Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

Faut pas rêver

Agrandir la zone des messages
  • lafitte.yan
    Bonjour à tous, Daniel Séré vient d écrire, en réponse à Guilhem Pépin, peu optimiste : « …j ai tendance à me dire qu après tout c est foutu,
    Message 1 de 2 , 29 juil. 2008
      Bonjour à tous,

      Daniel Séré vient d'écrire, en réponse à Guilhem Pépin, peu optimiste :

      « …j'ai tendance à me dire qu'après tout c'est foutu, reconnaissance des
      langues régionales ou pas, et qu'Occitanie et/ou Gascogne = même combat
      = même utopie = même chimère, à la petite différence près que la
      Gascogne a vraiment existé dans un passé fort lointain.
      « Pour pallier un peu ce déficit de "positivité" je me rabats sur
      l'étude de mon micro-dialecte marmandais comme passe-temps sans en
      attendre rien d'autre et encore moins une reconnaissance quelconque ne
      serait-ce qu'au niveau local. Sur ça comme sur bien d'autres choses je
      suis sans la moindre illusion. »

      Je suis pleinement d'accord et poursuis sur le même ton en me citant,
      dans le hors-série n° 3 de Ligam-DiGaM de juillet 1996, Lenga d'òc 1996
      - Ont èm ? Qué har ? C'est en graphie classique que j'ai pratiquée
      jusqu'en 2003 :

      « En lo n° 16 deu 7 de Setémer de 1995, en rénder compte d’ua enquèsta
      sus l’aranés, La Setmana que titolava « Occitan : quina possibilitat de
      subervíver ? »; qu’arresponem com lenga de cultura apresa peus esvagats
      (11) amorós d’ua istòria e d’ua civilisacion etnicas qui encàntan lo qui
      a l’escadença de las descobrir. Que s’apren tostem lo grèc ancian e que
      i a ellenistas qui hèn lo lor gai de víver dab Omère e los sons eròis :
      e seré mei pèc de’n har parièr tà çò de noste ?.

      « Alavetz, se n’i a pas mei nat espèr rasonable de har tornar víver la
      noste lenga en la vita de tot dia, mes sonque com un leser culturau,
      que’ns cau cambiar l’espiada qui avem sus era. Qu’ei çò qui vam sajar de
      har en lo capito seguent. »

      Renvoi 11 : « Çò qui n’excludeix pas l’escòla, puixque lo mot schola e
      vien deu grèc ont vòu díser lo vagar : que cau aver vagar tàd apréner ! »

      Et dans sa contribution "Occitan" à un livre de la DGLF sur les /Langues
      de France/ (2003), Jean Sibille concluait sensiblement de même.

      Mais il ne faut pas l'ébruiter, la foi en un retour de ces langues
      génère des emplois, bien évidemment payés par le contribuable, sans
      aucun contrôle d'efficacité, non moins évidemment. Mais comme plusieurs
      l'ont souligné, ce n'est pas le seul gaspillage public.

      Moi, en tout cas, je ne coute rien à la collectivité quand je travaille
      sur le gascon, et mes brochures ne sont pas subventionnées.

      Hèt beroy.

      J.L.
    • daniel sere
      ... Tiens, en voilà un autre qui ne fait pas bon ménage avec la langue de bois, le politiquement correct, le consensus mou et convivial et j en passe...
      Message 2 de 2 , 29 juil. 2008
        lafitte.yan a �crit :
        > Bonjour � tous,
        >
        > Daniel S�r� vient d'�crire, en r�ponse � Guilhem P�pin, peu optimiste :
        >
        > � �j'ai tendance � me dire qu'apr�s tout c'est foutu, reconnaissance des
        > langues r�gionales ou pas, et qu'Occitanie et/ou Gascogne = m�me combat
        > = m�me utopie = m�me chim�re, � la petite diff�rence pr�s que la
        > Gascogne a vraiment exist� dans un pass� fort lointain.
        > � Pour pallier un peu ce d�ficit de "positivit�" je me rabats sur
        > l'�tude de mon micro-dialecte marmandais comme passe-temps sans en
        > attendre rien d'autre et encore moins une reconnaissance quelconque ne
        > serait-ce qu'au niveau local. Sur �a comme sur bien d'autres choses je
        > suis sans la moindre illusion. �
        >
        > Je suis pleinement d'accord et poursuis sur le m�me ton en me citant,
        > dans le hors-s�rie n� 3 de Ligam-DiGaM de juillet 1996, Lenga d'�c 1996
        > - Ont �m ? Qu� har ? C'est en graphie classique que j'ai pratiqu�e
        > jusqu'en 2003 :
        >
        > � En lo n� 16 deu 7 de Set�mer de 1995, en r�nder compte d�ua enqu�sta
        > sus l�aran�s, La Setmana que titolava � Occitan : quina possibilitat de
        > suberv�ver ? �; qu�arresponem com lenga de cultura apresa peus esvagats
        > (11) amor�s d�ua ist�ria e d�ua civilisacion etnicas qui enc�ntan lo qui
        > a l�escaden�a de las descobrir. Que s�apren tostem lo gr�c ancian e que
        > i a ellenistas qui h�n lo lor gai de v�ver dab Om�re e los sons er�is :
        > e ser� mei p�c de�n har pari�r t� �� de noste ?.
        >
        > � Alavetz, se n�i a pas mei nat esp�r rasonable de har tornar v�ver la
        > noste lenga en la vita de tot dia, mes sonque com un leser culturau,
        > que�ns cau cambiar l�espiada qui avem sus era. Qu�ei �� qui vam sajar de
        > har en lo capito seguent. �
        >
        > Renvoi 11 : � �� qui n�excludeix pas l�esc�la, puixque lo mot schola e
        > vien deu gr�c ont v�u d�ser lo vagar : que cau aver vagar t�d apr�ner ! �
        >
        > Et dans sa contribution "Occitan" � un livre de la DGLF sur les /Langues
        > de France/ (2003), Jean Sibille concluait sensiblement de m�me.
        >
        > Mais il ne faut pas l'�bruiter, la foi en un retour de ces langues
        > g�n�re des emplois, bien �videmment pay�s par le contribuable, sans
        > aucun contr�le d'efficacit�, non moins �videmment. Mais comme plusieurs
        > l'ont soulign�, ce n'est pas le seul gaspillage public.
        >
        > Moi, en tout cas, je ne coute rien � la collectivit� quand je travaille
        > sur le gascon, et mes brochures ne sont pas subventionn�es.
        >
        > H�t beroy.
        >
        > J.L.
        >
        >
        > ------------------------------------
        >
        > http://groups.yahoo.com/group/Gasconha-doman
        > http://www.gasconha.com
        > http://gaskoi.gasconha.com
        > Liens Yahoo! Groupes
        >
        >
        >
        >
        >
        >
        Tiens, en voil� un autre qui ne fait pas bon m�nage avec la langue de
        bois, le politiquement correct, le consensus mou et convivial et j'en
        passe... Dommage que �a soit une esp�ce rare � notre �poque ou tout
        "baigne", o� tout se vaut et o� l'on nous surine les oreilles et le
        cerveau que nous sommes tous pareils, des clones en quelque sorte.
        Aller contre le vent, c'est bien plus vivifiant qu'aller "dans le vent",
        � condition que le vent ne souffle pas en temp�te, bien s�r ;-)

        Amiti�s

        Daniel





        [Les parties de ce message comportant autre chose que du texte seul ont �t� supprim�es]
      Votre message a été soumis avec succès et sera remis aux destinataires brièvement.