 10, 2018 8:02:06 AM
                    > To: argolablanche@...
                    > Subject: Re: [argolablanche] Blague juive
                     
                     

                    >

                    > au travail, j'avais un collègue Juif? ET SOUVENT ENSEMBLE NOUS DEVISIONS SUR LES RELIGIONS? IL mE DISAIT CECI/ VOUS LES chrétiens vous allez à l'Eglise pendant la Messe et à la sortie de l'office vous êtes toujours triste, alors que vous avez le Messie, tandis que nous , Juifs, le vendredi pour aller à la Synagogue, pendant l'office et à la fin de l'office, nous sommes joyeux et nous attendons notre Messie...
                    >
                    >

                    > J'aime la Vie !

                    >  

                    >  

                    >  

                    >  

                    >  

                    >  

                    > Message du 09/01/18 17:57
                    > > De : "Victor Matkovic-Ramirez vrmr356@... [argolablanche]" <argolablanche@...>
                    > > A : "argolablanche@..." <argolablanche@...>
                    > > Copie à :
                    > > Objet : Re: [argolablanche] Blague juive
                    > >
                    > >  

                    > >

                    Effectivement, c’est le commencement du Kaddish.

                    > >
                    Le kaddich (transcription française commune)ou qaddich ou kaddish (hébreu : קדיש qaddich, « sanctification ») est l'une des pièces centrales de la liturgie juive.

                    > >
                    Il a pour thème la glorification et sanctification du Nom divin, en référence à l'une des visions eschatologiques d'Ézéchiel.
                    Plusieurs versions en existent dans la liturgie, la plus connue étant celle des endeuillés, bien que le Kaddish ne comporte aucune allusion aux morts ni à leur résurrection.

                    > >
                    Elle a influencé plusieurs prières chrétiennes, dont le Notre Père.

                    > >
                    Mais, comme l’ecrit Richard Neher c’est n’est pas une prière seulement pour les défunts...
                    (Voici, le texte présenté au lernen -veillée d'étude- dans les maisons de deuil de la communauté juive de Strasbourg.)

                    > >
                    Le Kaddish dit silencieusement … et à voix haute … qu’est-ce au juste ? On croit communément que c’est une prière pour le repos de l’âme. C’est une croyance absolument fausse.
                    En réalité, le Kaddish  est un élément inhérent à la prière communautaire, aussi bien dans la semaine que le Shabath et les jours de fête. Il y en a trois sortes : le ‘hatzi, appelé ainsi à tort, parce qu’en réalité c’est lui le véritable fond, c’est-à-dire la glorification du Nom, dit à haute voix par le ‘hazan, auquel les fidèles répondent par "Amen ". 
                    A un certain moment, s’y ajoutent le " Tiskabal" (qui a le caractère d’une supplication ) et le " Yehè shlomo rabbo" (qui comme le "Ossè schalom " ) est une prière pour la paix. 
                    Après un lernen (étude), on intercale un passage en faveur des maîtres de la Torah. 
                    Tous les passages de ces trois Kaddish sont en araméen et non pas en ivrith (hébreu) comme la langue de la Torah, à l’exception du "ossé shalom" qui est en ivrith. 
                    Pourquoi cette particularité linguistique ? Parce qu’à l’époque de l’institution des prières quotidiennes, la langue populaire courante était l’araméen qui est aussi la langue de la Guemarah. 
                    Beaucoup de juifs, à cette époque, ne comprenaient plus la prière en ivrith. C’est pourquoi nos sages ont voulu qu’ils comprennent au moins le Kaddish et s’y associent.
                    Si je vous traduisais le Kaddish, vous verriez qu’il ne contient absolument aucune allusion au deuil, à la mort,à la vie future : c’est, je vous l’ai dit, une sanctification publique du Nom de D. 
                    Alors, pourquoi a-t-on voulu que le Kadish soit dit par les personnes en deuil ? Pour la seule raison que venant de leur part, malgré leur deuil, cette sanctification est particulièrement précieuse, parce qu’elle atteste que le deuil n’a diminué en rien leur foi en D. 
                    On fait exception pour eux du " Tiskabal" qui est une supplication pour ne pas aviver leur douleur et garder pure leur fermeté dans le Judaïsme et sa Foi.

                    > >
                    Ainsi, vous le voyez bien, le Kaddish  n’est pas une prière pour le défunt. Mais, tel qu’il est dit, avec ferveur, dans l’office privé ou public, il prouve que les personnes en deuil ont compris le véritable sens du legs que leur a laissé le défunt : la Sanctification.

                    > >

                    > >

                    From: argolablanche@... <argolablanche@...> on behalf of cyvard mariette mcyvard@... [argolablanche] <argolablanche@yahoogroupes..fr>
                    > > Sent: Tuesday, January 9, 2018 5:28:07 PM
                    > > To: argolablanche@...
                    > > Subject: Re: [argolablanche] Blague juive
                     
                     

                    > > là, Pierre tu es dur!!
                    > > le début de la prière des morts...
                    > >
                    > > c'est génial pour qui connait
                    > >
                    > > amitiés fraternelles
                    > >
                    > > Le 09/01/2018 à 16:36, Pierre LENGYEL lengyel.pierre@...
                    > > [argolablanche] a écrit :
                    > > > "Yitgadal, vé'yitkadash
                    > >
                    > > ---
                    > > L'absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast.
                    > > https://www.avast.com/antivirus
                    > >
                    > >

                     

                    >

                     
                  Votre message a été soumis avec succès et sera remis aux destinataires brièvement.