Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

opération financière

Agrandir la zone des messages
  • michel.bergnes
    L’alcoolo se douche avec le marc ! Contrepèterie Bonjour, C’est le plein été, il fait beau et frais ce matin, je vais donc aller assister à la messe en
    Message 1 de 3 , 15 juil.

      L’alcoolo se douche avec le marc ! Contrepèterie

      Bonjour,

      C’est le plein été, il fait beau et frais ce matin, je vais donc aller assister à la messe en la jolie petite église de Polastron, mais auparavant… (*)

      … Je passe saluer tes amies les sœurs du couvent.

      En passant par le cœur du village je fais le tour de la place principale, ombragée de tilleuls argentés, sur laquelle se trouve le boulodrome au bout du marché de plein vent si coloré, et si odorant en cette saison où les melons et autres fruits abondent.

      Je roule lentement, les ray-ban sur le front, une écharpe blanche nouée négligemment autour du cou, souligne mon polo Lacoste émeraude. La Porsche blanche en jette. Le bras gauche sur la portière d’une décapotable pareille, me donne l’illusoire impression (comme tant d’entre nous !) d’appartenir à la classe sociale, qui agissant si bien et si goulûment dans l’intérêt de ses propres affaires financières, dépense beaucoup d’énergie et de moyens à nous convaincre que c’est pour le bien commun.

      Ce n’est pas nouveau, c’est comme ça depuis Sully et tous ses successeurs jusqu'à aujourd’hui : on prend l’argent des pauvres pour le donner aux riches afin que les riches nourrissent les pauvres en leur donnant du travail.

      Oui. Je sais. C’est très con et c’est notre actualité.

      Ca emmène parfois à des situations saugrenues en créant des trous de trésorerie là où on ne les attendrait pas.

      Je gare ma tire devant le café PMU pour faire le tiercé.

      Je n’ai qu’un billet de 300 euros, alors quand je le sors avant de jouer, Dédé, le patron avec qui je joue habituellement (**) me dit :

      -  Putaing ! (***) C’est juste ce que je dois ! Je suis étranglé en ce moment et toi tu vas jouer avec !

      Je suis pris de remords. Plie en huit mon billet. M’approche de lui, et discrètement :

      - Tiens ! Prends ! Je te le prête.

      Je vois un éclair d’humidité lumineuse dans ses yeux, il frotte ses mains à son tablier qu’il enlève crie à sa serveuse :

      - Marie je reviens !

      Et il se précipite chez le boucher lui rendre les 300 euros qu’il lui doit, celui-ci pose son couteau fonce chez Jo le plombier, heu…  je veux dire, le chauffagiste, lui donne les 300 euros qu’il lui doit, celui-ci se précipite sur la place à la cabane à Pizza du Piton lui payer les 300 euros de pizzas qu’il doit lui payer et celui-ci ne fait ni une ni deux, traverse la rue et fonce chez Dédé lui rembourser sa dette de 300 euros de quintés et boissons fortement alcoolisées dont il est tellement friand qu’il paraitrait qu’il se douche avec le marc.

      Rayonnant, majestueux derrière son rade, avec emphase, le Dédé me tend alors mon billet de 300 euros, en clamant haut et fort :

      Merci Michel, c’était très bon !

      Le piton :

      - Qu’est-ce tu-y as fait pour 300 Euros ?!

      Afin qu’il ne me prît point pour ce que je ne suis pas, (****) je lui explique que je viens juste de régler les dettes de tout un village. Tout simplement.

      Le temps a passé et une fois de plus, il ne me reste qu’à regagner tranquillement le Harot sans assister à la messe finie depuis longtemps.

      J’essayerai peut-être dimanche prochain. Si ça ne t’ennuie pas ?

       

      San-Antonieusement.

        (*) Chinois, œuf corse.

      (**) « Je joue avec Dédé, » : ça vole bas aujourd’hui, je te comprends et compatis.

      (***) Oui il est grossier et il a l’accent de Gardanne. Je n’y suis pour rien,  moi je te décris les choses comme elles se passent et se disent.

      (****) Mais alors pas du tout ! La jaquette flottante, non merci !

      Contrepèterie : L’alcoolo se douche avec le marc != L’alcoolo se mouche avec le dard !

       

       

       

    • michel.bergnes
      Joyeux anniversaire a GG de l’AG dit le Vice !! From: michel.bergnes michel.bergnes@wanadoo.fr [amisdesana] Sent: Sunday, July 16, 2017 7:17 AM To:
      Message 2 de 3 , 16 juil.
        Joyeux anniversaire a GG de l’AG dit le Vice !!
         
         
        Sent: Sunday, July 16, 2017 7:17 AM
        Subject: [amisdesana] opération financière
         


        L’alcoolo se douche avec le marc ! Contrepèterie

        Bonjour,

        C’est le plein été, il fait beau et frais ce matin, je vais donc aller assister à la messe en la jolie petite église de Polastron, mais auparavant… (*)

        … Je passe saluer tes amies les sœurs du couvent.

        En passant par le cœur du village je fais le tour de la place principale, ombragée de tilleuls argentés, sur laquelle se trouve le boulodrome au bout du marché de plein vent si coloré, et si odorant en cette saison où les melons et autres fruits abondent.

        Je roule lentement, les ray-ban sur le front, une écharpe blanche nouée négligemment autour du cou, souligne mon polo Lacoste émeraude. La Porsche blanche en jette. Le bras gauche sur la portière d’une décapotable pareille, me donne l’illusoire impression (comme tant d’entre nous !) d’appartenir à la classe sociale, qui agissant si bien et si goulûment dans l’intérêt de ses propres affaires financières, dépense beaucoup d’énergie et de moyens à nous convaincre que c’est pour le bien commun.

        Ce n’est pas nouveau, c’est comme ça depuis Sully et tous ses successeurs jusqu'à aujourd’hui : on prend l’argent des pauvres pour le donner aux riches afin que les riches nourrissent les pauvres en leur donnant du travail.

        Oui. Je sais. C’est très con et c’est notre actualité.

        Ca emmène parfois à des situations saugrenues en créant des trous de trésorerie là où on ne les attendrait pas.

        Je gare ma tire devant le café PMU pour faire le tiercé.

        Je n’ai qu’un billet de 300 euros, alors quand je le sors avant de jouer, Dédé, le patron avec qui je joue habituellement (**) me dit :

        -  Putaing ! (***) C’est juste ce que je dois ! Je suis étranglé en ce moment et toi tu vas jouer avec !

        Je suis pris de remords. Plie en huit mon billet. M’approche de lui, et discrètement :

        - Tiens ! Prends ! Je te le prête.

        Je vois un éclair d’humidité lumineuse dans ses yeux, il frotte ses mains à son tablier qu’il enlève crie à sa serveuse :

        - Marie je reviens !

        Et il se précipite chez le boucher lui rendre les 300 euros qu’il lui doit, celui-ci pose son couteau fonce chez Jo le plombier, heu…  je veux dire, le chauffagiste, lui donne les 300 euros qu’il lui doit, celui-ci se précipite sur la place à la cabane à Pizza du Piton lui payer les 300 euros de pizzas qu’il doit lui payer et celui-ci ne fait ni une ni deux, traverse la rue et fonce chez Dédé lui rembourser sa dette de 300 euros de quintés et boissons fortement alcoolisées dont il est tellement friand qu’il paraitrait qu’il se douche avec le marc.

        Rayonnant, majestueux derrière son rade, avec emphase, le Dédé me tend alors mon billet de 300 euros, en clamant haut et fort :

        Merci Michel, c’était très bon !

        Le piton :

        - Qu’est-ce tu-y as fait pour 300 Euros ?!

        Afin qu’il ne me prît point pour ce que je ne suis pas, (****) je lui explique que je viens juste de régler les dettes de tout un village. Tout simplement.

        Le temps a passé et une fois de plus, il ne me reste qu’à regagner tranquillement le Harot sans assister à la messe finie depuis longtemps.

        J’essayerai peut-être dimanche prochain. Si ça ne t’ennuie pas ?

         

        San-Antonieusement.

          (*) Chinois, œuf corse.

        (**) « Je joue avec Dédé, » : ça vole bas aujourd’hui, je te comprends et compatis.

        (***) Oui il est grossier et il a l’accent de Gardanne. Je n’y suis pour rien,  moi je te décris les choses comme elles se passent et se disent.

        (****) Mais alors pas du tout ! La jaquette flottante, non merci !

        Contrepèterie : L’alcoolo se douche avec le marc != L’alcoolo se mouche avec le dard !

         

         

         

      • François Vandenberghe
        Bonjour, bon anniversaire à notre Président Vicieux ... message personnel comme dirait France Gall : tu penses au déménagement mon VP ? La bise, François.
        Message 3 de 3 , 16 juil.
          Bonjour, 

          bon anniversaire à notre Président Vicieux ...
          message personnel comme dirait France Gall : tu penses au déménagement mon VP ?

          La bise, 
          François. 

          Le 16 juil. 2017 11:27, "'michel.bergnes' michel.bergnes@... [amisdesana]" <amisdesana@...> a écrit :
           

          Joyeux anniversaire a GG de l’AG dit le Vice !!
           
           
          Sent: Sunday, July 16, 2017 7:17 AM
          Subject: [amisdesana] opération financière
           


          L’alcoolo se douche avec le marc ! Contrepèterie

          Bonjour,

          C’est le plein été, il fait beau et frais ce matin, je vais donc aller assister à la messe en la jolie petite église de Polastron, mais auparavant… (*)

          … Je passe saluer tes amies les sœurs du couvent.

          En passant par le cœur du village je fais le tour de la place principale, ombragée de tilleuls argentés, sur laquelle se trouve le boulodrome au bout du marché de plein vent si coloré, et si odorant en cette saison où les melons et autres fruits abondent.

          Je roule lentement, les ray-ban sur le front, une écharpe blanche nouée négligemment autour du cou, souligne mon polo Lacoste émeraude. La Porsche blanche en jette. Le bras gauche sur la portière d’une décapotable pareille, me donne l’illusoire impression (comme tant d’entre nous !) d’appartenir à la classe sociale, qui agissant si bien et si goulûment dans l’intérêt de ses propres affaires financières, dépense beaucoup d’énergie et de moyens à nous convaincre que c’est pour le bien commun.

          Ce n’est pas nouveau, c’est comme ça depuis Sully et tous ses successeurs jusqu'à aujourd’hui : on prend l’argent des pauvres pour le donner aux riches afin que les riches nourrissent les pauvres en leur donnant du travail.

          Oui. Je sais. C’est très con et c’est notre actualité.

          Ca emmène parfois à des situations saugrenues en créant des trous de trésorerie là où on ne les attendrait pas.

          Je gare ma tire devant le café PMU pour faire le tiercé.

          Je n’ai qu’un billet de 300 euros, alors quand je le sors avant de jouer, Dédé, le patron avec qui je joue habituellement (**) me dit :

          -  Putaing ! (***) C’est juste ce que je dois ! Je suis étranglé en ce moment et toi tu vas jouer avec !

          Je suis pris de remords. Plie en huit mon billet. M’approche de lui, et discrètement :

          - Tiens ! Prends ! Je te le prête.

          Je vois un éclair d’humidité lumineuse dans ses yeux, il frotte ses mains à son tablier qu’il enlève crie à sa serveuse :

          - Marie je reviens !

          Et il se précipite chez le boucher lui rendre les 300 euros qu’il lui doit, celui-ci pose son couteau fonce chez Jo le plombier, heu…  je veux dire, le chauffagiste, lui donne les 300 euros qu’il lui doit, celui-ci se précipite sur la place à la cabane à Pizza du Piton lui payer les 300 euros de pizzas qu’il doit lui payer et celui-ci ne fait ni une ni deux, traverse la rue et fonce chez Dédé lui rembourser sa dette de 300 euros de quintés et boissons fortement alcoolisées dont il est tellement friand qu’il paraitrait qu’il se douche avec le marc.

          Rayonnant, majestueux derrière son rade, avec emphase, le Dédé me tend alors mon billet de 300 euros, en clamant haut et fort :

          Merci Michel, c’était très bon !

          Le piton :

          - Qu’est-ce tu-y as fait pour 300 Euros ?!

          Afin qu’il ne me prît point pour ce que je ne suis pas, (****) je lui explique que je viens juste de régler les dettes de tout un village. Tout simplement.

          Le temps a passé et une fois de plus, il ne me reste qu’à regagner tranquillement le Harot sans assister à la messe finie depuis longtemps.

          J’essayerai peut-être dimanche prochain. Si ça ne t’ennuie pas ?

           

          San-Antonieusement.

            (*) Chinois, œuf corse.

          (**) « Je joue avec Dédé, » : ça vole bas aujourd’hui, je te comprends et compatis.

          (***) Oui il est grossier et il a l’accent de Gardanne. Je n’y suis pour rien,  moi je te décris les choses comme elles se passent et se disent.

          (****) Mais alors pas du tout ! La jaquette flottante, non merci !

          Contrepèterie : L’alcoolo se douche avec le marc != L’alcoolo se mouche avec le dard !

           

           

           


        Votre message a été soumis avec succès et sera remis aux destinataires brièvement.