Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

la soi disant securite

Agrandir la zone des messages
  • fbardes@freesurf.fr
    l article du magazine Parent intitule le jour J tous les gestes securite ,nous fait un jus douceatre renforcant les gestes habituels et routiniers sous
    Message 1 de 2 , 10 oct. 13:16
      l'article du magazine Parent intitule le jour J tous les gestes
      "securite",nous fait un jus douceatre renforcant les gestes habituels et
      routiniers sous pretexte de securite, cette tarte a la creme empoisonnee
      qui fait plier toute femme soucieuse de sa securite ou de celle de son
      enfant. Et pourtant nombre des gestes decrits ici n'ont souvent guere
      d'interet du point de vue de la securite comme on peut le lire dans les
      recherches evidence based dans la cochrane library:www.cochrane.org mais
      aussi dans medline, ou en Francais sur le site de l'afar:www.afar.info,
      comme aussi dans les Dossiers de l'obstetrique!!!

      Je reprends donc un certain nombre de points de cet article, et souhaitant
      que ce magazine fasse un revirement serieux sur sa ligne editoriale: quel
      interet y-a-t-il a ressasser ces contre-verites? n'est-il pas temps a
      l'instar de nos amis d'outre-manche de renverser la vapeur et enfin
      informer plutot que desinformer les futurs parents. Actuellement en
      Angleterre il n'est plus autoris� de publier de tels inanites sous peine de
      la loi: il n'est plus autorise de dire par exemple que la naissance a la
      maison est plus dangereuse que la naissance a l'hopital... Alors a bientot
      une information serieuse de la part des medias qui se penchent sur la
      naissance?



      > Valse de blouses blanches ou bleues, tuyaux, appareils... L'image que
      > l'on a d'un accouchement est souvent d�routante, pour ne pas dire
      > inqui�tante. Pourtant, tout est fait pour assurer s�curit� et confort
      > � la future maman et � son b�b�. Une surveillance minutieusement
      > orchestr�e par la sage-femme.

      Dire que la surveillance de la sage-femme est minutieusement orchestree
      c'est sous-estimer completement la saturation de travail que vivent les
      sages femmes aujourd'hui: elles sont debordees et font de leur mieux au
      moment ou elles peuvent. De plus s'agit-il vraiment de surveillance? Est-ce
      le maitre mot pour le confort? Et pour la securite?

      > Dans ces conditions, quelle est votre marge d'initiative?
      > Mieux vaut y avoir d�j� r�fl�chi ou avoir, au moins, imagin� un
      > "projet d'accouchement" qui trace tes grandes lignes de ce que vous
      > aimeriez vivre: avoir ta possibilit� de marcher, de bouger durant le
      > travail, d�cider de la pose ou non d'une perfusion, refuser
      > l'�pisiotomie syst�matique, etc. Discutez-en au pr�alable avec
      > l'�quipe au cours des consultations pr�natales, cela vous permettra
      > d'appr�cier leur degr� de souplesse et de disponibilit�. Ainsi, le
      > jour venu, vous n'aurez pas de surprise ou de d�ception !

      La encore s'agit-il vraiement seulement de cela? Devons nous seulement
      permettre aux femmes de percevoir l'ambiance de la maternite afin de ne pas
      etre surprise ou decues par la maternite qu'elles n'ont meme peut-etre pas
      choisie?

      > Enfin, on recherche dans vos urines les taux de
      > glucose, d'albumine, de leucocytes et de nitrites. Les trois derniers
      > �l�ments trahissent une �ventuelle infection urinaire. L'albumine
      > peut �tre un signe de pr�-�clampsie. Le taux de glucose informe sur
      > un possible diab�te gestationnel dont l'une des principales
      > cons�quences est la naissance d'un gros b�b�.

      Le surveillance du poids comme de la glycosurie ne presentent deja qu'un
      interet relatif en cours de grossesse. La prise de poids est un signal
      d'alarme si associe a d'autres signes. Ce n'est pas une raison suffisante
      en cours de travail pour prendre une quelcquonque decision. Quand a la
      glycosurie, cette fuite urinaire du sucre est une sauvegarde appreciable
      anti-poids pour la patiente, mais ne signe que rarement un diabete
      gestationnel dont il n'est plus temps de se preocuper lors de
      l'accouchement.

      > L'�tat du b�b� et le v�tre, pendant l'accouchement, sont une
      > priorit�. On vous place donc rapidement sous monitoring.

      Ce premier geste est la premiere raison de vous faire tenir allongee sur le
      lit, ce qui n'a sans doute jamais ete votre position lorsque vous etiez
      libre de vos mouvements a la maison. Cette position augmente les risques
      d'anomalies du rythme foetal, ainsi que l'intensite des sensations
      douloureuses liees aux contractions. Il serait donc tres important que la
      sage-femme s'enquiere d'abord de la position qui vous convient le mieux
      avant de vous faire allonger brievement pour faciliter la pose des
      capteurs, pour ensuite vous encourager a reprendre la position qui
      vous convient le
      mieux.

      > Dans la plupart des �tablissements, il n'est plus question de vous
      > d�brancher du monitoring. En effet, faute de personnel, il assure la
      > surveillance � la place de la sage-femme qui g�re plusieurs
      > monitorings � la fois.

      Oui en effet la sage-femme gere des monitorings... Elle n'accompagne plus
      les femmes ou les couples....

      > En salle de travail, on vous pose souvent une perfusion dans le bras.
      > Certaines �quipes se contentent de poser un cath�ter pour avoir un
      > acc�s rapide � une veine, au cas o�. N�anmoins, les maternit�s o� la
      > perfusion est syst�matique estiment que c'est n�cessaire (voir
      > encadr�): cette derni�re contient parfois du s�rum glucos� pour vous
      > fournir de l'�nergie, mais surtout un liquide qui a pour effet de
      > compenser la baisse de tension cons�cutive � la p�ridurale.

      On comprend donc que cette perfusion n'a pas de justification lorsqu'une
      femme ne desire pas de peridurale.

      > Via cette
      > perfusion, on peut �galement injecter des m�dicaments (antibiotiques,
      > par exemple).
      > Assez fr�quemment, on y trouve aussi des ocytocines de
      > synth�se, qui miment l'action des hormones naturelles s�cr�t�es lors
      > d'un accouchement. Ce sont elles qui provoquent les contractions.

      La formule est jolie. Le syntocinon se trouve la tout a fait par hasard!!!
      C'est d'ailleurs si naturel qu'on oublie d'en informer la femme!!!

      > Elle favorise aussi la "physiologie", c'est-�-dire le bon d�roulement
      > de l'accouchement. En vous aidant, par exemple, � vous installer dans
      > la position qui vous convient le mieux puis � en changer - sans
      > d�brancher tous les capteurs du monito !

      Oui apres avoir empeche toute velleite de mouvement par divers branchements
      elle vient vous mobiliser!!!!

      > Une fois la perfusion et, �ventuellement, la p�ridurale pos�e,
      > souvent la sage-femme rompt la poche des eaux. A l'aide d'une pince,
      > elle perce les membranes, pour que le liquide amniotique s'�coule. Ce
      > geste acc�l�re l'accouchement car les m�decins craignent qu'un
      > travail trop long soit plus difficile � supporter pour le b�b� comme
      > pour la maman.

      LA rupture de la poche des eaux est un geste intrusif de plus . On sait que
      chaque geste intrusif peut gener la femme (Niven 1994: Coping with labor
      pain
      the role of the miwife. Midwives, research and childbirth, Vol 3, Chapman
      et
      Hall). De plus ce geste ne fait gagner qu'une heure de travail en moyenne,
      alors que la sensation douloureuse des contractions en est
      augmentee (Johnson et al 1997, British journal of Obstetrics and gynecology
      104, p.340-346). Ce geste augmente par ailleurs les anomalies du rythme
      cardiaque foetal.

      > Jusqu'� la fin, la sage-femme vous accompagne. Lorsque tout va bien -
      > la dilatation est compl�te, le b�b� s'engage et descend dans le vagin
      > - c'est elle qui assure la naissance, comme dans 80% des
      > accouchements.

      Malheureusement les chiffres pour les primipares sont nettement moins bons.
      Les cesariennes sont deja a 18% et le forceps a 20 % en France!!!

      > Si elle le juge n�cessaire, elle pratique une
      > �pisiotomie -incision du p�rin�e - pour �largir le passage.

      Donc c'est une sage-femme qui n'a pas lu les publications qui montrent que
      l'episiotomie ne presente aucun avantage, et que la loi lui impose de vous
      demander votre avis (voir site http://afar.info)

      > S'il faut sortir un b�b� d�j� engag�, le plus souvent, il utilisera
      > un forceps ou une ventouse. Ces "extractions instrumentales" sont
      > aujourd'hui parfaitement ma�tris�es. Il s'agit, pour le forceps, de
      > caler les deux cuill�res de chaque c�t� du cr�ne puis de le tirer
      > avec douceur mais fermet� vers la sortie, tout en respectant les
      > obstacles naturels de l'anatomie f�minine.

      le forceps est notoirement connu malgre sa douceur et le respect de
      l'anatomie feminine pour provoquer des atteintes graves du perinee()

      > Reli�e � un sachet de s�rum glucos�, elle vous apporte nutriments et
      > �nergie, car la plupart des maternit�s n'autorisent pas les femmes �
      > manger en cours d'accouchement. N'h�sitez pas � prendre des forces
      > quand vous �tes encore chez vous!

      On sait que le jeune augmente la sensation de douleur (circulation de
      serotonine). Une experience faite a l'hopital de New York (1987) montre que
      le jeune augmente le nombre de forceps et cesariennes de 35% (Ludka fasting
      during labour. In proceedings of Midwives 21st International Congress.
      Hagues ICM 26 August: p.41-44)

      La perfusion de lactate-ringer, qui est la solution de perfusion de
      remplissage veineux avant pose de peridurale, n'apporte aucun nutriment
      contrairement au glucose (perfusion generalement utilisee en dehors de pose
      de peridurale).

      Francoise BArdes sage femme .
    Votre message a été soumis avec succès et sera remis aux destinataires brièvement.