Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

Puzzle San-Antonio / pour les collectionneurs

Agrandir la zone des messages
  • SLAWINSKI Franck
    Salut à tous, Je vends le puzzle San-Antonio édité il y a quelques années.A vot bon coeur M ssieurs Dames, faites offre par mp! (encore emballé...) La
    Message 1 de 6 , 1 oct. 09:04
      Salut à tous,

      Je vends le puzzle San-Antonio édité il y a quelques années.
      A vot' bon coeur M'ssieurs Dames, faites offre par mp! (encore emballé...)


      La bise amicale à toustes!

      Biloute


    • michel.bergnes
      Bonne fête à François ! From: SLAWINSKI Franck franck_slawinski@yahoo.fr [amisdesana] Sent: Sunday, October 1, 2017 6:04 PM To: Groupe AASA Subject:
      Message 2 de 6 , 3 oct. 20:24
        Bonne fête à François !
         
        Sent: Sunday, October 1, 2017 6:04 PM
        Subject: [amisdesana] Puzzle San-Antonio / pour les collectionneurs
         


        Salut à tous,
         
        Je vends le puzzle San-Antonio édité il y a quelques années.
        A vot' bon coeur M'ssieurs Dames, faites offre par mp! (encore emballé...)
         
         
        La bise amicale à toustes!
         
        Biloute
         
         
      • François Vandenberghe
        merci Michel ! Le 4 oct. 2017 05:24, michel.bergnes michel.bergnes@wanadoo.fr [amisdesana] a écrit : Bonne fête à François
        Message 3 de 6 , 4 oct. 11:19
          merci Michel !


          Le 4 oct. 2017 05:24, "'michel.bergnes' michel.bergnes@... [amisdesana]" <amisdesana@...> a écrit :
           

          Bonne fête à François !
           
          Sent: Sunday, October 1, 2017 6:04 PM
          Subject: [amisdesana] Puzzle San-Antonio / pour les collectionneurs
           


          Salut à tous,
           
          Je vends le puzzle San-Antonio édité il y a quelques années.
          A vot' bon coeur M'ssieurs Dames, faites offre par mp! (encore emballé...)
           
           
          La bise amicale à toustes!
           
          Biloute
           
           


        • michel.bergnes
          On ne voit plus de filles en culotte et en corset : Contrepèterie (*) Bonjour, Le dimanche matin c’est dimanche, et moi, le dimanche, je m’apprête pour
          Message 4 de 6 , 7 oct. 21:12

             On ne voit plus de filles en culotte et en corset : Contrepèterie (*)

            Bonjour,

            Le dimanche matin c’est dimanche, et moi, le dimanche, je m’apprête pour assister à la messe dans la jolie petite église de Polastron.

            Je me fais beau… Oui ! Je me fais beau !!

            Ne ricane pas ! C’est une expression, qui signifie que je m’enjolive, me décore, me mets en valeur, me pare, me saboule, m’embellit, m’habille, salut Bernard, , m’orne, me sape, m’agrémente, m’endimanche…(**) je la joue chicos avec un costard Lapidus gris perle, des pompes en daim gris cendré, une cravate bleu roi qui boucle une chemise bleu azur, et des ray-bans qui cachant mon regard me donnent cette touche du people « has been » qui souhaite qu’on le remarque.

            Tu m’objecteras, que « en jeter », cela m’est facilité puisque la nature m’a doté d’une beauté exceptionnelle.

            Si ce n’était des douleurs dans les chevilles, je pourrais me ressentir particulièrement gâté.

            Bon… …Rasé de près, une goutte du parfum pour les hommes qui aiment les femmes qui aiment les hommes, et hop, direction la Porscherie.

            Je prends la Porsche bleu-nuit parce que sa carrosserie est raccord avec ma cravate.

            Un bon conseil en passant : assortis toujours la couleur de ta bagnole à ta cravate. Il est là le secret du bon goût.

            Comme d’hab, afin de ne pas te décevoir, ni changer tes habitudes dominicales, je fais un détour par le couvent des nonnes de Polastron.

            - Bonjour mes sœurs !

            - Bonjour notre ami !

            La mère sup a l’air soucieux et me prend à part :

            - Vous connaissez le fils à l’Eusèbe, Carlo ? me dit-elle, il inquiète ses parents en faisant des bêtises ; Avec sa fronde, il fait des dégâts dans le voisinage, vitres cassées, pots de fleurs, oiseaux, et cette fois-ci, c’est moi qui suis inquiète, on m’a rapporté qu’il aurait importuné des fillettes de son âge. Accepteriez-vous de vous en assurer et de lui parler ?

            - Je m’en fais un devoir immédiat ma sœur ! Ou est-il le monstre ?

            - Il est au bord de la rivière près du pont de Polastron, il pèche au lieu d’aller à la messe.

            Comme j’ai appris au catéchisme qu’il sera pardonné aux  pécheurs, je me rends serein au coin  du pont ou couve la caille, et tout près j’aperçois le jeune Carlo.

            - Ca mord ?!

            Le gamin se retourne dédaigneux et agacé. De la main il fait un geste très explicite que je pourrais traduire, si j’étais grossier, mal élevé et irrespectueux par : «Cass’toi pauv’con !»

            Je m’approche, le prends derrière le cou et serre suffisamment fort pour rétablir les convenances entre un adulte et un enfant.

            - Je t’ai demandé si ça mord ?

            Dompté le gamin me répond :

            - « Eu a a’lé, ouchleine. »

            - Comment ?!

            - « Eu a a’lé, eu dis é ouchleine. »

            - Tu vas t’exprimer correctement à la fin ! Lui-dis-je en resserrant ma pression autour de son cou.

            Alors le gamin crache dans sa main une poignée d’asticots :

            - Je ne peux pas parler, je dois garder les vers au chaud.

            Comme quoi tout s’explique.

            - Dis-moi c’est vrai ce que l’on m’a dit ? Que non seulement tu fais des bêtises avec ta fronde dont tu ne te sépares jamais, mais tu as embêté des filles ?

            - Oui.

            Et que leur fais-tu aux filles ?

            - Je les emmène au bord de la rivière.

            - Et après ?!

            Je les couche dans l’herbe.

            - Et après ?!!

            Je leur enlève leur petite culotte…

            - Et après ?!!!

            -  Je vole la culotte pour prendre l’élastique pour ma fronde et je me sauve !

            - ?!?!

            Une longue discussion m’a été nécessaire pour inculquer à ce sauvageon, quelques bribes de morale conventionnelle, et m’assurer qu’il avait compris…

            ...Mais, de ce fait…  …hélas, hélas, hélas, trois fois hélas !

            Une fois de plus, je suis arrivé devant l’église quand tout le monde en sortait.

            J’y arriverais bien à l’heure, un jour ou l’autre,  à cette messe.

            Je sais que tu me crois.

            Ta confiance m'est agréable.

            San-Antonieusement.

            (*) Contrepèterie : En culotte et en corset = Enculée et encore sotte…

             (**) Ceci est une « Accumulation » terme de linguistique comme « Zeugme ou « Anaphore » expliqué page 11 du livre «  Les figures de San-Antonio » de ce fainéant de Raymond Milési. (Je le qualifie de fainéant parce qu’il s’est contenté de décrire quelques centaines d’expressions linguistique et des formules utilisées savamment dans la saga San-Antonienne, en ne relisant que 175 San-Antonio de Frédéric Dard, et en ne donnant les références et exemples, que des ouvrages d’UN SEUL auteur !!)  ;-))

            En vente 10 € (***) sur le site des Amis de San-Antonio.

            ( ***) A ce prix-là c’est un cadeau ! Un cadeau à faire ?... Tiens, tiens !…

            Première diffusion le 05 décembre 2010 sur le forum Yahoo des Amis de San-Antonio.

             

             

             
            Sent: Wednesday, October 4, 2017 8:19 PM
            Subject: Re: [amisdesana] y-a t'il un François dans la salle ?
             


            merci Michel !
             
             
            Le 4 oct. 2017 05:24, "'michel.bergnes' michel.bergnes@... [amisdesana]" <amisdesana@...> a écrit :
             
            Bonne fête à François !
             
            Sent: Sunday, October 1, 2017 6:04 PM
            Subject: [amisdesana] Puzzle San-Antonio / pour les collectionneurs
             


            Salut à tous,
             
            Je vends le puzzle San-Antonio édité il y a quelques années.
            A vot' bon coeur M'ssieurs Dames, faites offre par mp! (encore emballé...)
             
             
            La bise amicale à toustes!
             
            Biloute
             
             
             
          • michel.bergnes
            La berge est près du vide : Contrepèterie.(***) Bonjour, Cette nuit, j’ai fait un épouvantable cauchemar : je marchais sur la berge d’une falaise, tout
            Message 5 de 6 , 15 oct. 00:09

              La berge est près du vide : Contrepèterie.(***)

              Bonjour,

              Cette nuit, j’ai fait un épouvantable cauchemar : je marchais sur la berge d’une falaise, tout au bord, et irrésistiblement j’étais attiré par le vide, puis je tombais, je tombais, interminablement dans une folle angoisse, quand, enfin, je réussis à agripper une touffe d’herbe pour m’accrocher à la paroi et me réveillais !

              J’ai dû bouger car j’ai réveillé mon épouse.

              - Que t’arrives-t-il ?

              - J’ai fait un cauchemar… …et je lui raconte ce qui précède.

              Avec un sourire amusé elle me dit :

              - Maintenant que tu es sauvé, tu peux lâcher la touffe d’herbe ?

              - ?!?!

              Bon.

              Je me demande pourquoi ce dimanche matin, je te raconte des choses aussi intimes, il faut vraiment que j’ai confiance en toi.

              Je sais bien que tu ne le répèteras pas. Du moins pas tout de suite puisque je suppose que pour toi aussi il y a d’abord le petit déj..., puis la toilette du dimanche, (*) et, pour moi, en plus, la route pour entendre la messe dans la jolie petite église de Polastron.

              Le cachemire n’est plus un luxe par ces froids polaires.  Pour cause de neige et de verglas, je laisse les Porsche dans leur Porsherie, et je sors le 4X4 BMW X6 parce qu’il est monté avec des pneus alpin. (**)

              Crissement des dits pneus devant le porche du couvent de Polastron.

              La sœur tourière me salue et me dit :

              - Refermez bien la porte derrière vous, il fait froid dehors !

              Tu remarques combien on en dit des banalités qui ne servent à rien ; Cette phrase en est une belle. En effet, tu auras beau bien fermer la porte, ça ne changera rien, il fera toujours aussi froid dehors.

              La mère supérieure m’attendait :

              - Nous sommes très inquiets le petit Carlo, le fils a l’Eusèbe n’est pas rentré chez lui cette nuit ! Son père le croyait chez nous, où chez son copain, mais il n’y est pas !

              - J’ai une idée, de l’endroit où il pourrait être j’y vais de suite.

              Observant le garnement à la pèche, près du pont qui enjambe le fleuve qui traverse Polastron, j’avais remarqué, sous ce dit pont, une cabane, abri sommaire, avec des résidus de feux de camp, je fonce vers le pont, et je souris en voyant vaciller les maigres flammes d’un feu de bois tout près de la hutte.

              - Alors gamin que fais-tu là par ce froid glacial au lieu de rentrer chez toi où tes parents s’inquiètent ?

              - Je ne veux plus rentrer chez moi.

              - Pourquoi ?

              - Mon père va trop me battre.

              - Pourquoi te battrait-il, qu’as-tu fait comme grosse bêtise ?

              - J’ai perdu mon compas.

              - Non mon petit, je connais bien l’Eusèbe, il n’est pas si méchant, il ne va pas te battre pour si peu de chose !

              - Ouais ! Vous, vous y étiez pas là quand il a foutu une grosse branlée à ma sœur, pa’s qu’elle lui a avoué qu’elle avait plus ses règles !

              Il faut peu de choses pour te faire perdre ton temps et te détourner du bon chemin.

              Une fois de plus, ces pourtant anodines péripéties, m’ont empêché d’être à l’heure, et j’ai une fois de plus manqué la messe dans la jolie petite église de Polastron.

              Je tenterais ma chance dimanche prochain.

              Si tu le veux bien, je te raconterais.

              San-Antonieusement.

              (*)  Ou inversement, c’est toi qui vois.

              (**) Le féminin de pneu alpin, peut se dire : Préservatif.

              (***)Contrepèterie : La berge est près du vide  = la verge est près du bide.

               

              Première parution 12/12/2010 sur le forum Yahoo des Amis de San-Antonio

               

               

               
              Sent: Sunday, October 8, 2017 6:12 AM
              Subject: [amisdesana] En culotte et en corset
               


               On ne voit plus de filles en culotte et en corset : Contrepèterie (*)

              Bonjour,

              Le dimanche matin c’est dimanche, et moi, le dimanche, je m’apprête pour assister à la messe dans la jolie petite église de Polastron.

              Je me fais beau… Oui ! Je me fais beau !!

              Ne ricane pas ! C’est une expression, qui signifie que je m’enjolive, me décore, me mets en valeur, me pare, me saboule, m’embellit, m’habille, salut Bernard, , m’orne, me sape, m’agrémente, m’endimanche…(**) je la joue chicos avec un costard Lapidus gris perle, des pompes en daim gris cendré, une cravate bleu roi qui boucle une chemise bleu azur, et des ray-bans qui cachant mon regard me donnent cette touche du people « has been » qui souhaite qu’on le remarque.

              Tu m’objecteras, que « en jeter », cela m’est facilité puisque la nature m’a doté d’une beauté exceptionnelle.

              Si ce n’était des douleurs dans les chevilles, je pourrais me ressentir particulièrement gâté.

              Bon… …Rasé de près, une goutte du parfum pour les hommes qui aiment les femmes qui aiment les hommes, et hop, direction la Porscherie.

              Je prends la Porsche bleu-nuit parce que sa carrosserie est raccord avec ma cravate.

              Un bon conseil en passant : assortis toujours la couleur de ta bagnole à ta cravate. Il est là le secret du bon goût.

              Comme d’hab, afin de ne pas te décevoir, ni changer tes habitudes dominicales, je fais un détour par le couvent des nonnes de Polastron.

              - Bonjour mes sœurs !

              - Bonjour notre ami !

              La mère sup a l’air soucieux et me prend à part :

              - Vous connaissez le fils à l’Eusèbe, Carlo ? me dit-elle, il inquiète ses parents en faisant des bêtises ; Avec sa fronde, il fait des dégâts dans le voisinage, vitres cassées, pots de fleurs, oiseaux, et cette fois-ci, c’est moi qui suis inquiète, on m’a rapporté qu’il aurait importuné des fillettes de son âge. Accepteriez-vous de vous en assurer et de lui parler ?

              - Je m’en fais un devoir immédiat ma sœur ! Ou est-il le monstre ?

              - Il est au bord de la rivière près du pont de Polastron, il pèche au lieu d’aller à la messe.

              Comme j’ai appris au catéchisme qu’il sera pardonné aux  pécheurs, je me rends serein au coin  du pont ou couve la caille, et tout près j’aperçois le jeune Carlo.

              - Ca mord ?!

              Le gamin se retourne dédaigneux et agacé. De la main il fait un geste très explicite que je pourrais traduire, si j’étais grossier, mal élevé et irrespectueux par : «Cass’toi pauv’con !»

              Je m’approche, le prends derrière le cou et serre suffisamment fort pour rétablir les convenances entre un adulte et un enfant.

              - Je t’ai demandé si ça mord ?

              Dompté le gamin me répond :

              - « Eu a a’lé, ouchleine. »

              - Comment ?!

              - « Eu a a’lé, eu dis é ouchleine. »

              - Tu vas t’exprimer correctement à la fin ! Lui-dis-je en resserrant ma pression autour de son cou.

              Alors le gamin crache dans sa main une poignée d’asticots :

              - Je ne peux pas parler, je dois garder les vers au chaud.

              Comme quoi tout s’explique.

              - Dis-moi c’est vrai ce que l’on m’a dit ? Que non seulement tu fais des bêtises avec ta fronde dont tu ne te sépares jamais, mais tu as embêté des filles ?

              - Oui.

              Et que leur fais-tu aux filles ?

              - Je les emmène au bord de la rivière.

              - Et après ?!

              Je les couche dans l’herbe.

              - Et après ?!!

              Je leur enlève leur petite culotte…

              - Et après ?!!!

              -  Je vole la culotte pour prendre l’élastique pour ma fronde et je me sauve !

              - ?!?!

              Une longue discussion m’a été nécessaire pour inculquer à ce sauvageon, quelques bribes de morale conventionnelle, et m’assurer qu’il avait compris…

              ...Mais, de ce fait…  …hélas, hélas, hélas, trois fois hélas !

              Une fois de plus, je suis arrivé devant l’église quand tout le monde en sortait.

              J’y arriverais bien à l’heure, un jour ou l’autre,  à cette messe.

              Je sais que tu me crois.

              Ta confiance m'est agréable.

              San-Antonieusement.

              (*) Contrepèterie : En culotte et en corset = Enculée et encore sotte…

               (**) Ceci est une « Accumulation » terme de linguistique comme « Zeugme ou « Anaphore » expliqué page 11 du livre «  Les figures de San-Antonio » de ce fainéant de Raymond Milési. (Je le qualifie de fainéant parce qu’il s’est contenté de décrire quelques centaines d’expressions linguistique et des formules utilisées savamment dans la saga San-Antonienne, en ne relisant que 175 San-Antonio de Frédéric Dard, et en ne donnant les références et exemples, que des ouvrages d’UN SEUL auteur !!)  ;-))

              En vente 10 € (***) sur le site des Amis de San-Antonio.

              ( ***) A ce prix-là c’est un cadeau ! Un cadeau à faire ?... Tiens, tiens !…

              Première diffusion le 05 décembre 2010 sur le forum Yahoo des Amis de San-Antonio.

               

               

               
              Sent: Wednesday, October 4, 2017 8:19 PM
              Subject: Re: [amisdesana] y-a t'il un François dans la salle ?
               


              merci Michel !
               
               
              Le 4 oct. 2017 05:24, "'michel.bergnes' michel.bergnes@... [amisdesana]" <amisdesana@...> a écrit :
               
              Bonne fête à François !
               
              Sent: Sunday, October 1, 2017 6:04 PM
              Subject: [amisdesana] Puzzle San-Antonio / pour les collectionneurs
               


              Salut à tous,
               
              Je vends le puzzle San-Antonio édité il y a quelques années.
              A vot' bon coeur M'ssieurs Dames, faites offre par mp! (encore emballé...)
               
               
              La bise amicale à toustes!
               
              Biloute
               
               
               
            • michel.bergnes
              Bonjour, Aujourd’hui Dimanche 15 octobre : SALON DE LA BD, POLAR & SF à Frontignan Avec 8 bouquinistes dont un spécialiste de BD et un autre de
              Message 6 de 6 , 15 oct. 01:56
                Bonjour,
                 
                Aujourd’hui  Dimanche 15 octobre :

                SALON DE LA BD, POLAR & SF à Frontignan

                Avec 8 bouquinistes dont un spécialiste de BD et un autre de l'"Enfantina"

                Conférence sur le langage de San-Antonio et de Brassens

                par notre ami Bernard Wagnon.

                Entrée gratuite

                 
                Sent: Sunday, October 15, 2017 9:09 AM
                Subject: [amisdesana] touffe
                 


                La berge est près du vide : Contrepèterie.(***)

                Bonjour,

                Cette nuit, j’ai fait un épouvantable cauchemar : je marchais sur la berge d’une falaise, tout au bord, et irrésistiblement j’étais attiré par le vide, puis je tombais, je tombais, interminablement dans une folle angoisse, quand, enfin, je réussis à agripper une touffe d’herbe pour m’accrocher à la paroi et me réveillais !

                J’ai dû bouger car j’ai réveillé mon épouse.

                - Que t’arrives-t-il ?

                - J’ai fait un cauchemar… …et je lui raconte ce qui précède.

                Avec un sourire amusé elle me dit :

                - Maintenant que tu es sauvé, tu peux lâcher la touffe d’herbe ?

                - ?!?!

                Bon.

                Je me demande pourquoi ce dimanche matin, je te raconte des choses aussi intimes, il faut vraiment que j’ai confiance en toi.

                Je sais bien que tu ne le répèteras pas. Du moins pas tout de suite puisque je suppose que pour toi aussi il y a d’abord le petit déj..., puis la toilette du dimanche, (*) et, pour moi, en plus, la route pour entendre la messe dans la jolie petite église de Polastron.

                Le cachemire n’est plus un luxe par ces froids polaires.  Pour cause de neige et de verglas, je laisse les Porsche dans leur Porsherie, et je sors le 4X4 BMW X6 parce qu’il est monté avec des pneus alpin. (**)

                Crissement des dits pneus devant le porche du couvent de Polastron.

                La sœur tourière me salue et me dit :

                - Refermez bien la porte derrière vous, il fait froid dehors !

                Tu remarques combien on en dit des banalités qui ne servent à rien ; Cette phrase en est une belle. En effet, tu auras beau bien fermer la porte, ça ne changera rien, il fera toujours aussi froid dehors.

                La mère supérieure m’attendait :

                - Nous sommes très inquiets le petit Carlo, le fils a l’Eusèbe n’est pas rentré chez lui cette nuit ! Son père le croyait chez nous, où chez son copain, mais il n’y est pas !

                - J’ai une idée, de l’endroit où il pourrait être j’y vais de suite.

                Observant le garnement à la pèche, près du pont qui enjambe le fleuve qui traverse Polastron, j’avais remarqué, sous ce dit pont, une cabane, abri sommaire, avec des résidus de feux de camp, je fonce vers le pont, et je souris en voyant vaciller les maigres flammes d’un feu de bois tout près de la hutte.

                - Alors gamin que fais-tu là par ce froid glacial au lieu de rentrer chez toi où tes parents s’inquiètent ?

                - Je ne veux plus rentrer chez moi.

                - Pourquoi ?

                - Mon père va trop me battre.

                - Pourquoi te battrait-il, qu’as-tu fait comme grosse bêtise ?

                - J’ai perdu mon compas.

                - Non mon petit, je connais bien l’Eusèbe, il n’est pas si méchant, il ne va pas te battre pour si peu de chose !

                - Ouais ! Vous, vous y étiez pas là quand il a foutu une grosse branlée à ma sœur, pa’s qu’elle lui a avoué qu’elle avait plus ses règles !

                Il faut peu de choses pour te faire perdre ton temps et te détourner du bon chemin.

                Une fois de plus, ces pourtant anodines péripéties, m’ont empêché d’être à l’heure, et j’ai une fois de plus manqué la messe dans la jolie petite église de Polastron.

                Je tenterais ma chance dimanche prochain.

                Si tu le veux bien, je te raconterais.

                San-Antonieusement.

                (*)  Ou inversement, c’est toi qui vois.

                (**) Le féminin de pneu alpin, peut se dire : Préservatif.

                (***)Contrepèterie : La berge est près du vide  = la verge est près du bide.

                 

                Première parution 12/12/2010 sur le forum Yahoo des Amis de San-Antonio

                 

                 

                 
                Sent: Sunday, October 8, 2017 6:12 AM
                Subject: [amisdesana] En culotte et en corset
                 


                 On ne voit plus de filles en culotte et en corset : Contrepèterie (*)

                Bonjour,

                Le dimanche matin c’est dimanche, et moi, le dimanche, je m’apprête pour assister à la messe dans la jolie petite église de Polastron.

                Je me fais beau… Oui ! Je me fais beau !!

                Ne ricane pas ! C’est une expression, qui signifie que je m’enjolive, me décore, me mets en valeur, me pare, me saboule, m’embellit, m’habille, salut Bernard, , m’orne, me sape, m’agrémente, m’endimanche…(**) je la joue chicos avec un costard Lapidus gris perle, des pompes en daim gris cendré, une cravate bleu roi qui boucle une chemise bleu azur, et des ray-bans qui cachant mon regard me donnent cette touche du people « has been » qui souhaite qu’on le remarque.

                Tu m’objecteras, que « en jeter », cela m’est facilité puisque la nature m’a doté d’une beauté exceptionnelle.

                Si ce n’était des douleurs dans les chevilles, je pourrais me ressentir particulièrement gâté.

                Bon… …Rasé de près, une goutte du parfum pour les hommes qui aiment les femmes qui aiment les hommes, et hop, direction la Porscherie.

                Je prends la Porsche bleu-nuit parce que sa carrosserie est raccord avec ma cravate.

                Un bon conseil en passant : assortis toujours la couleur de ta bagnole à ta cravate. Il est là le secret du bon goût.

                Comme d’hab, afin de ne pas te décevoir, ni changer tes habitudes dominicales, je fais un détour par le couvent des nonnes de Polastron.

                - Bonjour mes sœurs !

                - Bonjour notre ami !

                La mère sup a l’air soucieux et me prend à part :

                - Vous connaissez le fils à l’Eusèbe, Carlo ? me dit-elle, il inquiète ses parents en faisant des bêtises ; Avec sa fronde, il fait des dégâts dans le voisinage, vitres cassées, pots de fleurs, oiseaux, et cette fois-ci, c’est moi qui suis inquiète, on m’a rapporté qu’il aurait importuné des fillettes de son âge. Accepteriez-vous de vous en assurer et de lui parler ?

                - Je m’en fais un devoir immédiat ma sœur ! Ou est-il le monstre ?

                - Il est au bord de la rivière près du pont de Polastron, il pèche au lieu d’aller à la messe.

                Comme j’ai appris au catéchisme qu’il sera pardonné aux  pécheurs, je me rends serein au coin  du pont ou couve la caille, et tout près j’aperçois le jeune Carlo.

                - Ca mord ?!

                Le gamin se retourne dédaigneux et agacé. De la main il fait un geste très explicite que je pourrais traduire, si j’étais grossier, mal élevé et irrespectueux par : «Cass’toi pauv’con !»

                Je m’approche, le prends derrière le cou et serre suffisamment fort pour rétablir les convenances entre un adulte et un enfant.

                - Je t’ai demandé si ça mord ?

                Dompté le gamin me répond :

                - « Eu a a’lé, ouchleine. »

                - Comment ?!

                - « Eu a a’lé, eu dis é ouchleine. »

                - Tu vas t’exprimer correctement à la fin ! Lui-dis-je en resserrant ma pression autour de son cou.

                Alors le gamin crache dans sa main une poignée d’asticots :

                - Je ne peux pas parler, je dois garder les vers au chaud.

                Comme quoi tout s’explique.

                - Dis-moi c’est vrai ce que l’on m’a dit ? Que non seulement tu fais des bêtises avec ta fronde dont tu ne te sépares jamais, mais tu as embêté des filles ?

                - Oui.

                Et que leur fais-tu aux filles ?

                - Je les emmène au bord de la rivière.

                - Et après ?!

                Je les couche dans l’herbe.

                - Et après ?!!

                Je leur enlève leur petite culotte…

                - Et après ?!!!

                -  Je vole la culotte pour prendre l’élastique pour ma fronde et je me sauve !

                - ?!?!

                Une longue discussion m’a été nécessaire pour inculquer à ce sauvageon, quelques bribes de morale conventionnelle, et m’assurer qu’il avait compris…

                ...Mais, de ce fait…  …hélas, hélas, hélas, trois fois hélas !

                Une fois de plus, je suis arrivé devant l’église quand tout le monde en sortait.

                J’y arriverais bien à l’heure, un jour ou l’autre,  à cette messe.

                Je sais que tu me crois.

                Ta confiance m'est agréable.

                San-Antonieusement.

                (*) Contrepèterie : En culotte et en corset = Enculée et encore sotte…

                 (**) Ceci est une « Accumulation » terme de linguistique comme « Zeugme ou « Anaphore » expliqué page 11 du livre «  Les figures de San-Antonio » de ce fainéant de Raymond Milési. (Je le qualifie de fainéant parce qu’il s’est contenté de décrire quelques centaines d’expressions linguistique et des formules utilisées savamment dans la saga San-Antonienne, en ne relisant que 175 San-Antonio de Frédéric Dard, et en ne donnant les références et exemples, que des ouvrages d’UN SEUL auteur !!)  ;-))

                En vente 10 € (***) sur le site des Amis de San-Antonio.

                ( ***) A ce prix-là c’est un cadeau ! Un cadeau à faire ?... Tiens, tiens !…

                Première diffusion le 05 décembre 2010 sur le forum Yahoo des Amis de San-Antonio.

                 

                 

                 
                Sent: Wednesday, October 4, 2017 8:19 PM
                Subject: Re: [amisdesana] y-a t'il un François dans la salle ?
                 


                merci Michel !
                 
                 
                Le 4 oct. 2017 05:24, "'michel.bergnes' michel.bergnes@... [amisdesana]" <amisdesana@...> a écrit :
                 
                Bonne fête à François !
                 
                Sent: Sunday, October 1, 2017 6:04 PM
                Subject: [amisdesana] Puzzle San-Antonio / pour les collectionneurs
                 


                Salut à tous,
                 
                Je vends le puzzle San-Antonio édité il y a quelques années.
                A vot' bon coeur M'ssieurs Dames, faites offre par mp! (encore emballé...)
                 
                 
                La bise amicale à toustes!
                 
                Biloute
                 
                 
                 
              Votre message a été soumis avec succès et sera remis aux destinataires brièvement.