Chargement ...
Désolé, une erreur est survenue lors du chargement du contenu.

3.1 Bulletin d'information de la CSSI sur l'Algérie

Agrandir la zone des messages
  • Pascal Holenweg
    @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ BULLETIN D INFORMATION SUR L ALGÉRIE Commission socialiste de solidarité internationale Genève, le 3 janvier 2002
    Message 1 de 1 , 3 janv. 2002
    Afficher la source
    • 0 Pièce jointe
      @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

      BULLETIN D'INFORMATION SUR L'ALGÉRIE
      Commission socialiste de solidarité internationale
      Genève, le 3 janvier 2002

      Ce bulletin paraît en fonction du soutien qu'il reçoit. Merci à celles et
      ceux dont le soutien a permis la parution de ce numéro. Pour les modalités
      du soutien, voir en fin de bulletin

      ARCHIVES DES BULLETINS PRÉCÉDENTS :
      http://groups.yahoo.com/group/CSSI-Algerie

      @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

      AMNESTY INTERNATIONAL

      EUROPEAN UNION OFFICE

      Rue du Commerce 70-72
      B - 1040 BRUSSELS
      TEL.: +32-2-502.14.99
      FAX.: +32-2-502.56.86
      E-Mail: Amnesty-EU@...


      ALGERIA - Briefing on Amnesty International Concerns
      December 2001

      Summary

      The conflict that has ravaged Algeria since 1992 continued throughout 2001.
      The level of violence and killings remained high. Hundreds of civilians,
      including women and children, were killed in targeted and indiscriminate
      attacks by armed groups which define themselves as "Islamic groups".
      Hundreds of members of the security forces, state-armed militias and armed
      groups were killed in attacks, ambushes and armed confrontations.

      Dozens of civilians were unlawfully killed by security forces or by
      state-armed militias. These included over 80 unarmed civilians shot dead by
      security forces in the context of demonstrations in the north-eastern
      region of Kabylia following the death of a schoolboy in the custody of the
      gendarmerie in April. The state of emergency imposed in 1992 remains in place.

      A commission of inquiry was established by the authorities to look into the
      violent events and issued a preliminary report in July 2001. No independent
      investigations were carried out into the thousands of other killings,
      massacres, "disappearances", abductions and reports of torture since 1992.
      Torture continues to be widespread. Amnesty International continues to
      receive reports of secret and unacknowledged detention. Freedom of
      expression is threatened by new legislation. However, over 100 people had
      their death sentences commuted to prison terms.

      The Algerian authorities stated in October that the security forces had
      "neutralized" 20,000 "terrorists" since 1992, without specifying how many
      had been killed and how many apprehended. For the first time, the
      authorities gave an official figure on the number of active members of
      armed groups, estimating it to be between 700 and 800, of whom 300 to 400
      were said to be armed. In the wake of the 11 September attacks in the USA,
      the government declared strong support for international measures against
      "terrorism".

      The first detailed account by an ex-officer of the Algerian army about
      his experiences during the current conflict was published in France in
      February. Former Defence Minister General Khaled Nezzar cut short a visit
      to Paris to promote his memoirs in April after learning that three
      criminal suits for torture had been filed against him in France. The two
      events sparked renewed debate on the role of the various parties to the
      conflict in Algeria in the massive human rights abuses that have been
      committed since 1992

      The official human rights body, the Observatoire national des droits de
      l'homme (National Human Rights Observatory), was dissolved and replaced in
      March by the newly established Commission nationale consultative de
      promotion et de protection des droits de l'homme (National Advisory
      Commission for the Promotion and Protection of Human Rights). The members
      of the new body were designated by President Bouteflika in October. A
      national office for the families of the "disappeared" was opened by a
      national association campaigning on the issue of "disappearances" in
      September.

      Killings

      More than 1,000 civilians were killed by armed groups which define
      themselves as "Islamic groups" in both targeted attacks and indiscriminate
      bomb explosions between January and Mid-December 2001. In many cases groups
      of up to 25 civilians, including women, children and entire families, were
      killed in their homes or at false checkpoints in rural areas by armed
      groups. Most killings took place outside the main cities and the
      perpetrators were routinely able to escape undisturbed, even though some
      attacks were committed near army and security force checkpoints or
      outposts. For the first time in some two years, bomb attacks took place in
      the capital Algiers. Hundreds of members of the security forces,
      state-armed militias and armed groups were killed in ambushes and armed
      confrontations. However, as a result of official restrictions on such
      information, often it was not possible to obtain precise details about the
      identity of the victims or the exact circumstances of their deaths.

      Dozens of civilians were killed by security forces in the context of the
      waves of anti-government demonstrations which rocked the country throughout
      much of the year. The protesters were venting deep-seated anger at the
      authorities whom they see as repressive and unconcerned by the
      deteriorating socio-economic conditions in which the majority of the
      population lives. In many demonstrations, growing demands for official
      recognition of the Berber language and culture were also expressed.

      The gendarmerie and other security forces, using excessive force, killed
      over 80 unarmed civilians and injured hundreds of others in the context of
      demonstrations during April, May and June in the Berber-dominated
      north-eastern region of Kabylia following the death of schoolboy Massinissa
      Guermah in the custody of the gendarmerie in April 2001. Gendarmes
      reportedly fired on unarmed protesters standing more than 100 metres away
      from them and shot others in the back after dispersing them with tear gas.
      In several instances, protesters were reportedly pursued to their homes and
      shot dead inside. In all cases, the security forces appear to have used
      live ammunition. President Bouteflika ordered the establishment of an
      official commission of inquiry in May to look into the events in Kabylia.

      The commission examined the circumstances in which the killings had
      occurred and issued a preliminary report in July, which concluded that the
      gendarmerie and other security forces had repeatedly resorted to excessive
      use of lethal force. The authorities announced in October that those
      responsible for the killings would be brought to justice and that the
      victims would receive just compensation. It was reported that some
      gendarmes were detained in connection with the events in Kabylia. However,
      no trials are known to have begun against any member of the security forces
      allegedly responsible for unlawful killings or other human rights
      violations in the context of demonstrations in Kabylia.

      Torture and secret detention

      Torture remains a widespread problem. Dozens of civilians, including
      children as young as 15, were reported to have been tortured or ill-treated
      following arrest by members of the security forces in the context of
      demonstrations during April, May and June 2001 in the Berber-dominated
      north-eastern region of Kabylia. Beatings with fists, batons and rifle
      butts appear to have been common occurrences at the time of arrest and in
      detention. Some allege that, while in the custody of the gendarmerie, they
      were undressed, tied up with wire and threatened with sexual violence;
      others report having been whipped or slashed with sharp implements.

      Cases of secret and unacknowledged detention continue to be reported. The
      government and judicial authorities systematically deny all knowledge of
      the detainees until after they are brought to court or released. Many of
      those detained in this manner were subjected to torture or ill-treatment.

      Fayçal Khoumissi spent some 10 months in secret detention before his family
      learnt that he was being held in El-Harrach Prison in Algiers. Four armed
      men wearing plain-clothes and travelling in an unmarked car arrested him in
      November 2000 in the centre of the district of El-Harrach. He was taken to
      a security forces base, where he alleges that he was shot in each of his
      legs and subjected to electric shocks and beatings. He was then treated in
      hospital, before being presented before the judicial authorities and
      remanded in custody on charges related to "terrorism". His family only
      found out about his detention when they were notified in August that two
      arrest warrants had been issued against him. The warrants were dated 2
      January 2001 and 26 June 2001, despite the fact that he was being held in
      prison on those days.

      Failure to establish truth and justice

      No concrete action is known to have been taken by the authorities to
      clarify the fate of some 4,000 men and women who have "disappeared" after
      arrest by members of the security forces or state-armed militias since
      1993. Similarly, no steps are known to have been taken to investigate
      information provided by families about the alleged burial place of
      relatives who were abducted and killed by armed groups, but whose bodies
      have never been found. This is despite the pledges to the representatives
      of families of victims made by President Bouteflika and other government
      officials in recent years.

      The government has provided no information about the investigations which
      the authorities claim have been carried out into the massive human rights
      violations and abuses committed since 1992, including thousands of cases of
      extrajudicial executions, deliberate and arbitrary killings of civilians,
      torture and ill-treatment, and "disappearances". Some members of the
      security forces and militias were reportedly tried and sentenced to prison
      terms on charges of murder and other crimes during the year, but no
      concrete measures are known to have been taken to bring to justice the
      overwhelming majority of those responsible for human rights violations and
      abuses committed by the security forces, state-armed militias or armed
      groups in 2001 or previous years.

      Amnesty International continues to receive reports that members of armed
      groups who surrendered during 2001 were released without adequate inquiries
      being made by the authorities into what crimes they may or may not have
      committed during the period they spent with armed groups, and were
      seemingly exempted from prosecution. In theory, since the expiry of the Law
      on Civil Harmony in January 2000 after six months of being in force,
      members of armed groups who give themselves up to the authorities can no
      longer benefit from immunity from prosecution. However, no investigations
      were known to have been carried out into the complaints made by citizens in
      2001 or previous years about members of armed groups who had surrendered to
      the authorities and were allegedly responsible for the killing or abduction
      of relatives.

      Victims and families of victims of unlawful killings, torture and
      "disappearance" committed by the security forces or state-armed militias
      since 1992 continue to be denied compensation, as do families who have
      filed a complaint with the authorities about relatives who have been
      abducted by an armed group and presumed to have been later assassinated,
      but whose bodies have never been found. Women's associations continue to
      complain that victims of rape by armed groups do not benefit from
      rehabilitation, including medical, psychiatric and other post-traumatic
      counselling, nor from compensation which other victims of armed groups have
      been able to receive.

      Legislative changes

      Changes to the Penal Code, promulgated in June 2001, threaten the right to
      freedom of expression. Criminal penalties for defamation were stiffened.
      Amendments to the law prescribe prison terms of up to one year and fines of
      up to 250,000 dinars (around EURO 3,100) for individuals found guilty of
      defaming the President of the Republic or other state institutions such as
      the army, the parliament or the judiciary, using the written or spoken word
      or an illustration. The editor and publisher of an offending article or
      illustration, as well as the publication itself, are also liable to be
      prosecuted, the publication risking a fine of 2,500,000 dinars. Strict
      punishments, including sentences of up to three years' imprisonment, were
      also introduced for anyone attempting to preach in places of prayer without
      authorization.

      Changes to the Penal Procedure Code, promulgated in June 2001,
      significantly increase the legal limits to the period of pre-trial
      detention. What had been a maximum period of 16 months became 32 months for
      those accused of "crimes considered to be terrorist or subversive acts" and
      56 months for those accused of a "transnational crime".

      Death penalty

      In October 2001, 115 people were announced as having their death sentence
      commuted to prison terms. The moratorium on executions declared in December
      1993 remained in place.

      Cooperation with UN human rights mechanisms and the ICRC

      The UN Working Group on Enforced or Involuntary Disappearances, which asked
      in 2000 to visit Algeria, had not been granted access to the country by
      Mid-December 2001. Long-standing requests by the UN Special Rapporteur on
      extrajudicial, summary or arbitrary executions and the UN Special
      Rapporteur on torture to visit Algeria have until date not resulted in
      invitations. The International Committee of the Red Cross continued prison
      visits, resumed in 1999.

      Having been given access in 2000, Amnesty International and other
      international human rights organizations have asked to visit the country,
      but have not been allowed entry.

      For further information, consult the Amnesty International's country
      reports on Algeria at www.amnesty.org:

      · Algeria: Relatives of the "disappeared" violently dispersed (AI Index:
      MDE 28/010/2001)
      · Algeria: Every killing must be urgently investigated (AI Index: MDE
      28/007/2001)
      · Algeria: Amnesty International calls for a prompt and impartial
      investigation into the recent bloodshed in Kabylia (AI Index: MDE 28/005/2001)

      @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

      L'ACCORD D'ASSOCIATION ALGÉRIE-UNION EUROPÉNNE : LES EXPLICATIONS DE LA
      COMMISSION EUROPÉNNE

      Commission européenne, DG Relations extérieures
      (unité F.4), décembre 2001

      Les Relations entre l'UE et l'Algérie
      Dernière mise à jour: 20/12/2001

      Contexte politique

      Le Président Bouteflika a situé son action dans le
      cadre de son programme de retour à la paix
      civile et
      de rétablissement de l’image de l’Algérie au plan
      international. La loi sur la concorde civile
      permettait à des
      membres des groupes armés qui se rendaient aux
      autorités de bénéficier sous certaines
      conditions de
      mesures d'amnistie. Cette possibilité de
      reddition était,
      en principe, limitée à une période de 6 mois
      ayant pris
      fin le 13 janvier 2000, mais elle reste, dans la
      pratique,
      toujours d'application.

      Malgré la réinsertion dans la société algérienne de
      certains islamistes qui ont déposé les armes et une
      relative accalmie de la situation sécuritaire fin
      1999/début 2000, la violence suscitée par les
      actions
      terroristes a repris, en particulier en dehors des
      centres urbains. Au niveau politique, le
      gouvernement
      a refusé en novembre 2000 l'agrément de la nouvelle
      formation islamiste "Wafa" de M. Taleb Ibrahimi.

      Au plan international, l'Algérie a d'emblée
      condamné
      les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux
      Etats-Unis et a offert sa coopération dans la lutte
      contre le réseaux terroristes internationaux.

      En avril 2001, des émeutes ont éclaté en Kabylie
      provoquées par l'assassinat d'un jeune étudiant en
      détention dans un poste de la gendarmerie. De
      nombreuses manifestations ont suivi depuis, en
      Kabylie et dans d'autres régions du pays, y
      compris à
      Alger, et ont été réprimées violemment. Le
      Président
      a mis en place une Commission nationale
      d'enquête et
      rendu public son rapport. Ce rapport a constaté une
      responsabilité de la gendarmerie nationale dans les
      événements violents. Le 3 octobre 2001, le
      Président
      a annoncé la constitutionalisation de la langue
      berbère, l'indemnisation des victimes de la
      violence et
      des poursuites judiciaires contre les
      responsables au
      sein des structures de sécurité.

      Au plan des libertés fondamentales et des droits de
      l'homme, les problèmes de l'application de la
      loi sur
      la concorde civile, la torture et les 4800 cas de
      «disparus» continuent d'être une source
      d'inquiétude.
      La presse écrite jouit d'une relative liberté
      reflétée
      dans le caractère pluraliste du débat politique
      au sein
      des médias. Toutefois, un amendement au code pénal
      concernant la diffamation des institutions de
      l'état a
      suscité de vives préoccupations dans la société
      civile.

      Un remaniement du Gouvernement a été effectué par
      le Président le 31 mai 2001 qui a affecté notamment
      les portefeuilles liés aux réformes économiques. Un
      important programme de soutien à la relance
      économique pour les années 2001-2004 a été décidé
      en avril 2001. Le rythme de mise en oeuvre des
      réformes économiques était plutôt lent avec
      notamment la privatisation des entreprises
      publiques
      toujours en attente. Toutefois, la signature par le
      Président en août 2001 de trois ordonnances portant
      sur la privatisation, les investissements et le
      tarif
      douanier pourrait donner un nouvel élan aux
      réformes.

      Dans le domaine de la politique extérieure,
      l'Algérie
      est engagée dans les travaux du volet régional du
      Partenariat euro-méditerranéen. Elle soutient
      l'intégration régionale au sein de l'Union du
      Maghreb
      Arabe. Des progrès concrets dans les relations
      maghrébines sont, toutefois, influencés par le
      conflit
      du Sahara Occidental et les relations
      bilatérales avec
      le Maroc. Sur la scène africaine, l'Algérie a
      joué un
      important rôle de médiateur dans le conflit entre
      l'Ethiopie et l'Erythrée durant sa présidence de
      l'OUA en 2000.

      En attendant la la mise en œuvre de l'accord
      d'association UE-Algérie, le dialogue politique
      entre
      les deux parties se déroule sur une base ad hoc,
      par
      des rencontres semestrielles au niveau
      ministériel. La
      dernière, dans le format de la Troïka, a eu lieu à
      Bruxelles le 5 décembre 2001. Par ailleurs, l'UE a
      émis plusieurs déclarations concernant la situation
      politique en Algérie. La dernière en date est
      celle du
      Conseil européen de Göteborg de juin 2001
      relatif à la
      situation en Kabylie.

      Relations commerciales

      Les relations commerciales de l’UE avec l’Algérie
      sont bonnes. L’UE absorbe 62,7% des exportations
      algériennes et fournit 58,0% des marchandises
      importées avec un solde en faveur de l’Algérie de
      11.250 millions d’euros (2000).

      L’économie algérienne dépend largement de la
      production d’hydrocarbures (pétrole et gaz naturel)
      qui représente 97% des exportations, 30% du PIB, et
      65% du budget de l’Etat. L’agriculture reste
      marginale ; le secteur industriel
      hors-hydrocarbures
      stagne à 7% du PIB malgré un vaste programme de
      restructuration et de privatisation en cours.

      Grâce à deux rééchelonnements de sa dette
      extérieure
      en 1994/1995 et au soutien du FMI, de la Banque
      mondiale et de l’UE, l’Algérie a entamé
      d’importantes
      réformes visant la transition économique et le
      désengagement de l’Etat. Les principaux défis
      économiques et sociaux sont la mise en œuvre du
      programme de privatisation, la mise à niveau du
      secteur industriel hors-hydrocarbures et du cadre
      réglementaire, l'assainissement du secteur
      financier, la
      création d’emplois (taux de chômage officiel :
      29.8%),
      ainsi que la construction/réhabilitation de
      logements
      (le taux d’occupation par unité est parmi les plus
      élevés du monde).

      Mise en oeuvre de l’aide communautaire

      Protocoles financiers

      La coopération financière entre l’UE et l’Algérie
      souffrait de difficultés notamment dues à la
      situation
      politique et sécuritaire. Ceci a provoqué
      d’importants
      retards de mise en œuvre de cette coopération. A
      travers les quatre Protocoles financiers
      l’Algérie a
      bénéficié, entre 1978 et 1996, de 949 millions
      d’euros
      (Communauté : 309 millions d’euros; BEI : 640
      millions d’euros). Le taux d'engagement des fonds
      communautaires des protocoles est de 66%, le
      taux de
      paiement se situe à 47%.

      Les secteurs d’intervention des projets financés
      sur
      les fonds des protocoles concernaient : les
      infrastructures économiques et sociales (60%), la
      gestion de l'eau (11%), l'agriculture et la
      pêche (9%),
      l'énergie (7%) et la coopération scientifique (5%).

      MEDA

      Dans la perspective de la mise en oeuvre d'un
      accord
      d'association permettant une plus grande
      intégration
      de l'Algérie à l'espace économique européen, la
      coopération financière sous MEDA se caractérise par
      un changement des orientations stratégiques.
      Celles-ci
      visent désormais la transition vers une économie de
      marché et le développement du secteur privé ainsi
      que le renforcement de l'équilibre socio-économique
      et social du pays.

      Dans la période 1996-99, 164 millions d’euros
      ont été
      engagés dans la coopération MEDA.

      Programmes engagés en 1996-99:

      Facilité d’ajustement structurel (125
      millions d’euros
      dont 30 millions d’euros sous MEDA) : engagé
      en 1996. Le déboursement partiel de la 2e
      tranche est imminent.
      Promotion des petites et moyennes
      entreprises/PME
      (57 millions d’euros) : Le projet est
      opérationnel
      depuis octobre 2000.
      Appui à la restructuration industrielle et
      la privatisation
      (38 millions d’euros) : Projet opérationnel
      depuis
      juin 2001.
      Modernisation du secteur financier (23
      millions
      d’euros) : convention de financement signée en
      2000, projet opérationnel depuis septembre
      2001.
      Bonification d’intérêt d’un prêt de la BEI
      pour des
      projets de dépollution industrielle (10,75
      millions
      d’euros, 1996).
      Un projet d'appui aux associations
      algériennes de
      développement (5 millions d’euros) : engagé
      fin
      1999. Renforcement institutionnel à environ
      50-60 ONGs et associations de développement.

      Depuis l'année 2000, 90 millions € ont été engagés
      pour quatre nouveaux programmes, à savoir:

      Appui à la réforme des télécommunications
      et des services
      postaux (17 millions d’euros) .
      Appui aux journalistes et aux médias
      algériens (5
      millions d’euros)
      Appui à la modernisation de la police (8
      millions
      d’euros)
      Réforme de la Formation professionnelle (60
      millions
      d'euros, fin 2001)

      En décembre 2001, le nouveau Programme Indicatif
      National pour la période 2002-2004 a reçu l'avis
      favorable du Comité Med. Il sera davantage focalisé
      sur la mise en oeuvre de l'accord d'association et
      prévoit quatre axes d'interventions:

      Appui aux réformes économiques et au
      renforcement des institutions de l'économie de
      marché
      Développement des infrastructures
      Développement des ressources humaines
      Etat de droit et bonne gouvernance

      La Banque européenne d'investissement (BEI) a
      octroyé un
      total de 620 millions d’euros de prêts depuis
      1996. Les
      secteurs visés sont l'énergie, le transport, la
      gestion de l'eau
      et l'environnement.

      Accords CE/Algérie

      La coopération financière se fonde sur l’Accord de
      coopération conclu entre la CE et l’Algérie en
      1976,
      complété par quatre Protocoles financiers
      successifs
      et, depuis 1995, par le programme de travail de la
      Déclaration de Barcelone et le réglement MEDA.

      Les négociations de l’accord d’association ont été
      clôturées en décembre 2001 et l'Accord a été
      paraphé
      par les deux parties le 19 décembre 2001. Les
      principaux éléments de l'accord d'association
      sont: un
      ialogue politique et un dialogue économique
      réguliers;
      l'établissement progressif d'une zone de libre
      échange, en conformité avec les règles de l'OMC;
      des
      dispositions relatives à la liberté
      d'établissement, la
      libéralisation des services, la libre
      circulation des
      capitaux et l'application des règles
      communautaires de
      concurrence; des dispositions dans le domaine de la
      justice et des affaires intérieures; le
      renforcement de
      la coopération économique; l'établissement d'une
      coopération sociale et culturelle; la coopération
      financière; l'instauration d'un Conseil
      d'association et
      d'un Comité d'association disposant de pouvoirs de
      décision.


      Negotiations on EU-Algeria Association
      Agreement concluded

      IP/01/1867 - Brussels, 19 December 2001

      Today's meeting between European Commission
      President Prodi and President Bouteflika of Algeria
      will mark the successful conclusion of the negotiations
      for the EU-Algeria Euro-Mediterranean Association
      Agreement. The text of the proposed Agreement
      between Algeria and the EU will be jointly initialled
      by the two negotiators(1) in the presence of Presidents
      Prodi and Bouteflika and of Commissioner for
      External Relations Chris Patten and Commissioner for
      Trade Pascal Lamy, This act formally concludes
      negotiations on a new framework for the deepening of
      bilateral relations between the European Union and
      Algeria.

      The initialling of the Association Agreement between the
      EU and Algeria opens a new era in bilateral relations
      and
      consolidates the Euro-Mediterranean partnership launched
      by the 1995 Barcelona conference. It will contribute to
      peace and security in the region and will stimulate
      trade
      and economic relations between Algeria and its
      Mediterranean partners.

      The new Association Agreement will commit both sides to
      further liberalisation of bilateral trade and will
      help ensure
      that Algerian businesses and consumers benefit from the
      development of international trade and investment. It
      provides for the gradual removal of import duties on EU
      industrial products over twelve years (Algeria already
      enjoys duty and quota free access to EU markets for its
      industrial exports). The EU has opted for a policy of
      immediate liberalisation (without duty or quota) for
      a great
      number of Algerian agricultural products upon entry into
      force of the Agreement, except for a limited list of
      sensitive categories, where tariff quotas are
      established.
      Algeria is to reciprocate with substantial tariff
      cuts on EU
      agricultural exports. A significant set of tariff
      reductions
      are agreed by either side for processed agricultural
      products and for fish products.

      The Agreement will lay an important foundation for
      economic liberalisation in Algeria. It binds Algeria to
      introducing modern legislation on competition and
      protection of intellectual property. It also provides
      for an
      exchange of concessions regarding trade in services.

      The new Association Agreement will cover far more than
      trade and economics. It will set up new institutional
      structures for an intensified political dialogue and for
      co-operation across a very wide range of fields, from
      education and culture to the fight against crime, money
      laundering drugs and terrorism. Both parties are
      committed
      to upholding human rights and democratic principles.

      The initiative coincides with the preparation of a new
      ambitious programme of economic co-operation between
      Algeria and the EU to help the Algerian economy meet the
      challenges of the world market. Assistance is to be
      provided for the implementation of the Association
      Agreement, to cover such areas as modernisation of
      fiscal
      and customs administrations, support for the
      standards and
      technical regulation bodies and strengthening of the
      statistics system. Details of this assistance will be
      determined during 2002.

      The initialling of the Agreement confirms Algeria's
      position
      as an important economic and political partner for
      the EU
      in the region, and of Algeria's commitment to
      integrating its
      economy with that of the EU and of its Mediterranean
      partners. It will also send a clear and positive
      message to
      the international and European investment community on
      the opportunities for direct foreign investment in
      Algeria.

      Background information:

      It is expected that both parties will formally sign the
      Association Agreement in the spring of 2002 although it
      will only enter into force upon ratification by the
      parliaments of Algeria and the Member States of the
      European Union and the European Parliament. The first
      moves towards a new Association Agreement began in
      1995, and negotiations continued intensively throughout
      2001. Agreement on all issues was reached in December
      2001, in line with the desire expressed by President
      Prodi
      and President Bouteflika to conclude negotiations before
      the end of 2001.

      The new EU-Algeria Association Agreement is one of a
      series of similar accords between the EU and the
      countries
      of the region. Inspired by the 1995 Barcelona
      Declaration,
      they form the basis of a new Euro-Mediterranean
      Partnership covering security, economic, and social
      relations. One of the consequences will be the
      creation of
      a Euro-Mediterranean Free Trade Area by 2010.

      For more information, please consult :

      Trade statistics:
      http://europa.eu.int/comm/trade/bilateral/alg.htm

      (1) Mr van der Meulen, Acting Director for Middle East and South
      Mediterranean for the European Commission and Ambassador of Algeria
      Benattalah.

      @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

      VIOLENCES

      (Le Matin 3.1) Deux personnes ont été tuées le 28 décembre à un "faux
      barrage" tendu dans la région de Merouana (w. Batna) par un groupe armé,
      qui a déléesté plusieurs autres personnes de leurs biens.

      (Quotidien d'Oran, Le Matin,AP 2.1) Sept membres d'un groupe armé ont été
      abattus le 31 décembre par les forces de sécurité à Collo, dans la région
      de Skikda, et trois dans les régions de Tizi Ouzou et de Boumerdès (à
      Châabel El-Ameur, où il s'âgirait d'un membre du GSPC), selon la presse
      privée.

      (AP 2.1) Un gendarme, un garde communal et deux militaires ont été tués
      dans un accrochage avec un groupe armé survenu le 31 décembre ou le 1er
      janvier près des monts de Stamboul, dans la région d'Oran, où se déroule
      depuis le 28 décembre une opération des forces de sécurité qui a fait au
      moins neuf morts, sept dans les rangs des forces de sécurité et deux dans
      ceux du groupe armé.

      (AP 2.1 / Liberté 3.1) Cinq membres de la milice locale (GLD) ont été tués
      le 1er janvier à Feidh El-Botma, dans la région de Djelfa, par une bombe
      qui a explosé au passage de leur véhicule.

      (Le Matin 3.1) Un garde communal en a tué un autre, et blessé deux autres,
      lors d'une altercation le 1er janvier à Oued Hellaba (w. Médéa), sans que
      les raisons de son acte ne soient clairement établies, l'accident semblant
      exclu.

      (Le Soir 3.1) "Le Soir" revient sur plusieurs crimes de droit commun commis
      à Alger et dans la région dans les dernières semaines, illustrant la part
      croissante prise par la criminalité purement crapuleuse dans la dégradation
      du climat "sécuritaire". Le 2 décembre, à Bordj El Bahri (La Pérouse), un
      dealer en a poignardé un autre. Le 17 décembre, un jeune homme a été
      assassiné à coups de couteaux dans le parc des loisirs de Ben Aknoun, par
      une bande de jeunes voleurs qui avaient agressé sa compagne pour la
      dépouiller de ses bijoux. Début janvier, les corps de deux femmes ont été
      retrouvés dans des caniveaux dans le complexe olympique du 5 juillet.


      GROUPES ARMÉS

      (El Khabar, El Watan 3.1) Sept membres d'un réseau de soutien au GSPC ont
      été arrêtés à Khenchela. Selon "El Khabar", il s'agirait de fonctionnaires.
      Le réseau approvisionnait en armes les groupes actifs dans les montagnes de
      l'est.


      POLITIQUE

      (El Moudjahid 31.12 / Quotidien d'Oran, Le Matin 2.1 / La Tribune, El
      Khabar, El Watan, Le Soir 3.1) Alors que les manifestants et délégués
      arrêtés et incarcérée en décembre étaient toujours, le 2 janvier, en
      détention, malgré l'incessante revendication de leur libération par
      l'ensemble (toutes tendances confondues) du mouvement populaire en Kabylie,
      Bejaïa accueille les 3 et 4 janvier la Conférence régionale du Comité
      populaire de la wilaya (CPWB), avec à son ordre du jour le bilan critique
      de neuf mois de mobilisation, la redéfinition des stratégies de lutte et de
      l'organisation du mouvement et l'enrichissement de la plate-forme
      d'El-Kseur par de nouvelles revendications, de portée nationale (laïcité de
      l'Etat, abrogation du code de la famille, levée de l'état d'exception, gel
      des amendements du code pénal relatifs à la presse, ouverture des media
      publics...). Le CPWB entend "faire de la dynamique populaire en cours
      l'alternative qui mènera le peuple algérien à recouvrer sa totale dignité"
      et organiser "la révolte des opprimés (...) dans l'intelligence et la
      vigilance, au niveau national et international". Quant à l'autre structure
      régionale du mouvement, la Coordination intercommunale, elle appelle, avec
      le soutien des coordinations de Tizi Ouzou, de Bouira et de Boumerdès, à
      une marche, appuyée par une grève générale, pour la libération des détenus,
      le 3 janvier et organise un gala de solidarité avec les victimes du
      "printemps noire" et leurs familles.
      A Boghni, la coordination communale d'Assi Youcef dénonce le "simulacre de
      dialogue initié avec des délégués 'taïwan'", mais également les "déviations
      inquiétantes (qui) commencent à se faire jour au sein du mouvement citoyen
      (absence de débats de fonds et de stratégie claire, exclusion, non respect
      des principes directeurs, ghettoïsation, etc.) poussant de facto la
      situation à l'impasse et au pourrissement faisant de fait le jeu du pouvoir".
      "La Tribune" note en outre un "redéploiement" des deux partis politiques
      qui dominent la Kabylie, le FFS et le RCD. Le Premier secrétaire du FFS
      avait affirmé que "la politique doit reprendre ses droits" en Kabylie comme
      dans toute l'Algérie, et les élus du parti ont tenu des rassemblements le
      30 décembre devant les palais de justice de Tizi Ouzou et de Bejaïa pour
      exiger la libération des détenus et l'arrêt des provocations et des
      intimidations du pouvoir. La fédération FFS de Bajaïa annonce que "le FFS
      oeuvrera d'une manière synergique et convergente avec les acteurs sociaux
      pour stopper (la) logique d'impasse politique répétée (et) réhabiliter le
      politique". A Bejaïa, le FFS a dénoncé la tentative du pouvoir de "rééditer
      le scénario des élections truquées en faisant fi de la situation chaotique
      qui prévaut dans les différentes régions du pays", et a annoncé qu'il "ne
      cautionnera pas la tenue d'une quelconque élection dans cette conjoncture"
      -la question du boycott n'ayant cependant pas encore été tranchée par la
      direction du parti.
      Le RCD, de même, considère que seule une réponse politique est à même de
      dénouer la crise, et que "tant qu'il n'y a pas de réponse politique, (...)
      la protestation pacifique du mouvement citoyen est légitime".
      En constatant dans son rapport "final" sur les "événements" que des agents
      de l'Etat, à tous les échelons, "continuent à prendre des libertés avec la
      loi" et que "le respect de la loi n'est pas encore entré dans la culture
      des responsables", la commission d'enquête présidée par Mohand Issaâd
      semble confirmer la nécessité d'un "retour à la politique", d'autant
      qu'elle estime que "l'émergence spontanée et rapide des ârchs doit attirer
      l'attention sur la nécessité d'une représentation réelle des populations"
      et qu'elle reprend même, implicitement, la vieille revendication du FFS (à
      laquelle s'est désormais ralliée le RCD) de levée de l'état d'urgence,
      puisqu'elle estime que les différents textes sur lesquels s'appuie l'état
      d'urgence aboutissent à un "glissement subtil" vers l'état de siège. Pour
      Mohand Issaâd, s'exprimant dans un entretien à "El Moudjahid", les
      autorités savent qui est responsable des "événements" de Kabylie et savent
      quelles décisions peuvent permettre de sortir de la crise. Le rapport
      Issaâd met cependant hors de cause le commandement de la gendarmerie, qui
      "a donné des ordres pour ne pas tirer à balles réelles, et on à continuer à
      tirer" à balles réelles. Il écarte la thèse de la "main étrangère" et
      insiste sur la nature socio-économique de la crise.
      Le président de l'autre commission d'enquête (parlementaire, celle-là),
      Ahmed Bayoud, a déclaré à "El Khabar" que sa commission aboutissait à des
      conclusions différentes de celles de la commission Isaâd : "le manque de
      canaux de dialogue et de consultation (est) la principale cause des émeutes
      de la région", déclare Ahmed Bayoud.
      Du côté du "dialogue" entre les "citoyens libres" et le gouvernement, les
      "ateliers" de travail ont adopté toute une série de résolutions explicitant
      de leur point de vue la plate-forme d'El Kseur, et devant être remises au
      Premier ministre le 3 décembre, avant une rencontre entre les "citoyens
      libres" et le président Bouteflika. Huit résolutions ont été adoptées :
      elles portent sur
      - la consécration officielle et nationale de la plate-forme d'El-Kseur,
      l'organisation d'un Conseil des ministres pour sa mise en oeuvre et son
      application;
      - l'organisation de quatre conseils de gouvernement décentralisés pour la
      mise en oeuvre de la plate-forme d'El-Kseur, à Tizi Ouzou, Bouira, Bejaïa
      et Alger;
      - l'installation d'un comité auprès du Premier ministre, chargé de la mise
      en oeuvre de la plate-forme d'El-Kseur;
      - l'accélération des réformes de l'éducation pour l'enseignement de
      "l'histoire réelle du pays" et l'institutionnalisation de tamazight
      (proclamation officielle de tamazight et sa constitutionnalisation comme
      langue nationale, par une révision constitutionnelle proposée par le
      président au parlement, sans référendum populaire -ce qui suppose
      l'adoption de la proposition par les trois quarts (au moins) des suffrages
      dans chacune des deux chambres du parlement;
      - l'accélération des réformes de l'école et de la justice;
      - l'introduction de la démocratie et des libertés locales;
      - l'accélération des réformes économiques et la restitution de "leurs
      droits économiques aux Algériennes et aux Algériens"
      - un statut pour les victimes du "printemps noire", s'inspirant du statut
      actuel des martyrs de la guerre de libération et ouvrant droit à des
      indemnités.
      Les délégués "citoyens" déclarent : "nous retournons heureux de la mission
      accomplie auprès de nos villes, de nos villages, de nos familles et de nos
      ârchs, la plate-forme d'El-Kseur plaintement réalisée", et annoncent leur
      intention de "convoquer un conclave interwilayas élargi à la totalité des
      délégués dûment mandatés pour réaliser le bilan financier de notre
      mouvement". Un porte-parole des délégués "citoyens" a affirmé que "les
      points inscrits dans la plate-forme d'El-Kseur n'ont pas subu de
      changement" et que si le pouvoir ne tenait pas sa promesse de satisfaire
      les revendications de la populations, "les manifestations reprendront".
      Quant aux délégués "officiels" des aârchs dont les noms avaient été cités
      comme pouvant rejoindre les "dialoguistes", Ali Gherbi (Bejaïa) et Belaïd
      Abrika (Tizi Ouzou), ils ont démenti ces rumeurs, qu'Ali Gherbi qualifie
      d'"intox" et Belaïd Abrika de "manoeuvre montée de toutes pièces par le
      pouvoir et une certaine presse en même temps". Ali Gherbi précise que
      "Bouteflika est notre seul interlocuteur" et qu'il n'y aura de dialogue
      avec lui qu'à la condition de l'acceptation et de la satisfaction de la
      plate-forme d'El Kseur.

      (La Tribune 3.1) Le début de la mise en application des recommandations du
      Comité de réforme des missions et structures de l'Etat a été annoncée le 30
      décembre en Conseil des ministres, mais "La Tribune" note que "la mise en
      oeuvre du plus important des chantiers de réforme (...) a été décidée sans
      associer la classe politique et sans être rendue publique", ce qui ne
      semble pas inquiéter outre mesure le FLN, dont le porte-parole, Ahmed
      Mamouni, souligne que "l'organisation de la réforme est l'une des
      prérogatives constitutionnelles du président de la République" ce qui,
      selon lui, la soustrait à l'obligation de "consultation des autres
      parties". Le Front des Forces Socialistes n'est quant à lui pas
      particulièrement étonné de par la méthode : "le pouvoir, qui est de nature
      totalitaire, a déjà l'habitude de prendre des décisions qui concernent
      l'avenir de l'Algérie sans consulter ni les partis politiques, ni les
      associations", rappelle le Secrétaire national à l'information du FFS,
      Bouaïche Chafaa, qui donne comme autre exemple de cette pratique la
      signature de l'accord d'association avec l'Union européenne, et ajoute que
      "chaque fois que le pouvoir veut étouffer ou pervertir une revendication,
      il créée une commission", celle de la réforme de l'Etat ne faisant que
      s'ajouter aux autres, et sa proposition de décentralisation n'étant en fait
      que "la décentralisation de la dictature (et) du partage de la rente à de
      nouvelles clientèles du pouvoir". Le RCD n'attend rien non plus d'une
      réforme de l'Etat "si la vision politique du régime n'a pas évolué",
      déclare Hamid Lounaouci, pour qui cependant la réforme de l'Etat est ou
      devrait être "un acte politique majeur", mais que la "réforme" dont il est
      actuellement question "confond allègrement présence de l'Etat et hégémonie
      du pouvoir central".


      ECONOMIE

      (Reuters 31.12) Le gouvernement algérien a adopté le 30 décembre une série
      de mesures favorables aux investisseurs étrangers, dans le but affirmé de
      diversifier une économie très dépendante (96 % des exportations en
      relèvent) du pétrole : exemptions d'impôts et garanties accrues pour les
      investisseurs prenant des participations dans des co-entreprises ou dans
      des sociétés, incitations fiscales et douanières (réduction des droits de
      douane et de la TVA, exemption de l'impôt sur les bénéfices) garanties de
      rapatriement du capital investi et des bénéfices. Il est créé un "Conseil
      national de l'investissement" chargé de donner son avis sur les
      investissements étrangers", et une "Agence nationale pour le développement
      de l'investissement", chargée d'assister les nouveaux investisseurs, et qui
      devrait à cet effet ouvrir des bureaux à l'étranger.


      CULTURE

      (El Watan 3.1) Le fondateur de l'Académie berbère de Paris, Bessaoud Mohand
      Arab, est décédé le 1er janvier en Angleterre, à l'âge de 78 ans. Ancien
      capitaine de l'Armée de libération nationale, il avait pris le chemin de
      l'exil en 1965, après avoir pris part à la résistance armée au pouvoir
      militaire, engagée par le Front des Forces Socialistes en 1963.Il devrait
      être inhumé dans son village natal de Thaguemount, près de Beni Douala.


      ASILE, IMMIGRATION

      (GISTI) Appel pour la ratification immédiate du nouvel accord
      franco-algérien - version actualisée de l'appel, avec l'ensemble des
      signataires :

      « Le troisième avenant à l'accord franco-algérien du 27 décembre
      1968 a été signé le 11 juillet 2001 par les ministres compétents des
      deux pays. Ce texte va permettre d'aligner — à quelques réserves
      près — le statut des Algériens sur celui des autres étrangers prévu
      dans l'ordonnance du 2 novembre 1945 modifiée. Toutefois, il
      n'entrera en vigueur qu'après sa ratification par le Parlement français.

      Pour l'instant, la date de la ratification n'est pas connue (voir à ce
      sujet la lettre de Marie-Hélène Aubert, vice présidente de l'Assemblée
      nationale). Dans l'attente, la version actuelle de l'accord franco-
      algérien continue à s'appliquer. Et rien ne permet de penser que le
      gouvernement incitera les préfectures à anticiper sur l'entrée en
      vigueur de ce texte pour permettre le déblocage immédiat des
      situations où les nouvelles dispositions sont plus favorables que
      les anciennes.

      C'est pourquoi, quelques associations ont décidé d'interpeller le
      gouvernement sous la forme d'une lettre ouverte adressée au premier
      ministre. Cette lettre est ouverte à la signature de toutes les
      organisations sensibles à ce problème. »

      http://www.gisti.org/doc/actions/2001/algeriens-2/

      @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

      * COURS (approximatif) DU DINAR ALGÉRIEN
      3 janvier 2002 : 100 DA =
      1,42 E
      9,31 FF
      2.11 FS

      @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

      COMMENT NOUS SOUTENIR

      Ce bulletin paraît en fonction du soutien qu'il reçoit. Merci à celles et
      ceux dont le soutien a permis la parution de ce numéro.

      Pour nous soutenir, il suffit de nous adresser un chèque (barré) à notre
      adresse ci-dessous.

      @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

      "Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience"
      (René Char)

      COMMISSION SOCIALISTE DE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE
      CP 343
      CH-1211 Genève 4

      Tel + 41 79 462 39 15
      Fax +41 22 735.88.27
      E-mail : holenweg@...

      www.multimania.com/troubles/
      www.home.ch/~spaw1265/index.htm
      http://site.ifrance.com/troubles/index.htm

      @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@
    Votre message a été soumis avec succès et sera remis aux destinataires brièvement.