Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

42863Compress sur SOMIKA

Agrandir la zone des messages
  • ASADHO/KATANGA
    3 mars 2005

      Association Africaine de défense des Droits de l’Homme,

      Représentation du Katanga (ASADHO/KATANGA)

      Centre des Droits l’Homme et du Droit humanitaire (CDH)

       Groupe d’Actions Non -Violence Evangélique (GANVE)

       

      --------------------------------------------

      COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT ASADHO/Katanga -CDH- GANVE/001/2005

       

       

       

      L’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme, représentation du Katanga (ASADHO/Katanga), le Centre des Droits l’Homme et du Droit humanitaire (CDH) et  le Groupe d’Actions Non - Violence Evangélique (GANVE) sont préoccupés par l’hésitation du Gouvernement à concrétiser la délocalisation de la Société Minière du Katanga, SOMIKA en sigle, dont les usines installées sur la nappe d’eau de Kimilolo risquent de polluer cette eau que la Regideso dessert à 70 % de la population de la ville de Lubumbashi .

       

      Les trois organisations constatent que toutes les décisions prises pour soit délocaliser la SOMIKA, soit suspendre ses activités en attendant le résultat d’un audit international sont restées lettre morte.

       

      L’ASADHO/KATANGA, le CDH et le GANVE rappellent que dans sa lettre

       N° 10/1382/CAB/GP/KAT/2004 du 29/11/ 2004, adressée au Directeur Général de la SOMIKA, le Gouverneur de Province, Dr Urbain KISULA NGOY, a pris la décision de délocaliser les usines de ladite société de la route Kipushi vers la route Kasumbalesa vu le danger qu’elles représentent pour la santé des habitants de Lubumbashi.

       

      Cette décision n’a pas été suivie d’effet suite aux pressions exercées par Monsieur Joseph MATARI NYEMBO, conseiller juridique du Vice-président YERODIA, dépêché spécialement par ce dernier à Lubumbashi où il a tenu une réunion le 2/11/2004 et au cours de laquelle il a été décidé de maintenir la SOMIKA à son emplacement malgré les risques évidents de pollution de l’eau de Kimilolo.

       

      Grâce aux pressions exercées par les ONG des droits de l’homme du Katanga, le Vice Ministre des Mines par sa lettre N° CAB.MIN/MINES/ 01/1733/04 du 11/12/2004 a pris la décision de suspendre les activités de la  SOMIKA  en attendant les résultats d’un audit international.

       

      L’ASADHO/KATANGA, le CDH et le GANVE constatent que le Gouverneur de Province n’a jamais exécuté cette dernière décision et le Gouvernement n’a jamais organisé l’audit.

       

      Curieusement, au cours de l’audience accordée à la délégation syndicale de la SOMIKA en date du 1/02/2004, le Gouverneur du Katanga lui a promis de mener des démarches pour faire lever la mesure de suspension bien que la SOMIKA  continue ses activités au vu et au su des autorités[1].

       

       

       

       

      Les trois organisations condamnent cette attitude du Gouvernement qui sacrifie la santé de 70% de la population de Lubumbashi au profit des intérêts de certains de ses membres.

       

      Vu ce qui précède, l’ASADHO/KATANGA, le CDH et le GANVE recommandent :

       

      Au Gouvernement :

       

      Ø      De rendre effective la délocalisation  de la SOMIKA dans un bref délais ;

       

      Au Parlement et Sénat :

       

      Ø      De débattre urgemment ce dossier au nom de la population de Lubumbashi qui est en danger ;  

       

      A la population :

       

      Ø      De sanctionner aux prochaines élections toutes les autorités qui s’opposent à la délocalisation de la SOMIKA.

       

       

                               

                                                                                                   Fait à Lubumbashi, le 03 mars 2005

       

                                                                                                      Pour la Synergie ;

       

                                                                                                    ASADHO/ KAT

                                                                                                    CDH

                                                                                                    GANVE

       

       

       



      [1] Cela ressort de la déclaration faite à la presse par l’un des délégués syndicaux à l’issue de cet entretien avec le Gouverneur de province.

      _______________________________________________________________
      ONG apolitique de défense et de promotion des droits humains ; Affiliée à la Commission internationale des Juristes (CIJ, Genève),à l’ Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT,Genève),à la Fédération Internationale des ligues et associations des Droits Humains(FIDH,Paris),à la Coalition pour la Cour pénale internationale, membre de l’AFRONET et SAHRINGON (Réseaux des ONG de l’Afrique australe),à l’Union Interafricaine des Droits de l’Homme(Ouagadougou) ; dotée du statut d’ Observateur à la Commission Africaine des Droits de l’ Homme et des peuples. Dispose d’un bureau de liaison auprès des institutions internationales à Genève/Suisse.
      ASADHO/KATANGA, B..P.909,  E-Mail :asadhokat @...
      Commune de Lubumbashi,  Avenue KAPENDA, N°565  Angle MOBUTU.
      Président: Maître Jean claude KATENDE, tel: 97032984, E-mail:jckatende@...
      Vice-Président: Maître Freddy KITOKO ,tel: 0818153407, E-mail:fkitoko@...