Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

Jean-Luc Brunel

Agrandir la zone des messages
  • le piton
    http://www.ladepeche.fr/article/2017/07/22/2616418-un-passionne-de-bd-parcourt-les-marches.html
    Message 1 de 3 , 21 juil.
    • michel.bergnes
      L’ânesse de ma voisine travaille aux foires : Contrepèterie Bonjour, Ce matin c’est la grande foire annuelle de Polastron, qui draine la foule des
      Message 2 de 3 , 22 juil.

        L’ânesse de ma voisine travaille aux foires : Contrepèterie

        Bonjour,

        Ce matin  c’est la grande foire annuelle de Polastron, qui draine la foule des cantons alentours.

        Je range ma Porsche entre la Ferrari et la Mercédès 350 SL de deux petits paysans du cru ; Plus près de la foire il y a de la place aussi, mais comme ils viennent tous avec des 4X4 gigantesques, j’ai peur de me faire accrocher.

        Ce qui m’intéresse le plus c’est les animaux, et justement il y a remise de prix aux bovins magnifiques présentés.

        Le speaker annonce les résultats, pendant que l’éleveur au bout d’une longe attachée à l’anneau nasal des énormes bestiaux leur fait faire un tour de piste. (*)

        - Crocmousse 6, 3ème prix ! 3 ans, 850 kilos, 3 saillies par jour !

        Devant moi une dame du cru donne un coup de coude dans le flanc de son mari et lui dit :

        - T’as entendu : 3 saillies par jour, lui !

        Le speaker

        - Deuxième prix, Maxou 2, 875 kilos, 3ans et demi , 6 saillies par jour !

        La dame, deuxième coup de coude:

        - T’as entendu : 6 saillies par jour !

        Le speaker :

        -  Premier prix Siracho de vergedur, 925 kilos, 3 ans et 3 mois, 9 saillies par jour !

        La dame, troisième coup de coude:

        - T’as entendu : 9 saillies par jour !

        Alors le mari interpelle le speaker :

        -  Dites donc, vous, vos taureaux, là, c’est avec la même vache tous les jours ?

        - Non, bien entendu !

        Alors le gus donne un coup de coude à sa femme et lui dit :

        - Tu vois, on ne peut pas comparer.

        Il Ya plus loin un stand intéressant pour les chasseurs, où un bonimenteur,  se débrouille pour démontrer que pour faire réagir  l’appeau des cailles il suffit de le frôler avec main.

        Ma voisine fait faire un tour de la place aux enfants sur son ânesse.

        Plus loin un marchand de tissus vend de la serge, (ce qui est préférable que de sentir de la verge !)mais heureusement à côté de lui se trouvent des marchands de produits mieux parfumés, aulx , tomates, melons…

        Au bout d’une allée une Rom quête sur un pliant, ce qui, tout compte fait, est préférable que de péter sur un client. (**)

        Je quitte, la dessus la foire, pour, puisque c’est la tradition, aller saluer nos amies les sœurs du couvent de Polastron. J’arrive juste quand le palefrenier rentre sa bête dans l’écurie, ce qui vaut mieux que le contraire surtout en ces lieux saints.

        C’est la mère supérieure qui m’apprend que la messe était à sept heures pour cause de foire et que je l’ai manquée, mais que je pourrais me rattraper dimanche prochain.

        J’y compte bien.

        San-Antonieusement.

        (*) Il fait chaud, plus les bêtes et les badauds, c’est donc une chaude piste.

        (**) Voir page 26 de « Les figures de San-Antonio » de notre ami Raymond Milési, « Contrepèterie ou contrepet » en vente pas cher sur le site des Amis de San-Antonio.

        (**) Bis.  On dit « Tous les chemins mènent à Rome ». Aux Antilles « tous les chemins mènent au rhum ! ». Et en politique quand il y a besoin de cacher la merde au chat : « Tous les chemins mènent aux Roms.»

        Contrepèterie : L’ânesse de ma voisine travaille aux foires = La fesse de ma voisine travaille aux noir.

         

         

         

         
        Sent: Saturday, July 22, 2017 8:01 AM
        Subject: [amisdesana] Jean-Luc Brunel
         
      • michel.bergnes
        Ou l’ânesse a le feu au derrière : contrepèterie (*) Bonjour, Ce matin c’est Dimanche et il fait beau et chaud, (encore une contrepèterie !) Une
        Message 3 de 3 , 29 juil.

          Ou l’ânesse a le feu au derrière : contrepèterie (*)

          Bonjour,

          Ce matin c’est Dimanche et il fait beau et chaud, (encore une contrepèterie !)

          Une chemise de lin blanche échancrée sur la poitrine pour bien mettre en valeur la grosse chaîne en or, un jean blanc très serré, poutre apparente, des espadrilles blanches, et me voilà en zazou années 60 à Saint Trop, pour aller assister à la messe en la jolie petite église de Polastron. Je fais une exception : je laisse les Porsche pour la Maserati Grand Turismo S automatique blanche, parce qu’assortie à ma chemise, et puis j’aime bien le ronronnement du V8 italien de 440 chevaux.

          En parlant de chevaux, c’est une truie que j’aperçois dans la cour de l’Eusèbe, la mère Supérieure du Couvent m’ayant demandé, si j’aurais la gentillesse de passer le prendre : J’ai.

          La Maserati garde sa fière allure, les pneus dans la bouillasse de glaise et de merde d’oie, entre le tas de fumier et une vieille brouette rouillée dans laquelle se love Carla la truie.

          - Salut L’Eusèbe ! Quoi de neuf ?

          - La Marie me trompe !

          - Je t’ai demandé : quoi de neuf ?! Et que fout Carla dans la brouette ?

          - Je l’ai emmenée au verrat chez le voisin avec cette brouette, et elle a trouvé ça tellement bon, qu’elle squatte la brouette en espérant que je la ramène faire une partie de quat’ jambons.

          - Il n’y a plus de mouches chez toi ?

          - Non j’ai fait un traitement.

          - Encore tes saloperies de pesticides !

          - Non c’est un truc naturel. Comme le Grand-père il peut plus bouger de son fauteuil, je l’ai enduit de miel, et depuis les mouches ne nous font plus chier ailleurs.

          - Toi tu es un vrai écologiste !

          Nous partons et nous arrêtons à la station d’essence qui se situe après le parking de la grande surface de la zone industrielle de Polastron. C’est sur le chemin du couvent.

          - Le plein monsieur ? Me demande très stylé un meccano dans une superbe salopette blanche et rouge.

          - Le plein.

          - Elle est magnifique cette voiture, c’est la première fois que j’en voie une comme ça.

          - Vous ne voyez peut-être pas grand-chose par ici ?

          - Détrompez-vous, il se passe toujours quelque chose ! Pas plus tard que ce matin j’ai fait le plein d’une ânesse !

          - Le plein d’une ânesse ?!

          Oui un vieux avec un charreton, vexé de se faire doubler par les bagnoles, pensait qu’avec un plein d’essence son âne irait plus vite.

          - Vous déconnez ?

          - Non ! Non ! Il a tellement insisté que j’ai mis le tuyau dans le cul de l’animal et j’ai commencé à le remplir.

          - Et alors ?

          - Effectivement le vieux con avait raison, l’âne a démarré d’une façon foudroyante. Tellement que le vieux m’a donné 50 euros pour que je lui mette la poignée de la pompe dans le cul pour une giclée de super afin qu’il puisse rattraper son âne !

          Après avoir entendu ça t’aurais encore l’esprit d’aller à la messe toi ?

          Pas moi.

          Je suis rentré, et j'ai remis ça à la semaine prochaine.

          (*) contrepèterie  : Ou l’ânesse a le feu au derrière =  Ou la fesse a le nœud au derrière :

           

           

           
          Sent: Saturday, July 22, 2017 8:01 AM
          Subject: [amisdesana] Jean-Luc Brunel
           
        Votre message a été soumis avec succès et sera remis aux destinataires brièvement.